Tag : hydravion

Les hydravions de la C.A.F. à Calais

En mai 1928, une décision ministérielle (les Ailes du 24 mai 1928 page 7) autorise la C. A. F. à créer, sur le Bassin des Chasses à l’Est dit « Flaque à Guerlettes », derrière la gare maritime de Calais, une base pour l’hydraviation commerciale. La Compagnie Aérienne Française construit un terre-plein bétonné, un hangar et des bâtiments administratifs en vue de créer une liaison aérienne par hydravion entre Calais et Douvres. Pour cela, la C.A.F s’équipe de deux hydravions à coque. Le premier est un Schreck F.B.A 17 peint en jaune et baptisé “Canari”, le second est un gros hydravion “Lioré et Olivier” capable de traverser la Manche en quinze minutes.

Dans cet extrait de film de 1929 sous le titre “L’Angleterre en quinze minutes par un service régulier d’hydravions” on peut voir le Lioré et Olivier LeO 198 (F-AJHC) sorti du hangar sur un chariot à roulettes puis, après avoir embarqué ses passagers, être mis à l’eau via la pente bétonnée. Sur le quai se trouve le”Canari”. Le Léo 198 s’éloigne pour décoller puis revient vers nous survolant les installations.

Hydravion F.B.A 17 HE devant un hangar à Argenteuil (Archives de la CCI/ville de Calais)

Dans le numéro des Ailes, 28 août 1930, on peut lire “La Compagnie aérienne française vient d’inaugurer un service Calais-Douvres, en correspondance avec les trains maritimes et les services automobiles. La traversée du«Channel» est effectuée par hydravion, en vingt minutes, quatre fois par jour, excepté le mardi, où elle n’a lieu que deux fois. Le prix du passage est de 125 francs ordinairement, et de 90 francs seulement pendant le week-end, du vendredi au lundi ; ce prix donne droit au transport gratuit de cinq kilos de bagages. Rappelons que la C.A.F. assure également, sur demande, la liaison avec Londres, Ostende, Le Touquet et Paris, au moyen de ses hydravions à deux et six places“.

Mais l’exploitation de la ligne rencontra très rapidement plusieurs difficultés. Dès le début, la gare maritime de Calais refuse que la C.A.F y distribue ses “prospectus” comme en témoigne ce courrier du 26 décembre 1928. À Calais, l’embarquement se faisait au sec sur le quai, mais à Douvres, l’hydravion devait se poser sur la rade, et les voyageurs étaient transbordé à terre par des canots automobiles. Ces difficultés entrainent l’échec de l’entreprise. Pour combler le déficit, la compagnie donna des baptêmes de l’air et prit des photos aériennes de la ville. La société dut cesser son activité en 1934.

Vue aérienne du port de Calais prise depuis un hydravion de la C.A.F

À priori, les deux hydravions demeurés dans le hangar sont détruits avec les installations dans les bombardements de mai 1940.


Le “Catalina” N9767 de France’s Flying Wardbirds retourne au USA

Consolidated PBY-5A “Catalina”  N9767 aux couleurs de Jacques-Yves Cousteau de  France’s Flying Warbirds lors du Paris Air Legend 2018 à Melun-Villaroche ©Xavier Cotton

D’après une brève du Fana de l’aviation (N°596 Juillet 2019) France’s Flying Warbirds s’est séparé de son Consolidated PBY-5A “Catalina”  immatriculé N9767. Celui-ci à décollé le 14 juin dernier de Melun-Villaroche pour rejoindre sa nouvelle base Eugene dans l’Oregon

Le “Catalina” N9767 construit au Canada en 1942 fut tout d’abord affecté à la Royale Canadian Air Force sous le matricule 9767 et basé à Reykjavik en Islande. Après son retour dans le civil en avril 1946, il resta longtemps au Canada avant d’être  acheté par Franklin Devaux qui le ramena en France en 1995. Sous le nom “la princesse des étoiles”,  il servit dès octobre 95 de régie volante et d’appareil d’exploration en Afrique à la fameuse émission de télévision animé par Nicolas Hulot : “Opération Okavango”. Durant un an et demi, sa mission l’emmena à Djibouti,  aux Comores, au Kenya, et en Éthiopie avec un seul ennui mécanique, la rupture d’un cylindre dont la réparation prit quelques heures entre deux vols. En 1998 Il refit “La ligne” sous les couleurs d’Air France de l’époque au départ de Toulouse jusqu’en Amérique du Sud en passant par Dakar,  soit 13 000 km. Depuis 2010, le N9767 qui avait rejoint France’s Flying Warbirds  nous régalait par sa présentation majestueuse en vol à l’occasion de nombreux meeting aérien. Comme pourrait dire Nicolas Hulot, les baies vitrées à l’arrière de l’aile sont de véritables “balcons sur le monde”. Pour en savoir plus sur l’histoire de “la princesse des étoiles” allez sur la page du site de France’s Flying Warbird dédié au Consolidated PBY “Catalina” en espérant que celle ci reste affichée malgré son départ.

