Étiquette : le bourget

Meeting aérien du Bourget pour les 120 ans de l’Aéro-Club de France

Patrouille de France  passage train sorti ©Xavier Cotton

Organiser un meeting aérien sur la plateforme de Paris-Le Bourget est loin d’être simple pour au moins deux raisons, tout d’abord on ne peut stopper complétement le trafic aérien de ce terrain plus que centenaire mais dont l’activité de jet privés est encore très importante, et l’obligation absolue de respecter le volume défini pour les évolutions en raison de la proximité du terrain de Paris-Charles de Gaulle

Le meeting aérien en l’honneur des 120 ans de l’Aéro-Club de France commença a 13H00 et se termina à 17h00, afin de pouvoir rendre l’espace au trafic aérien.

Le spectacle commença avec plusieurs passages de la Patrouille de France en avant première car le programme définitif n’est pas encore validé, par contre la PAF nous a offert un un passage a 8 avec le train sorti que je n’avais jamais eu l’occasion de voir en programme officiel. Les 8 alpha jet de la patrouille sont ensuite venus se parquer juste devant le public.

Vous pouvez  noter que les numéros des Alpha jets ne sont pas encore peints sur la dérive est que sur la photo ci-dessus le 4 eme Alpha jet possède encore l’ancien schéma tricolore et que sur le dernier on peut voir les couleurs choisies lors de la tournée de la PAF aux USA, l’année dernière (16 mars au 6 mai 2017). Afin de célébrer le centenaire de l’entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, la Patrouille de France avait été invitée pour une tournée américaine exceptionnelle allant de New York à San Francisco, du Groenland à Las Vegas, de la Floride au Grand Canyon.

Alpha jet Patrouille de France PAF ©Xavier Cotton

Stampe SV4 (F-BCGQ) Basé à La Ferté-Alais ©Xavier Cotton

Bücker Jungmeister (SP-YBK) ©Xavier Cotton

Le programme s’est poursuivi par un duo de voltige douce avec un Stampe SV4 et un Bücker Jungmeister dont Bernard Chabbert aime à comparer le savoir faire des figures de voltige avec la préparation de la sauce béchamel. “Quand vous mettez la cuillère dans votre sauce, si elle tient toute droite, c’est de la purée, si elle tombe c’est la soupe, le savoir faire de la béchamel comme de la voltige ancienne se  trouve entre les deux”

Stintson Reliant (F-GPJS) d’Aero Vintage Academy ©Xavier Cotton

Ce Stinson Reliant d’Aero Vintage Academy basé à La Ferté-Alais est une des première Limousine de l’air

Nord 3202 (F-AZND) piloté par Bertrand Dommartin ©Xavier Cotton

C’est le 4 novembre 2008 que Bertrand Dommartin a effectué son 1er vol après restauration de son Nord 3202 (voir la vidéo).  Voici l’histoire du Nord 3202 n°59 F-AZND (pour F-AZ Nord) selon le Fana de l’Aviation de décembre 2008 : “Cet avion est sorti de l’usine Nord Aviation de Méaulte le 24 février 1961, Du 28 mars 1961 au 28 février 1966, il servit au sein de l’EA.ALAT de Sidi Bel Abbès, puis fut affecté à l’ES.ALAT de Dax avec le code AJQ du 9 janvier 1969 au 25 juin 1970. Il fut réformé le 17 septembre 1977. Bertrand Dommartin l’a acheté à la fin de 1994. Le fuselage a été en parti restauré dans son garage, les ailes et l’assemblage final ont été réalisés dans le hangar de Patrick Dubois, avec quelques coup de mains de ses amis de Reims-Voltige. La décoration est un hommage à Léon Biancotto. Celui- ci a disparu le 29 août 1960 au commandes du Nord 3202 n°16 immatriculé F-BFHA, lors du championnat de voltige de Bratislava”.

