L’UNIVERS DE LUCIO PERINOTTO : LE TARMAC ET LES NUAGES.

« Deux-Ponts et DC3 au Bourget » ©Lucio Perinotto

LUCIO PERINOTTO 
Exposition de peintures
« TARMAC ET NUAGES »
 
Du 12 octobre au 31 octobre 2017
à la Galerie Vitesse 
(du mardi au samedi de 14h00 à 19h00)

 

L’UNIVERS DE LUCIO PERINOTTO : LE TARMAC ET LES NUAGES.

Parce que lui seul sait jouer de ses pinceaux a rendre les reflets sur les carlingues et les pistes. parce qu’il maitrise parfaitement l’agitation ordonnée des hommes autour des machines qui viennent d’atterrir ou s’apprêtent a décoller. parce que vibrent, sous nos yeux, les constellation, super G, deux-ponts, DC3, DC4 et Stratocruiser, les ciels nuageux, orageux parfois, somptueux toujours, noient notre regard. La vingtaine de toiles présentées évoquent ainsi les débuts de l’aviation commerciale des années cinquante, période mythique.

 Sur le site de Lucio Perinotto http://www.lucioperinotto.com voici ce qui est écrit concernant sa biographie,
« La passion de Perinotto et son talent véritable ont été reconnus en 1992, quand il a été invité  à rejoindre le groupe des peintres de l’air. Ses peintures à l’huile noires et blanches lui ont rapidement forgé une grande réputation. À de multiples occasions, il fut invité par la Guilde des Artistes de l’Aviation. Aujourd’hui, il est sans aucun doute l’artiste d’aviation français le plus doué.

  Avec un style simple et efficace, combiné avec un traitement incroyable de lumière, son travail a une vitalité exceptionnelle. Lucio Perinotto aime aussi jouer avec des ombres et des couleurs ; ses peintures de couleur montrent une variation particulière vers des bleus profonds.

 Lucio Perinotto est passionné d’avions de ligne à hélices et d’avions de chasse de la seconde guerre mondiale. Avec ses avions, vous entendez le bruit des moteurs, vous estimez que le stress d’un pilote s’est engagé dans un combat aérien, vous partagez le frisson de croisière au-dessus de l’océan Atlantique du Nord sur un Constellation.
Le style de Lucio Perinotto est unique : dans chacune de ses peintures, un avion légendaire, vu sous un angle particulier vous fait ressentir l’action, vous en êtes le héros. Lucio Perinotto aime les détails subtils, mais authentiques qui donnent un sens  formidable des réalités à ses peintures et une certaine nostalgie.
Lucio Perinotto nous mène loin au-dessus des nuages, et lorsque l’on atterrit, c’est pour se retrouver dans l’aérogare d’un monde précurseur.
Pour cette nouvelle exposition à la Galerie Vitesse, il a particulièrement étudié les reflets sur les carlingues des somptueuses machines. Ainsi découvre-t-on plusieurs gros plans de Constellation, Stratocruiser, Breguet 2 Ponts, Super G Air France…. La vingtaine de toiles présentées évoquent ainsi les débuts de l’aviation commerciale des années cinquante, période mythique.
Parce qu’il maitrise parfaitement l’agitation ordonnée des hommes autour des machines qui viennent d’atterrir ou s’apprêtent a décoller, le jeu de la lumière sur les carlingues, la remarquable composition des œuvres, une maîtrise irréprochable des volumes, voici un ensemble de caractères qui absorbe la réalité pour en extraire l’ultime poésie.

Galerie Vitesse
48 rue de Berri
75008 Paris
Tel : +  33 (0) 1 42 25 48 13
galerievitesse@gmail.com
www.galerievitesse.com
www.lucioperinotto.com

 


EMBARQUEMENT POUR L’HÉLIPORT JOURNÉE DU PATRIMOINE 2017

À l’occasion de la 34ème édition des Journées Européennes du Patrimoine, l’UFH, le Groupe ADP et la municipalité d’Issy-les-Moulineaux convient le public pour une journée de découverte de la filière hélicoptère le dimanche 17 septembre 2017. Cette année, la journée s’adressera aux adultes et au jeune public qui souhaitent en savoir plus sur l’hélicoptère et ses métiers.