Consolidated PBY-5A “Catalina”  N9767 aux couleurs de Jacques-Yves Cousteau de  France’s Flying Warbird lors du meeting aérien du Bourget 2018 organisé pour les 120 ans de l’Aéro-Club de France ©Xavier Cotton

Sur les 4000 appareils produits, il fait actuellement parte de la quinzaine en état de vol dans le monde et était le seul en France. Nous souhaitons longue vie au N9767.


Rassemblement International d’Hydravions à Biscarosse

Grumman Albatross Bill DaSilva Crédit DR

Biscarrosse, 9-10 juin 2018

Rassemblement International d’Hydravions

La capitale française de l’hydraviation présente un show aérien, spectaculaire et gratuit, pour fêter – après 2 ans de restauration – l’arrivée du Grumman Albatross dans la collection du Musée.

Pour les professionnels et amateurs passionnés d’hydraviation, pour le public de Nouvelle-Aquitaine, le Rassemblement International d’Hydravion de Biscarrosse constitue autant une fête qu’un événement de référence.

Organisée par la ville de Biscarrosse et la communauté aéronautique locale, la nouvelle édition du Rassemblement International d’Hydravions aura lieu du jeudi 7 au dimanche 10 juin 2018 sur la base Latécoère :

  • Splash-in du 7 au 10 juin – (Concentration d’hydravions et ULM hydroset évolution sur le lac les 7 et 8 et les 9 et 10 juin au matin)
  • 2 Air-Shows spectaculaires les samedi 9 et dimanche 10 juin de 14h à 17h (ouverture du site au public dès 10h)

Placé sous le signe du Centenaire des Lignes Aériennes Latécoère

1918-2018 en référence au 1er vol de Pierre-Georges Latécoère, le Rassemblement organise une édition rendant hommage aux pilotes pionniers qui se sont élancés depuis le Lac de Biscarrosse.

25 décembre 1918 : le jour où tout s’est concrétisé. Voilà 6 mois que le visionnaire entrepreneur toulousain Pierre-George Latécoère organise sa réflexion en collaboration avec son ami l’ancien aviateur italien Beppo de Massimi comment utiliser les avions produits en grand nombre à l’issue de la Première Guerre Mondiale? Il entretient en parallèle une correspondance soutenue avec l’Etat français où il exprime clairement son intention de réaliser des liaisons postales aériennes à grande distance entre Toulouse et Buenos Aires. Le 7 septembre 1918, il remet son projet à Monsieur Dumesnil, sous-secrétaire d’État à l’aéronautique, projet alors considéré comme utopique.

Latécoère se doit donc de planter le premier jalon : Barcelone. Six semaines seulement après l’armistice, le 25 décembre 1918, un Salmson 2A2 piloté par le Capitaine René Cornemont avec à son bord Pierre-George Latécoère décolle de Montaudran pour Barcelone. Deux officiers en mission aux usines Latécoère auront bien tenté de les dissuader en invoquant les difficultés liées à la météo. Leur employeur leur répondra «on écrit tous les jours. L’avion postal n’aura de sens que si l’on décolle tous les jours.»

À 11 heures, en ce jour de Noël, le Salmson sera accueilli sous les bravos de la foule à Barcelone après 2h20 de vol.
À leur retour, le lendemain, les deux incrédules de la veille proposent leur service au visionnaire!  Enfin, la Ligne en tant que telle, sera inaugurée le 1er septembre 1919 par Didier Daurat, de Toulouse à Rabat.

Des Shows aériens le samedi 9 et dimanche 10 juin

Des invités de marque, des performances aériennes

Des spectacles réunissant des hydravions et des avions de légende proposeront une plongée dans l’histoire de l’aviation française et internationale avec des appareils qui ont marqué l’histoire (PBY Catalina, DC3, Beaver…etc.)

