Blog

Paris-Villaroche Air Legend 2018 (épisode 9)

Patrouille exceptionnelle

Patrouille de 4 rafales marine ,deux  DH-100 Vampire (F-AZOO et F-AZIK) et un Morane MS760 Paris (F-AZLT) ©Xavier Cotton

Toujours au meeting “Paris Villaroche Air Legend” du 8 septembre 2018, nous pu voir cette patrouille de quatre Rafale marine, précédé de deux DH100 Vampire du “Cercle de chasse de Nangis” et en tête le MS 760 “Paris” d’Armor Aero Passion.

Rafale Marine 70 ans de la flottille 12F ©Xavier Cotton

A noter la décoration particulière d’un des Rafale Marine pour marquer les 70 ans de la 12F, la flottille des Lascars créée le 1er août 1948 sur la base d’aéronautique navale d’Hyères et désormais installée à Landivisiau depuis 1968.

Le “Donald Duck” du blason a été complété par les silhouettes d’appareils équipant ou ayant équipé la “Douzef ” depuis sa création :

  • Supermarine Seafire d’août 1948 à mars 1950,
  • Grumman F6F Hellcat d’avril 1950 à juin 1953,
  • Chance-Vought F4U-7 Corsair de juin 1953 à août 1963,
  • Vought F-8 (FN) Crusader de mars 1965 à décembre 1999,
  • Rafale Marine depuis mai 2001.
De Havilland DH 100 Vampire (F-AZIK et f-AZOO)

Ces deux De Havilland DH 100 Vampire Fb.6 doté un réacteur Goblin 3  ont appartenu à l’armée de l’air Suisse jusqu’en 1988. Il font désormais parti du ” Cercle de Chasse de Nangis” basé à Melun-Villaroche. Malheureusement, j’ai appris depuis qu’un gros incendie s’est déclaré samedi 8 décembre 2018 dans le hangar qui abritait les deux Vampire, l’un a été détruit complétement le deuxième a pu être sorti du hangar mais est probablement irrécupérable.

Morane MS760 Paris (F-AZLT) D’Armor Aéro Passion ©Xavier Cotton

Le prototype Paris vola pour la première fois le 29 juillet 1954. 150 MS760A furent produits poussés par deux réacteurs Turbomeca de 400 kg. L’armée française utilisa ce quadriplace comme avion d’entrainement et de liaison. La poussée du MS760 PARIS II fut améliorée par l’utilisation de deux réacteurs Turbomeca Marboré V1 de 480 kg,, l’adjonction de deux réservoirs en bout d’aile, d’une cabine pressurisée et d’un compartiment à bagages agrandi, ce qui lui permettait une vitesse de 579km/ h pour une autonomie de 1740 km.

 
Morane MS760 Paris (F-AZLT) D’Armor Aéro Passion ©Xavier Cotton

Le MS760 Paris est unanimement considéré comme étant le premier VLJ (very light jet) de l’histoire de l’aviation. Le certificat de type et les droits de propriété du MS760 PARIS I ET II ont été rachetés à Daher-Socata par JetSet Aviation société américaine. Cet société a également récupéré l’outillage qui sera transféré en Floride. JetSet a racheté une quarantaine de MS760 de part le  monde, dont une dizaine appartenant à l’armée de l’air Argentine, et une soixantaine de moteurs Turbomeca Marboré neufs ou reconditionnés.

 
Le seul exemplaire  encore présenté en vol en Europe est le F-AZLT (Cn 32) qui appartient à l’association Armor Aéro Passion basée à Morlaix (LFRU), Vous pouvez lire son essai en vol dans Info-Pilote n°645 de décembre 2009.

Si vous le souhaitez , vous pouvez voir :


Le “Corsair” F-AZEG récompensé pour sa restauration

Chance-Vought F4U-5NL “Corsair” F-AZEG présenté le 8 septembre 2018 à Melun-Villaroche lors du “Paris-Villaroche Air Legend”©Xavier Cotton

L’histoire du F4U-5N de la collection Salis commence le 26 septembre 1951, lors de la prise en charge par l’US Navy. Après avoir  été convoyé en Corée en avril 1952, il a effectué un premier tour d’opération comme chasseur de nuit sur le USS “Valey Forge” qui a duré trois mois et à partir d’Août 1953 un second de neuf mois  sur le USS “Boxer”. En 1956, il est vendu à la “Force Aérienne du Honduras”.

Vought F4U-5NL Corsair F-AZEG présenté en statique le 23 mai 2010 à l’occasion du meeting “Aux temps des hélice à la Ferté-Alais ©Xavier Cotton

En 1979, on le retrouve dans des collections américaine avant d’être acquis en 1986 par Jean Salis qui le fit transporter par bateau jusque Rotterdam puis transiter par le Havre. C’est à partir du 11 décembre 1986 qu’il fut immatriculé F-AZEG selon le registre de la DGAC. Il fut présenté en meeting aérien jusqu’à son retour à la Ferté-Alais après de celui de Duxford du 14 juillet 2002. A partir de là, il est resté dans son hangar pendant 4 ans jusqu’à ce que Baptiste Salis et une équipe de bénévoles de l’association les Casque de cuir décident de le restaurer. Il ne savaient pas que cela durerait presque 10 ans avant de le revoir en vol  le 9 ami dernier à l’occasion du meeting “Aux temps des hélices” qui se tient chaque année sur le plateau de Cerny à la Ferté Alais .