L’HÉLICOPTÈRE, UN PATRIMOINE VIVANT TOURNÉ VERS L’AVENIR

Les professionnels seront présents pour transmettre leur passion à travers des rencontres, des conférences et des visites. Le public pourra :
découvrir la filière hélicoptère, acteur indispensable de la sécurité et des secours en France
– rencontrer et échanger avec les professionnels et les passionnés qui travaillent au quotidien avec les hélicoptères
discuter avec les acteurs des secours publics de la gendarmerie nationale, les sapeurs pompiers, etc.
visiter l’Héliport, un site de 4,5 hectares haut lieu des premiers exploits et expérimentations aéronautiques, infrastructure au cœur des problématiques contemporaines de mobilité urbaine
apprendre à distinguer les différentes sortes d’appareils et leurs missions (secours & évacuation sanitaires, levage & surveillance de site, suivi et prises de vue lors des grands événements sportifs, culturels, etc.)

UN MÉTIER À DÉCOUVRIR : UNE JEUNE RESTAURATRICE PRÉSERVE LES PALES D’OEHMICHEN

Sahra Sebbahi est une jeune conservatrice – restauratrice du Musée de l’Air et de l’Espace. A 27 ans après un parcours scolaire et universitaire impressionnant (Ecole Boulle, Sorbonne, etc), plusieurs expériences en musées ou en tant qu’indépendante, elle travaille avec passion aux côtés de son collègue Arnaud Mars et toute l’équipe du musée (chaudronniers, peintres, techniciens, mécaniciens, documentalistes, etc). Depuis un an et demi, elle y restaure des avions, des objets ou de petites structures. Elle réalise des études préalables ou des diagnostics pour mieux conserver et protéger les œuvres et objets liés à l’histoire de l’aéronautique.
Elle collabore actuellement avec Philippe Boulay, délégué au patrimoine pour l’UFH, sur les pales d’hélicoptères que l’ingénieur, biologiste et pionnier de la voilure tournante, Etienne Oehmichen, a légué au Musée de l’Air et de l’Espace en 1954. La mission de Sahra Sebbahi consiste à tout mettre en œuvre pour protéger ces objets rares, designer un support adapté à leurs grandes dimensions et retracer leur histoire. A travers ces pales, c’est le savoir-faire aéronautique français qui est transmis aux générations futures

L’HÉLIPORT REFUGE DES ABEILLES PARISIENNES ET LIEU DE SENSIBILISATION POUR LES ENFANTS

Le club des partenaires de l’Héliport de Paris – Issy les Moulineaux héberge des ruches qui participent au maintien de la richesse des espaces verts et de la biodiversité. En plus d’une récolte conséquente (plus de 100 kg ont été récoltés en 2017), les insectes participent à la pollinisation des parcs à proximités de l’Héliport. Tout au long de l’année et spécialement pendant les Journées Européennes du Patrimoine, les apicultrices Kaméra VESIC (association PikPik Environnement) et Marie-Odile ENGEL (Couleur Pollen) transmettent leur savoir et leur passion.
L’association PikPik Environnement sensibilise aussi les enfants et les scolaires sur les problématiques environnementales: la biodiversité, le tri des déchets, la gestion de l’eau, les énergies renouvelables, etc.

AVIS À CEUX QUI RÊVENT DE TRAVAILLER DANS L’AÉRONAUTIQUE

Devenir pilote d’hélicoptère est un métier accessible dès l’acquisition du bac. Il est possible d’intégrer le cursus civil, qui donne accès à plusieurs formations, et le cursus militaire. Pour être recruté, il est nécessaire de passer une série de tests psychotechniques et médicaux. Ces tests sont réalisés dans le but de vérifier l’aptitude physique, la motivation et la faculté de dissociation de l’attention du candidat. Il faut aussi avoir une bonne maîtrise de la langue anglaise. Être passionné, motivé et informé sur les hélicoptères est un atout. C’est pourquoi, cette Journée Européenne du Patrimoine est une occasion en or pour dialoguer avec des professionnels, et découvrir les métiers relatifs aux hélicoptères.
Pour devenir technicien de maintenance aéronautique il existe un nombre important de formations allant du CAP jusqu’à la licence professionnelle. Le mécanicien travaille en plein air, sur les pistes et ce peu importe la saison. C’est un métier d’extérieur, qui demande une maîtrise de l’anglais pour communiquer et travailler en équipe. Le technicien est responsable des vérifications avant et après le vol de l’hélicoptère.