Un plateau international (1) avec différents tableaux se succèderont dans le ciel pour retracer une belle partie de l’histoire de l’aviation et de l’hydraviation .

Des appareils plus récents tels que les Rafale Marine de l’Aéronavale représentée par la flottille 17Faffectée au porte avion Charles de Gaulle, le Canadair de la Sécurité Civileet la présence de la Patrouille de France (sous réserve) viendront compléter ce ballet aérien.

(1)Appareils présents au RIHB 2018 RC3 SeaBee, PA 18-150, SHARK, Autogire MagniM16, Stampe SV4, YAK 50, Boeing Stearman, Pitts 2S2, Extra 260, De Havilland Beaver -DHC2, DC3, PBY Catalina, Grumman HU16 Albatross, Bonanza F33C, Broussard MH1521, MC15E Cri-cri, Rafale Marine, BE-200 ES, shorch hydro, RC3 SeaBee, PA 18-150, se succèderont dans le ciel de Biscarrosse (liste non exhaustive).

Un invité exceptionnel pour une première française et européenne au plus près de son élément l’eau

Airbus via sa filiale « Airbus Air services » présentera un superbe projet avec une toute nouvelle génération d’hydravion amphibie de très grand gabarit, le prototype d’avion russe BERIEV BE-200 ES nouvellement motorisé par Safran. Ce combattant du feu moderne déploiera ses ailes sur Biscarrosse et la Région Aquitaine pendant près d’une semainepour démontrer aux différentes sécurités civiles européennes et française ses exceptionnelles qualités de lutte contre les incendies.

Biscarrosse, c’est aussi de nombreux trésors d’hydravions avec le vénérable RC3 seabee (1953) et la seule patrouille d’hydravions composée de Piper PA 18 de l’association Aquitaine hydravions. D’autres superbes appareils et jolis bijoux sortis des hangars de l’aérodrome seront présentés. Le Vol des Aigles réservera au public quelques surprises dont il a le secret…

L’Air show de Biscarrosse, c’est également la présence de Nicolas Ivanoff, pilote du Red Bull Air Race, l’un des 5 meilleurs voltigeurs mondiaux, à bord d’un…Bonanza de tourisme ou comment retourner un appareil qui n’est pas fait pour ça. Il sera accompagné par Eddy Dussau et Franck Soubrane (ex-champion d’Europe et du monde de voltige aérienne) pour une exhibition en tandem.

Toutes ces évolutions seront retransmises en direct sur écran géant afin de permettre au public de vivre au plus près l’ambiance du tarmac, des cockpits, les décollages et amerrissages. Tout ceci bien entendu accompagné des commentaires avisés et pédagogues de commentateurs passionnés.

En amont du show aérien grand public, l’Hydrobase de Biscarrosse accueillera hydravions et hydros-ULM en provenancede plusieurs pays pour une rencontre amicale de la communauté « hydro européenne».

Du chantier au Musée… la nouvelle vie du Grumman AlbatrossHU-16A

Guest du Rassemblement 2018, il constituera la grande nouveauté du circuit de visite du Musée situé sur l’ancienne base Latécoère le Grumman Albatross HU-16A, un hydravion de légende restauré dans les règles de l’art !

En 2014, la Ville de Biscarrosse eut l’opportunité d’acquérir cet amphibie américain, véritable emblème de la recherche et du secours en mer dans le domaine aéronautique. Hors d’état de vol, ce Grumman Albatross de 1951, basé en Italie, devait partir à la casse. Alerté par des collectionneurs, le musée de l’Hydraviation de Biscarrosse, l’a acheté. Démonté, puis ramené en France, cetappareil conçu en 1947 pour les besoins de l’US Navy est aujourd’hui l’unique exemplaire présent en Europe visible pour le grand public.Dans le cadre des travaux du Projet Scientifique et Culturel du Musée et du réaménagement du site Latécoère, le Grumman Albatross a fait l’objet d’une restauration. Menée dans le cadre d’un chantier « Qualification Nouvelle Chance » porté par la Région Nouvelle Aquitaine, 33demandeurs d’emploi du territoire se sont formés aux différents métiers requis pour assurer la restauration.Ce chantier a été encadré par des spécialistes de la formation aéronautique sous la houlette d’Aérocampus Aquitaine véritable chef d’orchestre sur cette opération hors normes. Patiemment, dans les locaux du Musée et ceux de l’Ecole Nationale de l’Aviation Civile (ENAC) au cœur même de l’aérodrome de Biscarrosse, cette opération s’est déroulée.