Chance-Vought F4U-5NL “Corsair” F-AZEG présenté le 8 septembre 2018 à Melun-Villaroche lors du “Paris-Villaroche Air Legend”©Xavier Cotton

Le mercredi 24 octobre 2018, c’est dans les locaux de l’Aéroclub de France que sa présidente Catherine Maunoury à remis (dotée de 15 000€) la coupe GIFAS à l’association “les Casques de Cuir” pour la récompenser de la qualité de restauration du Chance Vought “Corsair” F-AZEG.

Chance-Vought F4U-5NL “Corsair” F-AZEG présenté le 8 septembre 2018 à Melun-Villaroche lors du “Paris-Villaroche Air Legend”©Xavier Cotton

Sources de informations :

Le Fana de l’aviation n°589 de décembre 2018


Vol en Boeing Stearman au dessus du bassin d’Arcachon

Bassin d’Arcachon ©Antoine Chabbert

Survoler le bassin d’ Arcachon par un ciel azur, parsemé de jolis cumulus blancs, le tout dans un avion historique dont le moteur ronronne à la perfection,  n’est ce pas un joli rêve pour tout pilote ?

Même si vous n’êtes pas pilote, mais que vous avez quelque intérêt pour les belles machines, le survol de ce site extraordinaire vous laissera des souvenirs inoubliables. Alors si ce vol à bord d’un mythique Boeing Stearman PT-17 de 1940 vous fait rêver, n’hésitez à vous l’offrir !

Vous trouverez les disponibilités et les tarifs pour faire un vol sur le site By Plane

Les hangars avions de l’aérodrome d’Andernos ©Xavier Cotton
Antoine donne ses consignes ©Liliane Cotton

Le grand jour de ce vol est arrivé. Vous voulez être serein, mais vous ne pouvez vous empêcher d’y penser depuis la veille au soir.

Bien sûr vous arrivez au terrain au moins une heure avant le rendez-vous donné – si ce n’est plus –  tellement vous êtes impatient de voir ce biplan jaune et bleu et de vous imprégner de l’ambiance du terrain.

Alors que vous êtes appuyé contre la barrière, limitant l’accès du parking avion aux seuls usagers, un pilote en combinaison, le foulard blanc noué autour du cou, semble s’avancer vers vous. Son allure pourrait vous faire penser qu’il a croisé le petit Prince dans le désert.

Il faut dire qu’Antoine Chabbert a reçu en héritage familiale cette passion pour le monde de l’aviation, son histoire et ses belles machines. Son grand-père volait pour l’Aéropostale et Bernard,  son père, est journaliste aéronautique et présentateur de meeting aérien. Le soir, ce dernier devait certainement bercer Antoine de sa voix chaude en lui contant des histoires de l’aviation comme celle d’Amelia Earhart qui tenta en 1937 le tour du monde en solitaire à bord d’un Lockheed 12A Electra.

Après vous avoir fait enfiler un blouson de cuir et fait monter en place avant du Stearman, Antoine vous donne les dernières consignes de sécurité avant le vol en particulier comment  évacuer de l’avion en cas d’urgence sous son ordre, exactement comme c’est fait  dans un avion de ligne avant son départ. Et puis, une fois le casque de cuir sur la tête, les écouteurs sur les oreilles et la “check-list avant mise en route” effectuée, Antoine appui sur le démarreur et, après quelques nuages de fumée blanche, le moteur – Continental R670 de 7 cylindres en étoile – tourne comme une horloge prêt à  délivrer ses 220 CV .

Boeing Stearman PT-17 F-HAME ©Liliane Cotton
Boeing Stearman PT-17 F-HAME ©Liliane Cotton

Après avoir remonté le taxiway qui mène au seuil de piste 31 et s’être assuré qu’il n’y a personne en finale, l’avion pénètre sur la piste et s’aligne sur l’axe. Antoine effectue la “checklist avant décollage”, puis met les gaz progressivement, de manière à bien maitriser l’accélération du biplan. Quand la vitesse est suffisante pour que la gouverne de profondeur soit soufflée, le pilote pousse le manche en avant de façon à soulager la roulette de queue, le Boeing Stearman se trouve alors  en “ligne de vol”,  puis atteignant les 60 nœuds, Antoine décolle l’avion et vire par la droite pour revenir vers Biganos au fond du bassin d’Arcachon.

 

Le banc d’Arguin ©Antoine Chabbert

Pendant le vol, Antoine  ne se lasse pas de me raconter ce pays qu’il aime, me montrant les parcs à huitres entre Lanton et Audenge, puis Arcachon et son port de plaisance,

Ensuite, avec l’autorisation des militaires, nous mettons le cap sur le banc d’Arguin, qui protège l’entrée du bassin d’Arcachon, en respectant  l’altitude maximum autorisée de 1000 pieds. Ce qui nous convient très bien pour survoler cet endroit magique.

Il me raconte comment un entrepreneur en bâtiment du cap ferret paye de ses propres deniers la construction d’une digue de sable pour protéger sa propriété de l’érosion naturelle de cette langue de terre.

Faisant un virage serré, Il me montre l’ile aux oiseaux et ses cabanes “tchanquées” (construites sur pilotis) situés au milieu du bassin.