Bien d’autres métiers passionnants dans cette filière existent : les secouristes en hélicoptères, les métiers de la captation audiovisuelle pour les grands événement sportifs ou internationaux, les métiers liés à la maintenance, à la surveillance et aux interventions rapides en milieu difficiles

L’HÉLIPORT D’ISSY-LES-MOULINEAUX, BASE CAPITALE DES HÉLICOPTÈRES DE LA SÉCURITÉ CIVILE

Deux hélicoptères (modèle EC 145) de la Sécurité Civile sont basés sur l’héliport d’Issy-les-Moulineaux, ce qui permet des interventions rapides et la liaison avec les principaux hôpitaux de la capitale. Un des deux appareils est équipé en permanence pour effectuer les missions de secours. Le second est plutôt dévolu aux missions de sureté. Un hélicoptère peut transporter 9 passagers dont 1 victime et 1 équipe médicale. L’indicatif de l’appareil est «DRAGON 75». Il est apte à l’évacuation des personnes, au transport d’équipes de secours ainsi qu’à l’hélitreuillage. Il peut avoir pour mission la recherche de personnes (utilisation de la caméra thermique), les reconnaissances et la coordination des secours (pollutions, grands incendies, inondation, attentats, etc.).

L’HÉLIPORT, UN SITE DE HAUT VOL

Crée en 1957, l’Héliport regroupe sur 4,5 hectares des opérateurs privés et publics qui remplissent des missions liées aux transports, à la surveillance et à la maintenance des infrastructures, aux prises de vues aériennes ou des missions de service public. Le champ de manoeuvres d’Issy-les-Moulineaux, créé en 1890, a accueilli dès le début du siècle un foisonnement sans précédent d’expérimentations aéronautiques et la foule s’y pressait pour admirer les exploits des aviateurs. En 1946, le terrain est devenu un aérodrome, placé sous la gestion du Groupe ADP (ex Aéroports de Paris). C’est en mars 1957 que s’est ouvert l’Héliport de Paris. Le bâtiment en bois de l’héligare tout comme certains hangars sont les témoins architecturaux de cette histoire aéronautique qui continue de s’y écrire au quotidien.

LE PROGRAMME ET LES INFORMATIONS PRATIQUES

Entrée libre et gratuite de 10h à 12h, et de 14h à 17h, Accès sur présentation d’une pièce d’identité en cours de validité via le portail au 61 rue Henry Farman 75015 Paris.

Visites guidées à 10h30 et 14h : Philippe Boulay, délégué au patrimoine de l’UFH, conduira une passionnante visite à travers l’héliport (durée 1h00). ATTENTION : nombre de places limité à 20 personnes par visite guidée, inscription obligatoire auprès du service culturel de la ville d’Issy-Les-Moulineaux au 01 41 23 87 00

Conférences à 10h00, 11h et 14h30 : Thierry Couderc, délégué général de l’UFH, animera des ateliers conférences techniques (durée 45 mn). Chacun pourra tester à cette occasion le plateau de simulation à bille utilisé par les élèves pilotes pour appréhender la dextérité nécessaire au pilotage et poser toutes les questions liées au pilotage et aux procédures de sécurité.

Ateliers enfants toute la journée : les associations environnementales Pik Pik et Plante & Planète qui ont réalisé l’inventaire des espèces et installé des ruches sur l’Héliport, espace vert en milieu urbain, proposeront des activités aux enfants sur la biodiversité.

 


Marcel Jeanjean illustrateur

MORANE 406 illustré par Marcel JEANJEAN (collection privée Claude LE BIHAN)

Je vous présente ici quelques illustrations couleurs des avions français à la veille de la seconde Guerre Mondiale. Marcel JEANJEAN (1893-1973), est un célèbre illustrateur français plus particulièrement fécond dans le domaine de l’aviation. Mobilisé en 1914, son talent de dessinateur s’exprime dans un journal du front « Le Canard poilu ». En 1917, il demande à servir dans l’aviation et devient pilote de reconnaissance. il ne manque pas de saisir des instants de la vie quotidienne de son escadrille sur des carnets à dessin, à la fin de la guerre il en sortira un album de croquis  « Sous les cocardes, scènes de l’aviation militaire » (1919). À défaut de casser votre tirelire pour acheter un exemplaire de la 1ere édition sur les sites marchands, vous pouvez le trouver disponible en seconde réédition  (1992) sur les sites de livres rares bien connu sur le web. Il illustre ensuite « Les aventures de Fricasson » (1925/26) – « Parlons d’aviation » (1933) – « Les conquérants du ciel » (1943).