Disposer d’un hydravion de si grande envergure était une occasion unique et un très beau projet. Sa rénovation achevée, le Grumman Albatross HU-16A et ses 25 mètres d’envergure vont -en mai 2018 – rejoindre les dix hydravions de l’exposition statique du Musée qui constituent la plus grande collection européenne d’hydravions.

[ GOOD MORNING GRUMMAN ALBATROSS ]

Une exposition pour accompagner les derniers mois de restauration de l’appareil et son entrée au Musée de l’Hydraviation.

Une exposition pour accompagner les derniers mois de restauration de l’appareil et son entrée au Musée de l’Hydraviation.Consacrée à l’épopée Grumman et au grand constructeur américain d’avions embarqués ou marins, Leroy R. Grumman, l’exposition sera ouverte jusqu’au 4 novembre 2018. Lorsque le Grumman Albatross effectue son premier vol en octobre 1947, il n’apparaît guère que comme une étape de plus dans la lignée des autres hydravions. Et pourtant, cette machine amphibie de grande dimension, véritable emblème de la recherche et du secours en mer, volera sous les couleurs de vingt-deux pays.

Horaires du Musée hors saison Tous les jours de 14h à 18h -fermé les lundis et certains jours fériés -fermeture billetterie à 17h -En saison du 1er juillet au 31 août tous les jours de 10h à 19h sans interruption -fermeture billetterie à 18h -tarifs 4 à 8€ www.hydravions-biscarrosse.com/tarifs.

Visite de l’exposition durant la manifestation de 10h à 18h le samedi et le dimanche.

Des conférences pour mieux comprendre

L’événement sera également l’occasion d’aborder de nombreux sujets pour néophytes ou passionnés. L’organisation a prévu plusieurs rendez-vous sur les deux jours

  • « Grumman Albatross, l’aventure d’une restauration»

par Sylvie Berges et Cédric Sauteraud – Samedi 9 juin de 12h à 13h

La restauration du Grumman Albatross en livrée américaine d’origine s’est inscrite dans le cadre d’un “Chantier Qualification Nouvelle Chance” porté par la région Aquitaine et a permis à trente-trois stagiaires de recevoir une formation qualifiante sur des métiers d’ajusteur -monteur et peintre aéronautique. L’apprentissage de l’excellence par le geste.

  • « Des ailes pour la science»

par Adrien Normier et Clémence Bacri – Dimanche 10 juin de 10h à 11h

Adrien Normier et Clémentine Bacri racontent leur nouvelle aventure « Des Ailes pour la science » une série d’expéditions dans les endroits les plus reculés d’Amérique. A bord d’un ULM amphibie, ils n’ont pas été déçus par leurs découvertes du Brésil à Ushuaia.

  • « Douglas DC 3, un avion révolutionnaire»

par Alain Battisti -Dimanche 10 juin 11h à 12hLe Douglas DC 3,né en Californie en 1935, a révolutionné le transport aérien civil. Il fut aussi le fer de lance du transport militaire pendant la seconde guerre mondiale. Héros du débarquement enNormandie le 6 juin 1944, le Douglas DAKOTA ou encore C47 Skytrain a été exploité tout au long du XX° siècle pour être désormais une star des fêtes aériennes.

  • « Les essais de compatibilité Porte-avions du Rafale MARINE»

par Yves (Bill) KERHERVE-Dimanche 10 juin 12h à 13hIl s’agit d’essayer toutes les spécificités marines du Rafale, en particulier des dispositifs de catapultage et d’appontage. Ces essais ont été conduits au États Unis, sur la base de Lakehurst donc à terre, mais sur des systèmes exactement conformes à ceux du porte-avions Charles de Gaule. Ils ont conduit ensuite aux essais à bord du Foch et du Charles de Gaule.


Amiral Gago Coutinho : traversée de l’Atlantique sud en 1922

l’Amiral Gago Countinho sur ce billet de 20 escudos émis par la Banque du Portugal le 4 octobre 1978  est un officier de la Marine portugaise, navigateur et historien.

Au service de la Marine portugaise, l ‘Amiral Carlos Viegas Gago Coutinho (1869 – 1959) a parcouru le monde.  À partir de 1898, il se fait connaître pour ses cartes géographiques de délimitation des frontières des territoires d’outre-mer. Au cours de ses travaux, Gago Coutinho fait une traversée de l’Afrique. En 1921, il réalise avec Sacadura Cabral la traversée aérienne Lisbonne – Funchal (Madère).