Le banc d’Arguin ©Antoine Chabbert
Autoportrait ©Antoine Chabbert

De retour vers Andernos, Antoine me demande si je suis toujours d’accord pour faire un peu de voltige aérienne. Ma réponse enthousiaste ne lui laisse aucun doute !

Il enchaîne aussitôt une série de figures classiques de la voltige aérienne :

  • Un “huit paresseux” ou “lazy eight” ; la figure ressemble à celle d’un élastique plat que vous repliez en forme de 8  et dont vous remontez les extrémités.
  • Une “boucle” : l’avion évolue dans le plan vertical
  • Un “renversement” qui consiste à faire monter l’avion à la verticale jusqu’à avoir une vitesse quasiment nulle, le faire virer sur l’aile en bottant le palonnier, puis redescendre à la verticale (sans dépasser la vitesse maximum autorisée pour l’avion).
  • un “tonneau barriqué” : l’avion tourne sur lui-même autour d’un axe, comme s’il dessinait un pas de vis.

Voici une vidéo de cet enchaînement des 4 figures :

Cette vidéo est un extrait de celle enregistrée durant tout le vol par une caméra d’action fixée sur le hauban. Grâce à ce film offert à la fin du vol, vous pourrez revivre toutes vos sensations et les faire partager à votre entourage.

Après démonstration de la maniabilité de cet avion d’age vénérable et de l’habileté au pilotage d’Antoine, nous retournons vers le terrain d’Andernos,  finalisant ce vol magnifique par un “kiss landing”.

Merci Antoine, pour ce vol qui me laissera des souvenirs inoubliables !

Retour au bercail ©Liliane Cotton

Pour plus d’informations visitez le site by Plane Fly with us : http://stearman-passion.blogspot.com/


Paris-Villaroche Air Legend 2018 (épisode 8)

France’s Flying Warbird joue à domicile

Boeing Stearman PT-17 Kaydet F-AZXN de France’s Flying Warbird ©Xavier Cotton

Lors du Meeting aérien “Paris Villaroche Air Legend” des 8 et 9 septembre 2018, nous avons pu voir en statique ou en vol la quasi totalité de la flotte de France’s Flying Warbird, il faut dire que cette association est basée sur le terrain de Melun-Villaroche, donc nous n’en attendions pas moins !

“France’s Flying Warbird” est une association 1901 regroupant des propriétaires, des pilotes, des mécaniciens et plus généralement des passionnés d’avions historiques ayant pour but principal d’aider ses membres au maintien en état de vol des avions afin de les présenter au public lors des meetings aériens

A commencer par ce Boeing- Stearman PT-17 Kaydet (F-AZXN) que pour ma part je n’ai vu qu’au parking cette fois-ci

Curtiss P-40N “Warwhawk”  42-105915 F-AZKU de France’s Flying Warbird ©Xavier Cotton
Ci-dessus, le Curtiss P-40N-5CU “Little Jeanne” immatriculé F-AZKU (matricule 42-105915) au décollage. Cet avion est un des rares P-40 ayant connu le combat pendant la seconde guerre mondiale et qui soit toujours en état de vol. Il est sorti de l’usine Curtiss de Buffalo, dans l’état de New-york en 1943 avec le numéro constructeur 29677.
À la fin de la guerre l’avion fut abandonné à Tadji (Papouasie Nouvelle-Guinée) base aérienne créée par les japonnais début 1943 capturée par la 5th Air Force le 22 avril 1944. Ce n’est qu’en 1974 que Charles Darby (Néo-Zélandais) et “Monty” Armstrong (Australien) récupérèrent à Tadji plusieurs  Warbirds dont six P-39″Airacobra” et cinq P-40  pour le collectionneur Americain David Tallichet. Peu de temps après avoir été expédiée en Nouvelle Zélande, l’épave fut vendue à l’Australien Malcom Long puis exposée dans l’état dans divers collections privées et musées. Ensuite en 1991 ses nouveaux propriétaires Jack McDonald et John Rayner commencèrent la restauration du P-40.

L’Australien Murray Griffith acquit l’avion en 1996 et en fit achever la restauration. Immatriculé VH-KTI, le P40 fit son nouveau 1er vol le 20 mars 2002 aux mains de Jack McDonald à Coolangatta (Australie). Murray retrouva son pilote le lieutenant Warren, le dernier à l’avoir mené au combat avant qu’il ne soit abandonné sur le terrain de Tadji ( Papouasie Nouvelle-Guinée), quel émotion ce du être pour lui de revoir son avion de nouveau en état de vol.

En 2007, Christian Amara, collectionneur français acheta cet avion pour le ramener en France.

En 2008 le F-AZKU a été présenté pour la 1ere fois à la Ferté-Alais lors du meeting de la pentecôte et il portait alors les couleurs et marquage qui étaient les siens lorsqu’il était piloté par le Lt Robert Warren du 7th Fighter Squadron du 69th Fighter Group de la 5th Air force en Nouvelle Guinée.

En 2011 le P40 F-AZKU qui appartient à la SDPA (Société de Développement et de Promotion de L’Aviation) fut intégré à la collection de France’s Flying Warbird et basé à Melun-Villaroche.

En 2015, la livrée fut légèrement mdifiée pour rendre hommagr aux “Burma Banshees”, unité connue pour avoir des marquages particuliers avec une tête de mort sur les capots moteurs.