Auster (G-AJAE) ©Xavier Cotton

North American T6 (F-AZBQ) de l’AJBS ©Xavier Cotton

EXTRA 330 SC N°05 (F-TGCJ) de l’EVAA présenté par “VICO” Victor Lalloue ©Xavier Cotton

Victor Lalloue dit “VICO” de l’EVAA

Curtiss P40 (F-AZKU) de France’s Flying Warbird ©Xavier Cotton

P51 Mustang (F-AZSB) de France’s Flying Warbird ©Xavier Cotton

Fouga CM175 F-GSYD de la Patrouille Tranchant piloté par Hugues Duval ©Xavier Cotton

Consolidated PBY-5A “Catalina”  N9767 aux couleurs de Jean-Yves Cousteau de  France’s Flying Warbird ©Xavier Cotton

DC3 F-AZOX de Un DC3 pour la Normandie ©Xavier Cotton

DC3 F-AZTE de France DC3 ©Xavier Cotton

Skyraider (F-AZFN) de l’AJBS ©Xavier Cotton

Patrouille “Carnet de Vol” avec le Pitts (F-HBOB) piloté par Bertand Boillot et le Mudry-Apex Cap 222 (F-WWMZ) piloté par Eric Vazeille ©Xavier Cotton

Avec La patrouille “Carnet de Vol” (http://www.passionpourlaviation.fr/2018/05/04/la-patrouille-carnet-de-vol-avec-eric-vazeille-et-bertrand-boillot/) composée du Pitts de Bertrand Boillot et  du Cap 222 d’Eric Vazeille, on assista à un un “show”  d’environ 10 minutes où les deux pilotes  nous firent  un superbe démonstration  enchainant à la fois, la voltige individuelle de compétition, patrouille en voltige, poursuite ainsi que de quelques croisements.

Bertrand Boillot :

  • Pitts F-HBOB
  • Ancien leader solo de la patrouille de France.
  • Pilote sur Alpha-jet et Mirage.
  • Champion de France de voltige en 1992.
  • Pilote chez Air France.

Eric Vazeille :

  • Pilote  du CAP222 F-WWMZ
  • Champion du monde de voltige 2000 (catégorie Unlimited).
  • Entraineur de l’équipe de France de voltige Aérienne depuis 2014.
  • Pilote chez Air France.

Reims FTB F337G Super Skymaster (F-HCRF) de Raymond Frappot ©Xavier Cotton

OV-10 Bronco (F-AZKM) du Musée Européen des Avions de Chasse de Montélimar présenté par Alain Bes  ©Xavier Cotton

Bulldog Team  (F-AZOG et F-AZKI) ©Xavier Cotton

Catherine Maunoury sur Extra 330 SC HB-MTR et Aude Lemordant sur Extra 330 LC F-HXAL ©Xavier Cotton

Et en final avant de rendre l’espace au trafic aérien commercial, on put voir une présentation des deux “princesses” comme les a appeler au micro Bernard Chabbert, sur leur extra 330 SC respectif. Ces deux pilotes ont toutes les deux un parcours exceptionnel et ce fut un vrai plaisir de les voir partager leur expérience du pilotage en voltige aérienne, malheureusement au Bourget les avions  sont relativement loin des spectateurs et le ciel était gris de chez gris.

Catherine Maunoury :

Brevetée pilote en 1971 à l’age de 17 ans

Double Championne du Monde individuelle de voltige aérienne (1988 et 2000)

Championne du Monde par équipe de voltige aérienne (1994)

10 fois championne de France de voltige aérienne  (1980, 83, 85, 88, 94, 96 à 99)

Présidente du Musée de l’Air et de l’Espace du 10 août 2010 au 28 février 2017

Présidente de l’Aéro-club de France

vole sur Extra 330SC HB-MTR

 

Aude Lemordant :

Pilote B777 chez Air France

Double Championne du Monde individuelle et par équipe  de Voltige aérienne (2013 et 2015)

Quadruple Championne de France de voltige aérienne ( 2011 à 2014)

Vole sur EXTRA 330SC F-HXAL

 

 

 

 

 

Vous pouvez voir encore plus de photos du meeting  en visitant l’album “2018 Meeting Le Bourget” sur ma page Flickr

 

Sources des informations :