Il est nommé peintre officiel du Département de l’Air en 1933, Jeanjean continuera une activité parallèle d’illustrateur pour des publications civiles, en grande partie destinées à la jeunesse.

Sources des informations :

Claude LE BIHAN

Pégase N°103, octobre 2001, Marcel Jeanjean, au-delà des cocardes.

BNF Gallica


Marcel Baratoux brevet n°49

Marcel Baratoux sur son biplan Wright (collection privée Xavier Cotton)

Marcel Baratoux, né à Paris, le 3 juillet 1884, est ingénieur Polytechnicien. C’est en ballon sphérique, en 1908, qu’il commence à prendre l’air. il participe ensuite à différents concours internationaux, dont Barcelone et la coupe Gordon Benett.

Avec quelques amis, il est à l’origine de la création de  l’Aéro-Club de Dunkerque. Attiré par l’aviation naissante, il apprend seul à piloter un appareil Wright et effectue son premier vol le 27 août 1909, en utilisant pour le départ un rail sans le secours du pylône de lancement.

Apportant des perfectionnements à son biplan Wright, il effectue de nombreux vols en septembre 1909. En octobre de la même année, il participe au premier meeting de Juvisy, puis en avril 1910 à celui de Cannes où il se classe honorablement.

C’est seulement le 10 avril 1910 qu’il demande son brevet de pilote, ce sera le N° 49. En réalité, il aurait pu l’avoir plusieurs mois auparavant. L’institution du brevet de pilote d’avion entre en vigueur le 1er janvier 1910. Dans le courant de l’année 1909, seize brevets avaient été octroyés sans examen à des aviateurs chevronnés, avec classement adopté par ordre alphabétique pour éviter toute prééminence entre les 16 premiers brevetés. Le n°1 échut ainsi à Louis Blériot et le 16ème à Wilbur Wright. A partir du 17ème c’est la date de passage de l’examen qui compte.

Il obtient également le brevet de pilote d’aérostats N° 177.

Marcel Baratoux pilote ensuite un appareil Maurice Farman jusqu’au jour où des raisons d’ordre physiologique l’empêchent de continuer à voler. Il semble qu’il soit décédé en 1910

Source des informations :

L’histoire des cent premiers pionniers de l’aviation française par Yves Saint-Yves


Amiral Gago Coutinho : traversée de l’Atlantique sud en 1922

l’Amiral Gago Countinho sur ce billet de 20 escudos émis par la Banque du Portugal le 4 octobre 1978  est un officier de la Marine portugaise, navigateur et historien.

Au service de la Marine portugaise, l ‘Amiral Carlos Viegas Gago Coutinho (1869 – 1959) a parcouru le monde.  À partir de 1898, il se fait connaître pour ses cartes géographiques de délimitation des frontières des territoires d’outre-mer. Au cours de ses travaux, Gago Coutinho fait une traversée de l’Afrique. En 1921, il réalise avec Sacadura Cabral la traversée aérienne Lisbonne – Funchal (Madère).

Entre 30 mars et le 18 avril 1922 , Gago Coutinho et  Sacadura Cabral réussirent la première traversée aérienne , de Lisbonne au Rocher de Saint Paul dans l’Atlantique Sud. Les rochers Saint-Pierre et Saint-Paul sont une douzaine de petites îles et rochers situés dans l’océan Atlantique, à environ 985 km au nord-est de la ville brésilienne de Natal. Ils font partie de l’État brésilien du Pernambouc.

Le 30 mars 1922 au matin, le capitaine de frégate Sacadura Cabral, pilote, et le vice-amiral Gago Coutinho, navigateur, quittaient la baie de Lisbonne sur un hydravion Fairey F-3 à moteur Rolls-Royce de 360 CV ; l’appareil était d’un type de série modifié par l’adaptation d’une plus grande voilure et de flotteurs appropriés à la charge accrue de l’hydravion, qui pesait plus de 3 tonnes. En huit heures et demie, le Lusitania — c’était le nom du Fairey — gagnait Las Palmas. Retenus aux Canaries par le mauvais temps jusqu’au 4 avril, les aviateurs volaient ce jour-là, en dix heures, jusqu’à Saint-Vincent (îles du Cap-Vert), où la tempête les bloquait. C’était seulement le 18 qu’ils quittaient Porto Praïa, au sud de l’archipel, à destination de l’île Fernando de Noronha. Un ravitaillement avait été prévu au rocher Saint-Paul pour le cas où le vent contraire interdirait de couvrir sans escale les 2.500 kilomètres de cette rude étape; de fait, le Lusitania, ayant dû mouiller au rocher, fut saisi par les lames violentes se succédant par trois, bien connues des marins habitués à ces parages ; un flotteur céda, l’hydravion fut détruit.