Yak-11/3 F-AZNN  de Georges Perez membre de France’s Flying Warbird ©Xavier Cotton

Cet Yak 11 (F-AZNN) est un avion d’entrainement avancé. Il a été construit en Tchécoslovaquie en 1948 par LET et a servi à l’armée tchécoslovaque avant d’être cédé à l’Égypte.

Il fait partie d’un lot de 41 appareils abandonnés à l’état d’épave dans une zone désertique d’Egypte dont Raymond Capel découvrit l’existence en 1982. Salis Aviation négocia le rachat du lot et le contrat put être signé en juin 1983. Il fallut alors organiser le démontage de 41 machines à l’abandon dans le dépôt d’El Khanda, dans le delta du Nil, la mise en conteneurs, le transport par camion vers le port d’Alexandrie, et le chargement sur un bateau à destination de Marseille. Enfin les 22 conteneurs ont rejoint le les hangars de l’association Jean-Baptiste Salis sur le plateau de Cerny à la Ferté-Alais.

Le Yak 11 25-111/05 est devenu la propriété de Pierre Dague. Celui-ci a décidé de transformer son Yak 11 en monoplace, fermant la place avant par des capotages et remplaçant la verrière d’origine par une nouvelle. Il y eu aussi bien sur une réfection complète du moteur de 7 cylindre en étoile à injection directe Shvetsov ASh21 (760 cv à 2300 tours). La remise en état de vol et les différentes modifications réalisées on nécessité 3500 heures de travail.

Il a effectué son nouveau 1er vol le 16 mai 1987 sur le plateau de Cerny-La Ferté-Alais. Il a reçu l’immatriculation F-AZNN en juillet 1988, “NN” pour Normandie-Niemen (surnommé aussi NeuNeu) en l’honneur du yak 3 de Lefèvre dont il porte les couleurs.

Après le décès accidentel de Pierre Dague en 1991 l’avion a été rendu à sa famille et n’a plus été présenté au public avant le meeting de la Ferté-Alais de 1997. Depuis 1999, il est la propriété de Georges Perez faisant partie de la flotte de France’s Flying Warbird basée à Melun.

North American T-6G Texan F-AZCV de France’s Flying Warbird ©Xavier Cotton

le North American T-6 est un biplace d’entrainement avancé. produit à plus de 15 000 exemplaires, il a formé la plupart des pilotes de toutes les aviations alliés pendant et après la dernière guerre mondiale et jusque dans les années 70 pour certains pays.

Le T-6 F-AZCV a été livré à l’USSAF en 1952 et  transféré à la France au titre du “Mutual Defence Assistance Program” en 1957. Il combat en Algérie  contre le FLN jusqu’en novembre 1961 pour ensuite être livré à l’Espagne au milieu des années 60. Il revient de nouveau en France en 1983. Pour en savoir plus sur l’histoire du F-AZCV, allez sur la page du site de France’s Flying Warbird dédié au T-6G “Texan”

P-51 Mustang F-AZSB piloté par Georges Perez de France’s Flying Warbird ©Xavier Cotton

Conçu en un temps record par North American, le P-51 Mustang équipé d’un moteur Rolls-Royce Merlin deviendra le meilleur chasseur monoplace de la seconde guerre mondiale. Sa grande autonomie lui permettait d’accompagner les bombardiers jusqu’en Allemagne. Le P-51 Mustang a permis a l’US Army Airforce d’assurer la  supériorité aérienne face à tous les chasseurs à hélice de la Lutwaffe ainsi qu’ à ceux de l’armée impériale japonaise.

Environ 15 700 exemplaires tout type confondus furent produits. le “Nooky Booky IV” construit en 1944 est le seul en état de vol en France.

Skyraider F-AZFN de France’s Flying Warbird ©Xavier Cotton

Le Skyraider avion d’attaque embarqué a été conçu par Douglas en 1944 pour succéder au SBD Dauntless produit par le même constructeur.

le Skyraider C/n 7609 a été découvert parmi d’autres avions en 1986 par un membre de l’Association des des Mécaniciens pilotes d’Aéronefs Anciens sur une zone reculée de l’ aéroport de D’jamena au Tchad où il était stocké depuis 1982. Après de longues négociations avec les autorités tchadiennes l’AMPAA a été autorisée à obtenir deux Skyraider, les remettre en état de vol et les ramener en France.

Après de nombreuses escales au Niger, en Algérie, au Maroc, Le Skyraider BuAer 125716 fit une dernière escale à Perpignan avant de rejoindre Melun base de l’AMPAA

Il fut immatriculé F-AZFN au registre français des aéronefs de collection en août 1989 et reprit les couleurs qu’il portait au sein de l’EAA 1/22 en 1974. Il fut présenté dans de nombreux meeting avant d’être acheté par la SDPA et d’intégrer la “France’s Flying Warbird”

Pour en savoir plus sur l’histoire du F-AZFN allez sur la page du site de France’s Flying Warbird dédié au Douglas AD4N “Skyraider”.

Consolidated PBY-5A “Catalina”  N9767 aux couleurs de Jean-Yves Cousteau de  France’s Flying Warbird ©Xavier Cotton

Le Consolidated PBY “Catalina” est un hydravion militaire conçu dans les années 30 aux États-Unis. Il est largement utilisé pendant la seconde guerre mondiale effectuant des mission très diverses. il a été utilisé par près de 25 pays différents y compris comme avion de transport. Un certain nombre d’exemplaire sont encore employé comme bombardier d’eau.