Patrouille de France : http://www.patrouilledefrance.fr/

École de Voltige de l’Armée de l’Air : http://www.equipedevoltige.org/

Amicale Jean-Baptiste Salis : http://ajbs.eu/

Aero Vintage Academy : http://www.aero-vintage-academy.fr/

Patrouille Tranchant : http://www.patrouille-tranchant.com/

Un Dakota sur la Normandie DC3 F-AZOX : https://www.dakota-normandie.org/

France DC3 F-AZTE : https://fr-fr.facebook.com/FranceDC3/

France’s Flying Warbirds : https://www.ffwm.fr/fr/

Musée Européen des Avions de Chasse : http://www.meacmtl.com/

Bulldog Team : https://d.facebook.com/bulldogteam.patrouille/

Catherine Maunoury : http://www.catherine-maunoury.fr/

Aude Lemordant : https://fr-fr.facebook.com/aude.lemordant/


Catherine Maunoury et Aude Lemordant en duo au Bourget

Catherine Maunoury Championne du Monde voltige aérienne sur l'Extra EA-330SC HB-MTR lors du meeting aérien de La Ferté-Alais 2013 ©Xavier Cotton

Catherine Maunoury Championne du Monde voltige aérienne  sur l’Extra EA-330SC HB-MTR lors du meeting aérien de La Ferté-Alais 2013 ©Xavier Cotton

Dimanche 15 avril 2018, Catherine Maunoury et Aude Lemordant  toutes les deux championnes  du Monde de voltige aérienne feront une présentation simultanée en vol à l’occasion du meeting anniversaire des 120 ans de l’Aéro-club de France sur l’aéroport de Paris-Le Bourget.

Catherine Maunoury :

Brevetée pilote en 1971 à l’age de 17 ans

Double Championne du Monde individuelle de voltige aérienne (1988 et 2000)

Championne du Monde par équipe de voltige aérienne (1994)

10 fois championne de France de voltige aérienne  (1980, 83, 85, 88, 94, 96 à 99)

Présidente du Musée de l’Air et de l’Espace du 10 août 2010 au 28 février 2017

Présidente de l’Aéro-club de France

Aude Lemordant :

Pilote B777

Double Championne du Monde individuelle et par équipe  de Voltige aérienne (2013 et 2015)

Quadruple Championne de France de voltige aérienne ( 2011 à 2014)

Dimanche 15 avril prochain, l’Aéro-Club de France et le musée de l’Air et de l’Espace s’associent pour proposer un meeting aérien exceptionnel à l’occasion du Carrefour de l’Air et du 120ème anniversaire de la première institution aéronautique au monde.

 

Aude Lemordant championne du monde voltige aérienne sur son Extra 330SC F-HXAL lors du meeting de Troyes 2014 ©Xavier Cotton

Aude Lemordant Championne du Monde voltige aérienne sur son Extra 330SC F-HXAL lors du meeting de Troyes 2014 ©Xavier Cotton

Liens utiles :

Catherine Maunoury : http://www.catherine-maunoury.fr/

Musée : http://www.museeairespace.fr/actualites/meeting-aerien-des-120-ans-de-laero-club-de-france/

Plan d’accès : http://www.museeairespace.fr/wp-content/uploads/sites/2/2018/04/plan-acces-meeting-120ansaecf.pdf

Plan du meeting : http://www.museeairespace.fr/wp-content/uploads/sites/2/2018/04/plan-meeting-120ansaecf.pdf

Consignes de sécurité : http://www.museeairespace.fr/securite/meeting.pdf

Le Carrefour de l’Air : http://www.museeairespace.fr/actualites/carrefour-de-lair-2018/


Aéropuces 2017

Aéropuces 2017 AU Musée de l’Air et de l’Espace au Bourget

Samedi 21 Octobre 2017 au Dimanche 22 Octobre 2017 de 10h00 à 17h00

Rendez-vous dans le Hall 6 Concorde et de l’entre deux guerres du Musée de l’Air et de l’Espace au Bourget pour une nouvelle édition de la brocante aéronautique et spatiale.

La brocante est ouverte aux particuliers et aux professionnels et l’entrée est libre.

Vous pouvez y dénicher :

  • Des livres, affiches, magazines, cartes postales et objets de collection…
  • Des instruments et accessoires, moteurs, hélices, casques, uniformes…
  • Des aéronefs, pièces, maquettes…

Rendez-vous au musée pour acheter, échanger et rencontrer des passionnés. Plus de soixante exposants sont attendus.

Venez dénicher, découvrir, compléter votre collection : instruments et accessoires : moteurs, hélices, casques, uniformes, maquettes, aéronefs, pièces, objets insolites, ivres, affiches, cartes postales, vieux papiers, magazines, objets de collection comme cet avion à pédales pour enfant.