Un hydravion L’hydravion Fairey avec lequel Coutinho et Cabral entreprirent la première traversée de l’Atlantique-Sud, de Lisbonne à l’îlot Saint-Paul (30 mars-18 avril 1922)

Le 11 mai, Cabral et Coutinho, en possession d’un second Fairey, repartaient de Fernando de Noronha, allaient virer sur Saint-Paul où leur voyage avait été interrompu, puis remettaient le cap sur la côte brésilienne; cette fois, une panne de moteur les obligeait à se poser en mer et, huit heures plus tard, un vapeur britannique recueillait l’équipage; l’appareil, lui, était brisé dans les efforts faits pour le prendre à bord.

Le 5 juin, à bord d’un troisième hydravion, Cabral et Coutinho allaient de Fernando à Pernambuco ; le 17, ils mouillaient en rade de Rio de Janeiro.

Cette liaison, malgré ses traverses, était un grand exploit de navigation aérienne; l’amiral Gago Coutinho, alors âgé de cinquante-deux ans, avait apporté dans l’entreprise toute son expérience de spécialiste en matière de géodésie et d’observations astronomiques ; des bombes à fumée pour la détermination des dérives, un sextant spécialement étudié et depuis lors répandu à travers les aéronautiques du monde, des tables d’observation minutieusement préétablies pour tout le parcours, tels avaient été les éléments d’une navigation enfin victorieuse.

L’amiral Gago Coutinho ne devait pas cesser, depuis lors, de manifester le plus actif intérêt pour les traversées aéromaritimes au long cours; au début de 1931, il fut à bord du Do-X géant lorsque le grand Dornier à 12 moteurs alla, à son tour, de Lisbonne à Rio de Janeiro. Quant à Sacadura Cabral, il devait disparaître en mer, probablement dans la Manche, le 14 novembre 1924, alors qu’il convoyait un hydravion de Hollande au Portugal.

Auteur : Charles Dollfus (Histoire de l’Aéronautique 1938)

Comme reconnaissance de toute son œuvre, Gago Coutinho fut nommé directeur honoraire de l’Académie navale portugaise en 1926. Il se retira de la vie militaire en 1939. Il décède à Lisbonne en 1959.

Sources des informations :

Gallica.BNF.fr /Musée Air France

Histoire de l’Aéronautique 1938 par Charles Dollfus et Henri Bouché

L’année aéronautique 1922 par  Louis Hirschauer et Charles Dollfus

 


ACES N°4 Les as de l’histoire de l’aviation mondiale

Aces n°4 août-septembre-octobre 2017
Les as de l’histoire de l’aviation mondiale

Le numéro 4 de la revue trimestrielle (Août-septembre-octobre 2017) AceS, les As de l’Histoire de l’aviation mondiale est sortie en kiosque. Ce numéro  aborde la vie des trois pilotes suivants : Gregory « Pappy » Boyington avec un dossier particulièrement illustré de photographies inédites, Aces a rencontré Jan Reznak pilote slovaque ayant combattu aux coté des allemands, s’il est moins connu son parcours est tout aussi captivant et bien sur  en cette année du centenaire de sa mort, on ne peut oublier  « l’As des As », Georges Guynemer, l’article qui lui est consacré  privilégie son aspect humain. Vous trouverez aussi dans cette revues deux autres rubriques, l’une consacrée aux maquettes parle du F4U-1Corsair « Birdcage » de la WMF 214 (unité de « Pappy » Boyington) et l’autre aborde la grille de lecture des cartes de la Lutwaffe. Sans oublier les rubriques sur l’actualité avec de très belles photos du 75eme anniversaire du Normandie-Niemen et un coup de projecteur sur la partie aérienne du tournage du film évènement de l’été :  » Dunkerque »

  • Gregory « Pappy » Boyington, l’homme derrière la légende (A. Prudhomme)
  • Le F4-U1 Corsair « Birdcage » de la VMF 214 (O. Soulleys)
  • Jan Reznak, l’aigle slovaque plane sur le Kouban (M. Souffan)
  • Grille de lecture des cartes de la Luftwaffe (M. Souffan)
  • Georges Guynemer, le « gosse » téméraire (C. Thollon-Pommerol)
  • Bibliographie et actualités (J.-Ch. Stasi)

Souhaitons par avance un bon anniversaire à Aces qui vole vers sa première année d’existence, espérant que de nombreuses années de parution succéderont à celle ci .