A noter que le Catalina” N9767 construit au Canada en 1942 et renommé  depuis “la princesse des étoiles” servit en 1995 de régie volante et d’appareil d’exploration en Afrique à la fameuse émission de télévision “Opération Okavango” animé par Nicolas Hulot. Durant un an et demi, sa mission l’emmena à Djibouti,  aux Comores, au Kenya, et en Éthiopie avec un seul ennui mécanique, la rupture d’un cylindre dont la réparation prit quelques heures entre deux vols. Sur les 4000 appareils produits, il fait actuellement parte de la quinzaine en état de vol dans le monde et le seul en France. Pour en savoir plus sur l’histoire de “la princesse des étoiles” allez sur la page d du site de France’s Flying Warbird dédié au Consolidated PBY “Catalina”

DC-3 N49AG de France’s Flying Warbird ©Xavier Cotton

Né en Californie à Santa Monica, le Douglas DC-3 fait son 1er vol en 1935. Il incarne le transport aérien moderne, fiable et confortable. Transformé en avion militaire pour les besoins de la guerre, le DC-3 devenu C-47 Skytrain est notamment le héros du 6 juin 1944 en larguant les parachutistes de la 101e et 82e Airborne, la veille du débarquement de Normandie.

Symbole de la libération, la silhouette du DC-3 est de venue une icone moderne au même titre que la jeep.

Le DC-3 N49G (s/n 42-68810) de “France’s Flying Warbird” dont le numéro de constructeur 11737 fait partie d’un lot de 159 C-53-DO Skytrooper construit aux usines Douglas de Santa Monica Californie commandé par l’USAAF en 1942 et livré en 1943.

Pour en savoir plus sur l’histoire du DC-3 N49G, allez sur la page du site de France’s Flying Warbird dédié au  Douglas DC3-A.

 

Tous ces avions sont maintenus en état de vol par une bande de copains pour le plus grand plaisir de tous. Vous retrouverez leur histoire sur le site de l’association France’s Flying Warbird : https://www.ffwm.fr

Si vous le souhaitez , vous pouvez voir :


DOUGLAS AD-4 SKYRAIDER A Vendre

Douglas AD-4 Skyraider F-AZHK à La Ferté Alais en 2015 ©Xavier Cotton

Au cas où cela vous intéresserait, sachez que le Douglas AD-4 Skyraider F-AZHK  basé à Avignon est à vendre. Cette belle machine n’a que 148 heures de vol depuis restauration. Son prix n’est pas à la portée de toutes les bourses : 675 000 $ soit environ 595 110€, mais j’espère qu’il trouvera acheteur en France afin qu’on puisse continuer de le voir en meeting.

Pour plus de renseignements : http://courtesyaircraft.com/aircraft/f-azhk-douglas-ad-4-skyraider/

Douglas AD-4 Skyraider F-AZHK à La Ferté Alais en 2013 ©Xavier Cotton

Paris-Villaroche Air Legend 2018 (épisode 7)

un meeting aérien sans T6 est-ce possible ?

Quatre North American T6 en jaune F-AZCV , en haut F-AZBE, en bleu F-AZEF et le dernier F-AZTL ©Xavier Cotton

Le North American T-6 Texan, surnommé «Le faiseur de pilote», conçu en 1938, est le plus célèbre des avions écoles. Ce fut l’appareil d’entrainement standard des pilotes de chasse Américains et Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Construit à près de 15500 exemplaires, il fut utilisé par plus de soixante pays y compris  la France.

Caractéristiques techniques :

  • Masse Max : 2550 Kg
  • Longueur : 8.84 m
  • Envergure : 12.8 m
  • Plafond de vol : 7260 m
  • Vitesse: 180 Kts
  • Moteur : Pratt & Whitney R1340 Wasp à 9 cylindres en étoile de 600 cv
North American T-6G Texan F-AZEF et T-6G Texan F-AZCV ©Xavier Cotton

le  T-6G  jaune F-AZCV  appartient à la Société pour le Développement et la Promotion de l’Aviation (SDPA) de Christian Amara et fait partie depuis mars 2012 de la flotte de France’s Flying Warbird basée à Melun-Villaroche. Vous pouvez découvrir son histoire en suivant ce lien  : North American T-6G “Texan”

North American T-6G Texan F-AZEF ©Xavier Cotton

Le North American T-6G Texan F-AZEF qui servit dans l’Armée de l’Air française appartient à l’Association des Mécaniciens Pilotes d’Aéronefs Anciens (AMPAA) qui l’a restauré en 3 ans.

Harvard Mk2A F-AZBE de Frank Salis ©Xavier Cotton

Le Harvard IIA TA-127 F-AZBE  appartient à Franck Salis et est basé bien sûr à La Ferté-Alais

North American T-6G Texan F-AZTL de Christian Lucquet Basé à Lyon-Corbas ©Xavier Cotton

Le Texan F-AZTL des Ailes Anciennes de Corbas a été construit en tant qu’AT-6B (Adanced Trainer) . Vous pourrez lire son histoire complète sur la page qui lui est consacré sur le site des Ailes Anciennes de Corbas .

Il est affecté dès le 31 mars 1942 sur le terrain de Craig Field dans l’Alabama avec le code tactique CR311 (CR pour CRaig).

En 1954, il est acquis par l’Armée de l’Air française

En 1963, le 51-15102 est réformé et stocké sur la Base Aérienne d’Ambérieu-en-Bugey en vue de sa destruction. 