Les ateliers seront ouverts exceptionnellement le samedi 21 et dimanche 22 octobre 2017.

Le Hall Concorde est intégralement accessible aux personnes en fauteuil roulant.

Le Hall de l’Entre-deux-guerres est en partie accessible aux personnes en fauteuil roulant (22 marches à gravir pour atteindre la mezzanine).

Pour tout renseignement complémentaire sur l’accessibilité de cet événement, contactez le MAE à cette adresse ecrire[arobase]museeairespace.fr

Musée de l’Air et de l’Espace
Aéroport de Paris Le Bourget
BP 173

93352 LE BOURGET

www.museeairespace.fr

tel 01 49 92 70 62 / 01 49 92 70 22

fax : 01 49 92 71 41

Accès
Bus : 350 (départ Gare de l’est) – 152 (départ Porte de la Villette)
Route : A1 sortie LE BOURGET
Autoroute : A1, Sortie 5 Aéroport du Bourget
RER : B, Gare du Bourget puis bus 152
Métro : Ligne 7, La Courneuve, puis bus 15

Fokker F-XII PH-AID

1933_le Bourget_Fokker F-XII PH-AID

Fokker XII PH-AID de KLM au Bourget 1933 ©Alain Bétrancourt

Cette photo fait partie de la très riche collection de Jean Bétrancourt dont son petit fils Alain est détenteur et à la gentillesse de nous faire partager.
 
A la demande de KLM, l’avionneur conçut, en 1930, le Fokker F.XII, un trimoteur à aile haute monoplan avec un cockpit fermé pour deux pilotes, et capable d’emporter 16 passagers, finalement KLM en emportera seulement 14 sur ses lignes européennes.
Petite, aparté pour vous signaler que la “compagnie royale d’aviation” KLM créé le 7 octobre 1919 peut donc être fière d’être la plus ancienne compagnie aérienne mondiale encore en activité ayant gardé son nom d’origine. En effet, KLM a eu cette année 96 ans d’existence.
Le prototype (PH-AFL) équipé avec des moteurs en étoile Bristol Jupiter VI de  465 Cv effectua le premier vol, le 5 décembre 1930.
KLM  commanda 8 exemplaires du F.XII lui permettant d’assurer une rotation vers Batavia (Jakarta) alors  capitale des Indes Orientales Néerlandaises. Il fallut environ 81 heures de vol en 10 jours pour effectuer la première liaison Amsterdam-Batavia. Les Fokker XII affectés à cette ligne n’emportaient que 4 à 6 passagers dans des sièges très confortables permettant éventuellement de dormir.

Sur la photo on voit le Fokker XII PHA-AID (cn 5291) sur l’aéroport du Bourget, en 1933. Son surnom “Duif” signifie colombe en néerlandais.  Il fut prêté à la compagnie aérienne Irish Iona National Airways qui voulait assurer une liaison postale plus passagers entre Dublin et Berlin. Dans ce but le Capitaine Scholte de KLM décolla de Baldonnel près de Dublin emportant 13 passagers à 7h30, le matin du 24 octobre 1932 et se dirigea vers Croydon. Le vol se poursuivi ensuite vers Berlin, ou le PH-AID arriva à 16h30. Ce fut finalement le seul vol sur cette destination car le gouvernement irlandais n’était pas intéressé par des liaisons aériennes entre Dublin et les principales capitales européennes.

L’avion fut vendu en Grande Bretagne le 31 octobre 1936 et immatriculé G-AEOS.

Pour plus d’information sur les Fokker XII ne manquez pas de lire cette page en anglais : http://www.dutch-aviation.nl/

Caractéristiques de l’avion :

Constructeur : Fokker
Type Avion : F.XII
Date du 1er vol : 5 décembre 1930
Équipage : 2 pilotes
Envergure : 23, 02 m
Longueur : 17, 8 m
Hauteur 4,75m
Nombre de passagers : 14-16
Moteurs  selon option : 

3 x Pratt & Whitney Wasp refroidis par air avec une hélice en métal
3 x Pratt & Whitney Wasp T1D1
3 x Bristol Jupiter VI

Puissance développé selon moteur respectif : 425 CV/500 CV/465 CV
Vitesse de croisière  : 205 km/h
Poid max au décollage : 7250 Kg

Poid à vide : 4350 KG
Rayon d’action : 1480 km/ 2740Nm


Aéropuces 9e édition

ucm_prod_026046

 Aéropuces  9e édition 

Musée de l’Air et de l’Espace
les 17 et 18 octobre 2015

La 9e édition de la brocante aéronautique se tiendra dans le hall des Concorde du musée de l’Air et de l’Espace.