Entre 30 mars et le 18 avril 1922 , Gago Coutinho et  Sacadura Cabral réussirent la première traversée aérienne , de Lisbonne au Rocher de Saint Paul dans l’Atlantique Sud. Les rochers Saint-Pierre et Saint-Paul sont une douzaine de petites îles et rochers situés dans l’océan Atlantique, à environ 985 km au nord-est de la ville brésilienne de Natal. Ils font partie de l’État brésilien du Pernambouc.

Le 30 mars 1922 au matin, le capitaine de frégate Sacadura Cabral, pilote, et le vice-amiral Gago Coutinho, navigateur, quittaient la baie de Lisbonne sur un hydravion Fairey F-3 à moteur Rolls-Royce de 360 CV ; l’appareil était d’un type de série modifié par l’adaptation d’une plus grande voilure et de flotteurs appropriés à la charge accrue de l’hydravion, qui pesait plus de 3 tonnes. En huit heures et demie, le Lusitania — c’était le nom du Fairey — gagnait Las Palmas. Retenus aux Canaries par le mauvais temps jusqu’au 4 avril, les aviateurs volaient ce jour-là, en dix heures, jusqu’à Saint-Vincent (îles du Cap-Vert), où la tempête les bloquait. C’était seulement le 18 qu’ils quittaient Porto Praïa, au sud de l’archipel, à destination de l’île Fernando de Noronha. Un ravitaillement avait été prévu au rocher Saint-Paul pour le cas où le vent contraire interdirait de couvrir sans escale les 2.500 kilomètres de cette rude étape; de fait, le Lusitania, ayant dû mouiller au rocher, fut saisi par les lames violentes se succédant par trois, bien connues des marins habitués à ces parages ; un flotteur céda, l’hydravion fut détruit.

Un hydravion L’hydravion Fairey avec lequel Coutinho et Cabral entreprirent la première traversée de l’Atlantique-Sud, de Lisbonne à l’îlot Saint-Paul (30 mars-18 avril 1922)

Le 11 mai, Cabral et Coutinho, en possession d’un second Fairey, repartaient de Fernando de Noronha, allaient virer sur Saint-Paul où leur voyage avait été interrompu, puis remettaient le cap sur la côte brésilienne; cette fois, une panne de moteur les obligeait à se poser en mer et, huit heures plus tard, un vapeur britannique recueillait l’équipage; l’appareil, lui, était brisé dans les efforts faits pour le prendre à bord.

Le 5 juin, à bord d’un troisième hydravion, Cabral et Coutinho allaient de Fernando à Pernambuco ; le 17, ils mouillaient en rade de Rio de Janeiro.

Cette liaison, malgré ses traverses, était un grand exploit de navigation aérienne; l’amiral Gago Coutinho, alors âgé de cinquante-deux ans, avait apporté dans l’entreprise toute son expérience de spécialiste en matière de géodésie et d’observations astronomiques ; des bombes à fumée pour la détermination des dérives, un sextant spécialement étudié et depuis lors répandu à travers les aéronautiques du monde, des tables d’observation minutieusement préétablies pour tout le parcours, tels avaient été les éléments d’une navigation enfin victorieuse.

L’amiral Gago Coutinho ne devait pas cesser, depuis lors, de manifester le plus actif intérêt pour les traversées aéromaritimes au long cours; au début de 1931, il fut à bord du Do-X géant lorsque le grand Dornier à 12 moteurs alla, à son tour, de Lisbonne à Rio de Janeiro. Quant à Sacadura Cabral, il devait disparaître en mer, probablement dans la Manche, le 14 novembre 1924, alors qu’il convoyait un hydravion de Hollande au Portugal.

Auteur : Charles Dollfus (Histoire de l’Aéronautique 1938)

Comme reconnaissance de toute son œuvre, Gago Coutinho fut nommé directeur honoraire de l’Académie navale portugaise en 1926. Il se retira de la vie militaire en 1939. Il décède à Lisbonne en 1959.