En 1996, il est récupéré et entièrement refait par les Ailes Anciennes de Corbas qui le remettent en état de vol au standard d’origine AT-6B avec un moteur Pratt & Withney R1340-AN1 «Wasp» de 600ch et ses couleurs de 1942. Il effectue son premier vol après restauration le 5 mai 2013.

Sources des informations :

Si vous le souhaitez , vous pouvez voir :

A suivre …..


Paris-Villaroche Air Legend 2018 (épisode 6)

Le Grumman “Wildcat”

Grumman Wildcat FM2 (G-RUMW) de “The Fighter collection ” basé à Duxford ©Xavier Cotton

Ce Grumman “Wildcat” (G-RUMW) en état de vol est unique en Europe, il fait partie de la collection” The Fighter Collection“. Il est venu spécialement de Duxford (Angleterre) où il est basé pour participer  à “Paris-Villaroche Air Legend 2018”, le plus grand rassemblement de Warbirds qu’on ai vu en France !

Ce Wildcat a été construit par la General Motors Corporation  pour la marine américaine en 1945. Il a été immédiatement été stocké à Tillamook Naval Air Station , Oregon. L’avion a ensuite été radié de la marine américaine  le 28 Février 1946.

L’avion a eu une série de propriétaires privés entre 1946 et 1975 et, en 1975, il a été exposé au “Chennault Air Museum”, en Californie. Il y est resté jusqu’en 1992, date à laquelle il a été déplacé à Chino par “Fighter Rebuilders” pour être remis en état de navigabilité. Le premier vol post-restauration a eu lieu en janvier 1993.

L’avion a été acquis par “The Fighter Collection” en 1993 et ​​expédié à Duxford en avril de la même année. Il porte actuellement les couleurs d’un  Wildcat britanique à bord du HMS Tracker en 1944.

Grumman Wildcat FM2 (G-RUMW) de “The Fighter collection ” basé à Duxford ©Xavier Cotton

Source des informations :

Le programme de “Paris-Villaroche Air Legend 2018”

“The Fighter Collection http://fighter-collection.com/cft/

Si vous le souhaitez , vous pouvez voir :

A suivre…..

 


Paris-Villaroche Air Legend 2018 (épisode 5)

Grumman Avenger

Grumman TBM-3R Avenger HB-RDG basé à Lausanne en Suisse ©Xavier Cotton

Le TBF Avenger (désigné aussi TBM pour ceux qui ont été construits par General Motors) est un bombardier-torpilleur triplace américain. Conçu par Grumman, il est initialement développé pour la Marine des États-Unis et le Corps des Marines des États-Unis est un gros triplace bien armé, pourvu d’une large soute capable d’accueillir une torpille ou une charge de bombes de même poids et emmené par un Wright R-2800 de 1700 ch.

Le prototype fit son premier vol en 1941. Il fut produit en série l’année suivante et fut utilisé pour la première fois au cours de la bataille de Midway (5 au 7 juin 1942). C’est sur un appareil de ce type que Georges BUSH père, ancien président des USA, fut abattu 3 fois en tant que pilote de l’US NAVY.

Grumman TBM-3R Avenger HB-RDG

Le « Charlie’s Heavy » est délivré le 17 mai 1945 à la base navale de San Diego, puis celle de Pearl Harbor où il reste jusqu’en 1946. La guerre étant terminée, il rejoint le continent. En 1953, il est modifié en TBM 3R (sans tourelle arrière) pour la guerre de Corée et peut embarquer sept personnes. En juin 1956, il est retiré de l’US Navy. Il ne revole plus jusqu’en 1987, moment où l’appareil est acquis par Anthony Haig-Thomas qui le restaure aux Etats-Unis. Son nouveau propriétaire le ramène en Angleterre à North Weald en 1991. En 2005, l’Avenger est finalement racheté par, Charles Trachsel collectioneur suisse, qui donne son nom à l’avion.

Immatriculé HB-RDG, il reste aux couleurs de la Navy jusqu’en 2009.   l’Avenger est modifié en TBM 3E au cours de l’hiver 2009-2010, pour recevoir une tourelle ( Fana de l’Aviation N°487S de juin 2010) qu’il avait perdue lors de sa transformation pour la Corée. Il est alors repeint aux couleurs françaises (au meeting de  La Ferté Alais 2010), afin de célébrer le centième anniversaire de l’Aéronavale française dans laquelle de nombreux Avengers ont évolués. c’ est à cette occasion q’une torpille est construite pour rejoindre la soute (photo ci-dessous).

Grumman TBM-3R Avenger HB-RDG ©Xavier Cotton

Immatriculé HB-RDG, il reste aux couleurs de la Navy jusqu’en 2009.   l’Avenger est modifié en TBM 3E au cours de l’hiver 2009-2010, pour recevoir une tourelle ( Fana de l’Aviation N°487S de juin 2010) qu’il avait perdue lors de sa transformation pour la Corée. Il est alors repeint aux couleurs françaises (au meeting de  La Ferté Alais 2010), afin de célébrer le centième anniversaire de l’Aéronavale française dans laquelle de nombreux Avengers ont évolués. c’ est à cette occasion qu’une torpille est construite pour rejoindre la soute (photo ci-dessus).