Rendez-vous au musée pour acheter, échanger et rencontrer des passionnés. Plus de soixante exposants sont attendus.

La brocante est ouverte aux particuliers et aux professionnels. Vous y trouverez :

  • des livres, affiches, magazines, cartes postales et objets de collection…
  • des instruments et accessoires, moteurs, hélices, casques, uniformes…
  • des aéronefs, pièces, maquettes…

 

Accès gratuit

Informations pratiques Horaires : 10h00 à 17h00
Venir à Aéropuces

En savoir plus
http://www.museeairespace.fr/aeropuces/2015/

Source : Musée de l’Air et de l’Espace


Short L.17 G-ACJJ “Scylla”

Short+L.17+G-ACJJ+Scylla+

Short L.17 G-ACJJ Scylla au Bourget en 1936 @Alain Bétrancourt

Cette photo de la collection personnelle d’Alain Bétrancourt a été prise en 1936 au Bourrget, on peu y avoir le  “Scylla” (G-ACJJ), l’un des deux Short L.17 construits,  l’autre étant le “Syrinx” (G-ACJK). Les deux furent utilisés par Impérial Airways pour des vols planifiés entre Londres et Paris et autre capitales européennes et ce jusqu’à la fusion avec B.O.A.C. en 1939. Les deux avions furent retirés du service l’année suivante

Le Scylla est la version terrestre de l’hydravion Short Kent (S17) dont il reprend majoritairement la structure supérieur sur un fuselage redessiné. C’est un biplan entièrement métallique d’une envergure de 34,44m propulsé à l’origine par 4 moteurs en étoile Bristol Jupiter montés sur les mats entre les deux plans. Le fuselage à section carré se trouvait sous l’aile basse. La queue de l’avion est constitué  d’une dérive unique et d’un plan horizontal à environ un quart de la hauteur. Le Syclla fut à l’origine équipé d’un trim de type “Fletner” permettant de faciliter la commande de la dérive. Le train d’atterrissage était constitué à l’avant de deux roues fixées sur 3 montant reliés au fuselage en diagonale, un sur la partie supérieure et deux sur la partie inférieure et d’une roulette de queue. Il y avait des ailerons sur les 4 ailes.

Les nacelles des moteurs pouvaient recevoir indifféremment et sans modification des moteurs Bristol, Jupiter ou Perseus, ce qui a permis plus tard de remplacer par exemple les deux Jupiter intérieurs du G-ACJK “Syrinx” par des Perseus II afin de les tester en conditions réelles de ligne aérienne.
Quand le Syrinx fut reconstruit après avoir eu de d’importants dommages matériels lors d’un roulage sur l’aéroport de Bruxelles par un tres fort vent de travers, ce fut avec 4 moteurs Pegasus XC.

Caractéristiques générales

  • Équipage : 4
  • Passagers: 39
  • Longueur: 25.5 m
  • Envergure: 34.44 m
  • Hauteur : 39.6 m
  • Surface alaire : 243 m2
  • Poids à vide: 10 290 kg
  • Poids max: 15 200 kg
  • Moteurs : 4 Bristol Jupiter XFBM en étoile refroidit par air de 555 Cv
  • Vitesse maximum : 220 km/h

De Visu 2015 : Aeroport de Paris-Le Bourget

Du 27 juin au 21 septembre 2015, le Département de la Seine-Saint-Denis organise comme chaque été un jeu-concours afin de faire découvrir le patrimoine du Département. 
Pour sa 7e édition, De Visu propose de partir à la découverte du patrimoine autour de l’aéroport de Paris-Le Bourget, le plus ancien de France.

Issu d’un aérodrome militaire, l’aéroport du Bourget a vu se développer l’aviation civile dans l’entre-deux-guerres. La création d’Air France et la construction de l’aérogare dans les années 1930 concrétise cette évolution. L’histoire de l’aéroport est aussi celle des exploits de l’aviation, notamment liés à la traversée de l’Atlantique. Reconverti après la création d’Orly et Roissy, Le Bourget est aujourd’hui le premier aéroport d’affaires en Europe.