Sources des informations :

Gallica.BNF.fr /Musée Air France

Histoire de l’Aéronautique 1938 par Charles Dollfus et Henri Bouché

L’année aéronautique 1922 par  Louis Hirschauer et Charles Dollfus

 


Flying Spirit 2016, Biscarrosse le 22 mai 2016

envoi-cp15.001

Flying Spirit 2016, Biscarrosse le 22 mai 2016

Capitale française de l’hydraviation, Biscarrosse organise
la 1ère édition d’un show aérien, spectaculaire et gratuit
 

Pour le monde de l’hydraviation, Biscarrosse constitue un phare, dont le Rassemblement International d’Hydravion fut jusqu’en 2012 l’un des événements référence.

Dans le prolongement de l’édition 2012, fragilisée par des conditions météorologiques qui ont lourdement impacté le nombre de visiteurs et par conséquence le modèle économique de la manifestation, la Ville de Biscarrosse a choisi de faire évoluer un événement dont la suppression ne fut jamais envisagée.

Après une version transitoire organisée en 2014, la nouvelle configuration du Rassemblement connaîtra sa première édition le 22 mai 2016, sous le nom de “Flying Spirit”, nouveau concept d’un événement aéronautique international, gratuit et recentré sur une journée.

Flying Spirit 2016 : des avions de légende, des performances aériennes
Concept proposé et organisé par la société Bleuciel airshow(1), le Flying Spirit proposera une plongée dans l’histoire de l’aviation française et internationale. Ce spectacle aérien réunissant sur l’Hydrobase de Biscarrosse des avions et hydravions de légende, s’adressera bien sûr aux amateurs d’aviation ancienne, mais “chassera” bien au-delà en proposant à tous les publics de venir à la rencontre d’évolutions à couper le souffle, exécutée dans le ciel du lac de Biscarrosse.

Dans une ambiance vintage, différents tableaux se succèderont pour retracer l’histoire de l’aviation. Des appareils plus récents tels que le Rafale de l’armée de l’air ou la présence de patrouilles aériennes viendront compléter ce ballet aérien.
 
Le public en immersion globale et des avions en rafale
L’intégralité du show sera retransmise en direct sur écran géant afin de permettre au public de vivre au plus près l’ambiance du tarmac et des cockpits, les décollages et amerrissages… Associée à la diffusion d’images d’archives et à l’intervention du speaker professionnel, cette animation dynamisera le show et le rendra accessible a?? tous les publics en les familiarisant avec les appareils en vol, leur histoire, leur pilote.

“Flying Spirit” Biscarrosse 2016 sera précédé par “Splash-In” du jeudi 19 au samedi 21 mai 2016
En amont du grand show aérien grand public, l’Hydrobase de Biscarrosse accueillera hydravions et hydros-ULM en provenance de plusieurs pays pour une rencontre amicale de la communauté « hydroeuropéenne ».

L’esprit hydraviation de Biscarrosse, c’est également :
Des actions dynamiques et formatrices pour que vive l’esprit de l’hydraviation

  • En 2014, le musée de l’hydraviation de Biscarrosse(2) a accueilli le Grumman Albatross HU-16, seul exemplaire encore présent en Europe. L’Albatross rejoint les dix hydravions de l’exposition statique qui constitue la plus grande collection européenne d’hydravions. En 2016 il fera l’objet d’une restauration menée dans le cadre d’un chantier « Nouvelle Chance ». 36 demandeurs d’emploi du territoire sont formés aux différents métiers requis pour assurer la restauration de cet hydravion de collection datant de 1947.
  • Le succès du 1er Raid Hydravion Latécoère au départ de Biscarrosse reliant l’Atlantique à la Méditerranée, de Biscarrosse à Monaco. L’événement sera reconduit du 27 aout au 10 septembre 2016.
  • Projet de construction d’un Laté 28 hydro. Voir à nouveau cet avion mythique dans le ciel, tel est l’objectif à atteindre pour le centenaire de l’appareil conçu en 1929. Deux exemplaires vont être reconstruits à l’identique. L’un en version terrestre, l’autre en version hydro. Cet appareil a été le plus vendu de la gamme Latécoère. La machine a également permis à Jean Mermoz de réaliser la première traversée postale de l’Atlantique sud, en 1930.

(1) BLEUCIEL AIRSHOW est une société professionnelle française associée à la F.F.A., Fédération Française Aéronautique (+de 45 000 licenciés) spécialisée dans l’organisation de meetings aériens.
(2) Le Musée de l’Hydraviation, équipement permanent, accueille 20 000 visiteurs par an issus de 32 nationalités). Il constitue le 2ème site départemental le plus visité.