Grumman TBM-3E Avenger F-AZJA de l’AMPAA basé à Melun ©Xavier Cotton

S’étant taillé une belle réputation d’efficacité dans le Pacifique, l’Avenger équipa les marines britanniques, canadiennes, françaises, hollandaises et même japonaise après-guerre. Il termine sa carrière dans le civil comme avion de lutte anti-incendie au Canada.

L’AVENGER dont dispose l’A.M.P.A.A (Association des Mécaniciens pilotes d’Avions Anciens) est un TBM 3E et  c’est le seul exemplaire existant sur le territoire Français. Construit en 1943 par GENERAL MOTORS avec le serial number 85869, il est aujourd’hui présenté aux couleurs d’un avion de la FLEET AIR ARM (aéronautique navale britannique) qui participa au débarquement des alliés en 1944. .  L’aéronavale utilisa 140 AVENGER dans ses versions de détection et de lutte anti sous marine. Certains d’entre eux participèrent à la campagne de SUEZ en 1956. A la fin de leur service, ils furent détruits ou restitués aux Américains.

Caractéristiques

Avion : TBM 32 Avenger

Propriétaire: Association des Mécaniciens Pilotes d’Aéronefs Anciens

Masse Max : 8200 kg

Plafond : 9000 m

Vitesse : 230 Kts

Moteur : WRIGHT CYCLONE R-2800-20, 14 cylindres de 1700 cv

Base : Melun Villaroche

Source des informations :

Association des Mécaniciens Pilotes d’Aéronefs Anciens : www.ampaa.fr

Aviapic : https://www.aviapic.ch

Programme “Paris-Villaroche Air Legend 2018

Le fana de l’Aviation

Si vous le souhaitez , vous pouvez voir :

A suivre…..

 

 


Paris-Villaroche Air Legend 2018 (épisode 4)

Le retour du Boomerang

Ce CAC BOOMERANG CA-13 NX32CS basé à Anvers et piloté par Remko Sijben ©Xavier Cotton
La présence du CAC-13 “Boomerang” (NX32CS) à Melun était aussi tout à fait exceptionnelle car  cet avion est unique en Europe. Bien qu’appartenant au collectionneur hollandais Remko Sijben, il est basé à Anvers (en Belgique). En effet, depuis 2015, les ex avions militaires ne sont plus autorisés à voler au dessus des Pays-Bas. Bien sur, les associations de collectionneurs d’avions anciens font tout ce qu’ils peuvent pour faire modifier ce texte de loi, mais en attendant, elles sont obligées d’expatrier leurs avions de collection. C’est aussi pour cette raison que le Yak 3 F-AZKK (photo ci-dessous) est immatriculé en France et basé à Lille bien qu’ appartenant à l’association hollandaise “Yak association
Yak 3 UP-W F-AZKK  piloté par Rick van der Graaf et CAC BOOMERANG CA-13 NX32CS piloté par Remko Sijben ©Xavier Cotton

Construit en 1942 à 250 exemplaires par la Commonwealth Aircraft Corporation, les “Boomerang” furent créés en un temps record pour la Royal Australian Air Force. Rapide, puissamment armé, maniable, ces avions se distinguèrent auprès des pilotes pour leur aspect tactique. Le ” Boomerang” est une véritable nouveauté en meeting, puisque cet avion a uniquement combattu dans les cieux du Pacifique et témoigne de la contribution australienne à la victoire de la seconde guerre mondiale.

Si vous le souhaitez , vous pouvez voir :

A suivre…….


Paris-Villaroche Air Legend 2018 (épisode 3)

Yak, Yak, Yak et Yak

Yak 3 G-OLEK anciennement D-FLAK de Will Greenwood aux couleurs du Normandie-Niemen ©Xavier Cotton

Depuis 1991, un certain nombre de véritables répliques de Yak-3 ont été récemment fabriqués par Yakovlev pour le marché des Warbirds en utilisant les plans et les matrices d’origine . Ceux-ci sont équipés  d’un moteurs Allison V-1710 et ont la désignation Yak-3M

Le Yak 3 n°470202 (G-OLEK / ancien D-FLAK) a été assemblé à Strela à Orenburg (700 milles au sud-est de Moscou à la frontière russo-kazakh) au début des années 1990. L’un des rares exemplaires à deux places G-OLEK a été acheté par le propriétaire actuel, Will Greenwood, de Max Alpha Aviation GmbH située à Bremgarten, dans le sud de l’Allemagne, puis transféré dans sa nouvelle base au Royaume-Uni.

L’appareil est peint aux couleurs d’un avion du Régiment de chasse Normandie-Niemen, piloté par des pilotes de l’armée de l’air française libre sur le front est.

Le Yakovlev Yak-3 était un chasseur russe  de la Seconde Guerre mondiale, développé à partir du Yak-1. Premier vol en 1943, il s’est révélé être excellent en combat aérien, doté d’une maniabilité exceptionnelle et d’un taux de montée élevé. Sa robustesse et sa facilité de maintenance font de cet avion un objet de prédilection pour les pilotes et les équipages.

Au combat, le Yak-3 a prouvé sa supériorité sur les chasseurs allemands qui en détruisant 15 appareils de la Luftwaffe et ne subissant qu’une perte lors de sa première sortie au combat. L’ajout des moteurs Klimov VK-107 de 1700 chevaux a encore accru les performances lui permettant d’ atteindre une vitesse maximale de 390 Kts.