Au-delà des limites de l’aéroport, cette riche histoire a profondément marqué les communes environnantes. Dès l’entre-deux-guerres, l’afflux de nouveaux habitants a suscité la construction de logements et d’équipements, dont l’architecture fait souvent écho à la modernité de l’industrie aéronautique. Un patrimoine riche et divers que les participants à De Visu sont invités à découvrir en jouant et en participant des jeux de pistes autour de l’aéroport et des visites organisées.

Trois jeux de pistes sont proposés, les parcours de 2 heures environ seront composés d’énigmes à résoudre. Seul le point de départ est donné, les joueurs (en groupe ou en individuel) doivent ensuite observer, répondre aux questions pour trouver leur chemin. Accompagnés d’un animateur qui racontera des histoires, ouvrira des portes, sans donner les réponses.

 Pour connaître le point de départ de chacun de ces parcours ainsi que les visites organisées visitez le site tourisme de Seine-Saint-Denis : http://www.tourisme93.com/document.php?pagendx=2708


Diamond DA50 Turbine

DA50-JP7 OE-VLS avec une turbine AAI-450-S au Salon du Bourget 2015 ©Xavier Cotton
Le concept d’un DA50 équipé d’une Turbine a été présenté  pour la première fois à l’AERO Friedrichshafen de 2013. Le Diamond DA50-JP7  qu’on a pu voir en statique au Salon du Bourget 2015 est équipé d’une turbine AI-450-S de 465 CV qui  est produite par le société ukrainienne Motor Sich en collaboration avec la société Ivchenko-progress. Son premier vol a eu lieu 19 janvier 2015 à Wiener Neustadt (Autriche). Le pilote d’essais était Christian Dries, CEO de Diamond Aircraft, assisté de Ingmar Mayerbuch, Chef pilote d’essais en place co-pilote. La réaction de Christian Dries après le premier vol : ‘’ Cet appareil ainsi motorisé est déjà presque une fusée.”
La Turbine AI-450S est particulièrement économe aux altitudes moyennes, consommant 20% de carburant de moins que ses concurrentes équivalentes. Grâce à une double gestion électronique (Dual FADEC) et un système de backup mécanique, elle est très simple à utiliser. Il suffit de presser un bouton pour la démarrer.
Cet appareil, pouvant emmener jusqu’à 7 personnes, sera proposé à l’avenir en deux versions . En version Tundra, il sera équipé de grosses roues et d’un train robuste afin de décoller et d’atterrir depuis des terrains sommaires. La deuxième version sera pour l’usage privé et l’école et privilégiera les performances. Le DA50-JP7 Turboprop est conçu pour des régions avec un climat sévère allant de -50°C à +50°C. Sa certification, prévu à la mi- ou fin 2016,

Découvrez sur Youtube  la vidéo du premier vol du DA50-JP7


Source des information :

Aéropuces 2014

Aéropuces 18 et 19 octobre 2014


Pour la 8eme année consécutive, le musée de l’Air et de l’Espace organise sa grande brocante aéronautique. Collectionneurs, particuliers et professionnels se retrouvent, sous les ailes des deux Concorde du musée et dans le hall “entre deux guerres”, pour deux jours de “chasse aux trésors”, dans une ambiance festive. Plus de 60 exposants sont attendus sur 300m d’exposition linéaire. Entrée gratuite.


Hall Concorde : la brocante dédiée à l’aviation pendant tout le week-endAu cœur du premier musée aéronautique du monde, sur l’aéroport mythique du Bourget, Aéropuces,  initiative de deux passionnés, Jean-Charles Le Carréres et Jean Molveau, présente des stands diversifiés, pour satisfaire le plus grand nombre. On y croise d’insatiables collectionneurs de maquettes, des boulimiques de récits d’aventures, de documentation technique ou de bandes dessinées, des collectionneurs d’uniformes, d’objets publicitaires, d’affiches ou de cartes postales. D’autres “chinent” fiévreusement à la recherche de l’instrument de bord, du carburateur ou de l’hélice qui trônera dans leur salon ou les aidera à faire voler leur avion. Vendeurs  et visiteurs peuvent réellement dialoguer : contrairement à un achat sur Internet, Aéropuces permet un contact direct.