AceS N°4
Éditions Heimdal
98 pages
21 x 29,7cm
11€

SARL éditions Heimdal à Damigny BP 61350, 14406 Bayeux cedex – Téléphone. : 02 31 51 68 68 – Fax. 02 31 51 68 60 – www.editions-heimdal.fr


THOMAS PESQUET – L’ENVOYÉ SPATIAL (DVD et Blu-ray)

 

Sortie du film documentaire
THOMAS PESQUET – L’ENVOYÉ SPATIAL

en DVD et Blu-ray
Le 5 septembre 2017
Un film de Jürgen Hansen et Pierre-Emmanuel Le Goff

Paris, le 28 août 2017 – Après leur premier documentaire* sur la préparation de Thomas Pesquet, les deux réalisateurs Jürgen Hansen et Pierre-Emmanuel Le Goff (La 25ème Heure Production), annoncent la sortie de leur nouveau film en DVD et Blu-ray : « Thomas Pesquet – L’envoyé spatial ». Un documentaire retraçant, au jour le jour, les six mois de mission de l’astronaute français à bord de la Station Spatiale Internationale, depuis les derniers préparatifs avant le décollage jusqu’à son retour sur terre. Des images à couper le souffle, réalisées en grande partie dans l’espace.

Après sept années d’entrainement intensif, Thomas Pesquet est le dixième Français à quitter la terre en décollant le 17 novembre 2016 depuis Baïkonour, au Kazakhstan à bord de Soyouz MS-03 pour rejoindre la Station Spatiale Internationale, qu’il occupera jusqu’au 2 juin 2017.

Durant cette mission de 196 jours, en compagnie de cinq autres astronautes internationaux, Thomas Pesquet a réalisé de nombreuses images en haute définition de la terre, vue de l’espace. Il a également filmé son quotidien pour livrer des images inédites à bord de la station : ses déplacements en apesanteur, son espace personnel où « il dort debout », et sa sortie extravéhiculaire dans le vide spatial, le moment le plus dangereux et le plus extraordinaire de sa mission.

Des images exceptionnelles à partir desquelles les deux réalisateurs ont construit un documentaire passionnant en forme de journal de bord. L’astronaute français y dévoile des informations inédites sur ses différentes missions et les dizaines d’expériences scientifiques qu’il a menées avec l’Agence Spatiale Européenne et la NASA. Il confie également à la caméra ses sentiments les plus personnels sur cette épopée hors-norme, celle des premiers hommes à vivre dans l’espace.

Le film est disponible en DVD et Blu-ray dans les magasins : Fnac, Cultura, Maisons de la presse, Nature & Découverte et sur Fnac.com, Amazon.com,…et sur la eboutique www.25hprod.com

Prix de vente conseillé DVD : 19,95 € ttc ; Blu-ray : 24,95 € ttc

« Thomas Pesquet – L’Etoffe d’un héros » est le précédent documentaire produit par « La 25ème Heure Production », également disponible en DVD, Blu-ray et VOD.

Plus d’infos sur :
http://www.25hprod.com/tp-es


La 3e Bours’Aéro du Rhin

La 3e Bours’Aéro du Rhin, organisée par les Ailes historiques du Rhin à l’aéroport de Strasbourg-Entzheim, aura lieu le 1er octobre de 2017 de 10h00 à 18h00 dans l’aérogare de l’aéroport et dans le centre d’affaires au premier étage des locaux de l’aérogare.

Stands de livres, photos, affiches, instruments de bord, modélisme, maquettes, horlogerie, vêtements, souvenirs, pièces aéronautiques diverses.

Stand de l’association, stand café-gâteaux et animation (construction de petits planeurs, pliages et coloriage) pour les enfants.

Restauration sur place au restaurant de l’aéroport Le Zinc.

Entrée et parking gratuits.

Pour les exposants, tous renseignements et formulaires à télécharger sur le site de l’association (http://www.aileshistoriquesdurhin.fr).