  • Immatriculation : G-OLEG/ anciennement D-FLAK
  • N°de serie : 0470202
  • Propriétaire : Will Greenwood
  • Construit en : 1990
  • Longueur:  8.5 m
  • Envergure : 9.2 m
  • Moteur : 1 × Allison 1710 V-12  moteur à refroidissement par liquide
  • Vitesse max :   353 Kt (655 km/h)
  • Autonomie :  350 nm (650 km)
 
Yak 9 UM HB-RYA ©Xavier Cotton

Ce Yak 9 UM HB-RYA est piloté par Emiliano Del Buono. Il fait partie de la flotte de 46 Aviation basée à Sion en Suisse. Il a été reconstruit en 1999, à l’aide de pièces et de gabarits d’origine.

Le Yak 9 était un avion de chasse de l’Union soviétique apparu sur le front à la fin de 1942 pendant la Seconde Guerre mondiale. Cet avion a acquis une réputation moyenne parmi ses concurrents, notamment en raison de ses performances exceptionnelles à basse altitude. La Luftwaffe a même conseillé à ses pilotes d’éviter de s’engager avec le Yak 9. D’après les informations fournies par ceux qui ont piloté cet avion, les performances étaient comparables à celles du P-51D Mustang, du Spitfire IX, du Focke-Wulf FW19OA et du BF109.

La petite taille et le rapport poids / puissance élevé du Warbird russe sont donc extrêmement impressionnants à regarder lors de tout événement en extérieur. Le bel avion est agile, puissant, dans les virages serrés, manœuvrable et va même jusqu’à dépasser le P51 Mustang en montée!

  • Immatriculation : HB-RYA
  • Propriétaire : 46Aviation
  • Construit en : 1999
  • Longueur:  8.55 m
  • Envergure : 9.74 m
  • Moteur : 1 × Allison 1710 V-12  moteur à refroidissement par liquide
  • Vitesse max :   353 Kt (655 km/h)
  • Autonomie :  350 nm (650 km)
Yak 11 /3 F-AZNN de Georges Perez  qui réside à Melun ©Xavier Cotton

Cet Yak 11 (F-AZNN) est un avion d’entrainement avancé. Il a été construit en Tchécoslovaquie en 1948 par LET et a servi à l’armée tchécoslovaque avant d’être cédé à l’Égypte.

Il fait partie d’un lot de 41 appareils abandonnés à l’état d’épave dans une zone désertique d’Egypte dont Raymond Capel découvrit l’existence en 1982. Salis Aviation négocia le rachat du lot et le contrat put être signé en juin 1983. Il fallut alors organiser le démontage de 41 machines à l’abandon dans le dépôt d’El Khanda, dans le delta du Nil, la mise en conteneurs, le transport par camion vers le port d’Alexandrie, et le chargement sur un bateau à destination de Marseille. Enfin les 22 conteneurs ont rejoint le les hangars de l’association Jean-Baptiste Salis sur le plateau de Cerny à la Ferté-Alais.

Le Yak 11 25-111/05 est devenu la propriété de Pierre Dague. Celui-ci a décidé de transformer son Yak 11 en monoplace, fermant la place avant par des capotages et remplaçant la verrière d’origine par une nouvelle. Il y eu aussi bien sur une réfection complète du moteur de 7 cylindre en étoile à injection directe Shvetsov ASh21 (760 cv à 2300 tours). La remise en état de vol et les différentes modifications réalisées on nécessité 3500 heures de travail.

Il a effectué son nouveau 1er vol le 16 mai 1987 sur le plateau de Cerny-La Ferté Alais. Il a reçu l’immatriculation F-AZNN en juillet 1988, “NN” pour Normandie-Niemen (surnommé aussi NeuNeu) en l’honneur du yak 3 de Lefèvre dont il porte les couleurs.

Après le décès accidentel de Pierre Dague en 1991 l’avion a été rendu à sa famille et n’a plus été présenté au public avant le meeting de la Ferté-Alais de 1997. Depuis 1999, il est la propriété de Georges Perez faisant partie de la flotte de France’s Flying Warbird basée à Melun.

YAK 3 UP-W F-AZZK piloté par Rick van der Graaf ©Xavier Cotton

Le Yak 3 UP-W immatriculé F-AZZK  piloté par Rick van der Graaf appartient à la Yak association (association néerlandaise). Cet avion complète le tableau des chasseurs alliés de la second Guerre Mondiale en s’ajoutant  aux deux Warbirds possédés par l’association, un Spitfire et un P51 Mustang

Ce chasseur est un biplace en tandem équipé en double commandes permettant au Yak de pouvoir être piloté à partir des deux places. Propulsé par son moteur refroidi par air de 14 cylindres pour un total 30 litres délivrant 1200 cv, le Yak offre des performances presque illimitées. Vol acrobatique, combat aérien  avec une vitesse bien supérieure à 500 kilomètres à l’heure.

YAK 3 UP-W F-AZZK ©Xavier Cotton

Source des informations :

France’s Flying Warbirds : https://www.ffwm.fr/

46 Aviation : https://www.46aviation.com/

Yak Association  :http://www.yakassociation.nl/

Warbird Aviation : https://warbirdaviation.co.uk

Programme de Paris-Melun Air Legend

Le Fana de l’Aviation n° 211 juin 1987 et N°264 novembre 1991

Si vous le souhaitez , vous pouvez voir :

A suivre…….


This site is protected by wp-copyrightpro.com