 

 

Informations pratiques :
Samedi 18 et dimanche 19 octobre, de 10 h à 18 h. Entrée gratuite. Venir à Aéropuces
Contact pour les exposants : http://www.museeairespace.fr/contact/communication/


Bernard 191 GR n°1 “France”

Bernard 191 GR n°1 " France" dans un hangar du Bourget en 1928 ©Jacques Héme

Bernard 191 GR n°1 ” France” dans un hangar du Bourget en 1928 ©Jacques Hémet

Peut être connaissez vous le Bernard 191 GR n°2 plus connu sous le nom “d’Oiseau Canari” exposé au Musée de l’Aéronautique et de l’Espace du Bourget, avec lequel Jean Assollant, René Lefèvre et Armand Lotti ont réalisé la première traversée française sans escale de l’Atlantique Nord dans le sens Ouest-Est les 13 et 14 juin 1929 ?

Mais Connaissez vous le Bernard 191 GR n°1 “France” avec lequel Louis Coudouret, voulut tenter la traversée de l’Atlantique Nord d’Ouest en Est
Louis Coudouret, né en 1896,  s’engage en décembre 1914 comme pilote de chasse et obtiendra six victoires homologuées. il fera partie de la célèbre Escadrille des Cigognes dont René Fonck est le héros. À la fin de la guerre il reste dans l’armée. En 1928, il est décidé à réussir la traversée de l’Atlantique Nord de l’Europe vers les États-Unis, il prend un congé sans solde lui permettant de quitter le 38 ème régiment d’aviation.

Louis de Mailly-Nesle, son compagnon d’armes sur le front Russe, vient d’acheter l’un des trois 191 GR à moteur Hispano du constructeur Adolphe Bernard.  L’avion, entièrement peint en rouge, arbore à l’avant du fuselage son nom de baptême « France », et le dessin de la célèbre cigogne sur une bande tricolore. Il s’adjoint un navigateur de renom, le capitaine Louis Mailloux. Le 25 août 1928, lors d’un essai, leur taux de monté étant très faible ils n’arrive pas à passer au-dessus des lignes électriques voisines du terrain, passant sous la première, ils coupent la seconde. Il ne leur restait plus qu’à poser l’avion en ayant pris soin de le vidanger auparavant

Bernard 191 GR n°1 " France" sur le tarmac du Bourget en 1928 ©Jacques Hémet

Bernard 191 GR n°1 ” France” sur le tarmac du Bourget en 1928 ©Jacques Hémet

Malheureusement, le 14 septembre 1928, le ministère de l’air est créé et les raids transatlantiques sont interdits. En juin 1929, les capitaines Coudouret et Mailloux rejoignent Séville dans l’espoir de décoller d’ici la fin du mois vers les États-Unis. Mais Louis Mailloux est rappelé en France, permission supprimée, sans doute pour empêcher ce raid. Il rejoint l’École militaire d’application de l’aéronautique.  De plus les autorités espagnoles exigeant l’accord de la France, n’accorde pas l’autorisation de décoller. Pour s’assurer que Louis Coudouret regagne bien la France, deux militaires espagnols l’accompagnent à bord du Bernard 191 “France” le dimanche 7 juillet 1929, malheureusement l’avion n’arrivera jamais au Bourget, son terrain de destination. Lors de ce qui semble être un atterrissage d’urgence, l’avion a percuté le sol à Saint-Amant-de-Bonnieure en Charente, à une trentaine de km au nord-est d’Angoulême. Louis Coudouret est décédé pendant son transport à l’hopital, il avait 33 ans. Les deux passagers espagnols sont sortis indemnes de l’accident.
Il semble que ce soit les passagers qui en manipulant les manettes aient vidé les réservoirs d’essence, mais s’agit il d’une maladresse ou un geste inconsidéré quelle qu’en soit la raison ?
On ne saura jamais ce qu’il s’est passé exactement….

Sources d’informations :

Jacques Hémet
Les avions Bernard de Jean Liron  Docavia n°31
Aeroclub d’Angoulême : http://www.aeroclub-angouleme.fr/Louis-Coudouret.pdf
Aeroplane de Touraine : http://aeroplanedetouraine.fr

List’in MAE : http://www.pyperpote.tonsite.biz/listinmae/
Les as oubliés : http://www.asoublies1418.fr


This site is protected by wp-copyrightpro.com