 


Exposition en hommage à Louis Blėriot à Calais

De passage à Calais, j’ai découvert par hasard qu’une exposition autour de Louis Blériot, premier aviateur à avoir traversé la Manche le 25 juillet 1909, se tenait à la Cité de l’Europe à Calais jusque au samedi 22 juillet. J’ai pu discuter un moment avec Pierre Poure organisateur de cette exposition qui est très attaché à la mémoire Louis Blériot, il  y présente une partie de sa grande collection d’objets récupérés au fils des années: des exemplaires de journaux d’époque, des autographes d’autres aviateurs qui ont traversé la Manche à bord d’un blériot XI, des objets publicitaires et aussi des phares de voiture. En 2009, dans le but de perpétuer son souvenir, il a  crée l’association Légend’Air, dont l’objectif est de réaliser des expositions. Une réplique du Blériot XI avec lequel Louis Blériot  a réussi la traversée de la Manche  y est exposée. Celle ci a été construite par l’Aéroclub des Guarrigues, nécessitant 5000 heures de travail. Le véritable avion est conservé et exposé au musée des arts et métiers à Paris. On peut écouter Pierre Poure nous raconter des anecdotes sur le sujet avec grand plaisir « Louis Blériot à mis tente-sept minutes pour faire trente sept kilomètres à l’age de trente sept ans, le comble étant qu’Il ne savait pas nager. A l’arrière  du Blériot XI il  y avait un cylindre gonflé d’air  aurait permis de faire flotter l’avion en cas de d’amerrissage d’urgence.« 

Si vous êtes sur Calais, dépêchez vous vous n’avez que jusque demain pour voir l’exposition et échanger avec Pierre Poure

Plus d’informations :

Aéroclub des Guarrigues : http://www.clubaerodesgarrigues.org/

Histo Blériot : http://www.papybleriot.fr


Meeting Aérien contre le cancer Rodez-Aveyron les 2 et 3 septembre 2017

L’association « Tout le monde contre le cancer » organise les 2 et 3 septembre prochains à l’aéroport de Rodez-Aveyron un meeting aérien. Au programme, compétition mondiale de voltige aérienne avec les Free Flight World Masters, la Patrouille de France, l’Équipe de Voltige de l’Armée de l’Air et bien d’autres (T6, Pilatus, Yak, Bulldog, PT18, Chipmunk, Swift Team, Planeur…) !

Le programme se déroulera comme suit,

Le samedi 2 Septembre

Matin :

  • Début des « battles » des Free Flight World Masters
  • Démonstration de l’Equipe de Voltige de l’Armée de l’Air (EVAA)

Après-midi :

  • Démonstration en vol des Mirages 2000 « Couteau DELTA », démonstration d’hélicoptères de l’Armée de l’Air en mission MASA (Mesure Active de Sureté Aériene),
  • Démonstrations d’aéronefs privés (T6, Pilatus, Yak, Bulldog, PT18, Chipmunk, Swift Team, Planeur…)
  • Suite des « battles » des Free Flight World Masters

Le dimanche 3 Septembre

Matin :

  • Suite des « battles » et finale des Free Flight World Masters
  • Démonstration de l’EVAA
  • Reconnaissance de la Patrouille de France

Après-midi :

  • Finale Free Flight World Masters
  • Show aérien de la Patrouille de France
  • TARIFS

    • Samedi 2 septembre : 10€

    Début des épreuves des Free Flight World Masters, démonstration des Mirages 2000 Couteau DELTA

    • Dimanche 3 septembre : 10€

    Final des Free Flight World Masters, Patrouille de France

    • Pass Week-End : 17€

     

    • Pass Camping-Cars (2 personnes) : 60€

    Contient : 2 Pass Week-End, un emplacement réservé (arrivée avant samedi 8h, départ le dimanche à 20h après la levée du dispositif), + 17€ par personne supplémentaire.

    • Pass Passionnés (2 jours) : 180€

    Contient : un Pass Week-End, un accès à l’Espace Passionnés, repas le samedi midi et le dimanche midi

    • Pass Passionnés (1 jour) 100€

    Contient : une entrée pour un jour, un accès à l’Espace Passionnés, un repas pour le midi

    Les entrées sont gratuites le samedi et le dimanche pour les enfants de moins de 8 ans !

    POINTS DE VENTE

    Deux possibilités pour acheter vos billets :

Pour plus d’informations :

http://meeting-aerien-aveyron.fr

http://toutlemondecontrelecancer.com

 

 


%d blogueurs aiment cette page :