Tag : tour de contrôle

Pourquoi les vitres des tours de contrôle sont-elles inclinées ?

Tour de contrôle de Meaux-Esbly (LFPE) ©Xavier Cotton

Aviez vous remarqué que les vitres des tours de contrôles ne sont jamais verticales ?

Dans la majorité des cas, elles sont inclinées de 18° vers l’extérieur en partant du bas vers le haut de la vigie. Cet angle optimal apporte plusieurs avantages. Tout d’abord il permet d’atténuer la réflets du soleil sur les postes de travail des contrôleurs aériens et limite l’effet de serre dans la tour, par ailleurs il permet un meilleur écoulement de la pluie et évite le dépôt des poussières sur les vitres. Il réduit aussi le risque d’éblouissement des pilotes en finale pour l’atterrissage.

Bien que n’étant pas une norme imposée, cette inclinaison rencontre une adhésion générale appliquée sur presque tous les aéroports.


Restauration de la tour de contrôle du Bourget de 1953

Ancienne tour de contrôle du Bourget restaurée  (02/03/2019) ©Philippe WARNAULT

Sur cette photo, la tour de contrôle  est restaurée telle qu’elle avait été reconstruite en 1953 à l’occasion du 1er salon aéronautique qui se tenait auparavant en plein Paris au Grand-Palais. Cette tour de contrôle était plutôt moderne avec ses vitres inclinées à 18 degrés vers l’intérieur de la tour. angle optimal pour que les contrôleurs aériens travaillent dans les meilleures conditions, En effet comme on peut le lire sur aeronewstv.com cet angle négatif permet de  limiter les reflets horizontaux des rayons du soleil qui peuvent gêner la vue sur les pistes. Il facilite l’écoulement de la pluie sur les vitres et limite de dépôt de poussière, enfin Il atténue la réflection du soleil sur les postes de travail et par conséquent la chaleur dans la tour.

Bloch MB 220 F-AOHB Gascogne d’Air France devant la tour de contrôle du Bourget en 1937 (collection Xavier Cotton)

En 1927, Charles Lindbergh se pose au Bourget après sa traversée de l’Atlantique Nord après 33 heures et 30 minutes de vol, accueilli par 150 000 parisiens. Le 12 novembre 1937, soit dix ans après, la tour de contrôle est inaugurée en même temps que l’aérogare. Côté piste Le bâtiment épouse une forme originale, celle d’un paquebot. Au centre de l’ancienne aérogare la tour de contrôle formait une avancée sur la façade, pouvant être comparée à la vigie d’un navire. Les terrasses délimitées par des bastingages ont été aménagées pour accueillir les spectateurs des meetings aériens. mais celle ci fut détruite par les bombardements  pendant la guerre.

Vickers 610 Viking 1B “VERILY” (G-AHPK ?) de British European Airways  au Bourget (collection Michel Leveillard)

Ancienne tour de contrôle du Bourget en Juin 1991 ©Xavier Cotton

Ancienne tour de contrôle du Bourget Juin 1993 sécurisée par la mise en place de filets ©Philippe Warnault

 

 

En 2017, les travaux de restauration de  l’Aérogare avec sa salle aux huit colonnes commencent tout comme ceux de la tour de contrôle . Le choix est fait de la restaurer selon les plans de 1953, La refaire à l’identique de celle de 1937 demandait plus de travaux et donc couterait plus cher. à l’issue de sa restauration elle sera équipée en console de contrôle fournie par la Direction Générale de l’Aviation Civile pour montrer au visiteurs  du Musée de l’Air et de l’Espace.

Ancienne tour de contrôle du Bourget complétement déshabillée avant restauration (05/10/2017) ©Philippe WARNAULT

Ancienne tour de contrôle du Bourget  en cours de restauration (10/04/2018) ©Xavier Cotton

Ancienne tour de contrôle du Bourget  restaurée telle qu’en 1953 (02/03/2019) ©Philippe WARNAULT

Sources des informations :

Photos de Philippe Warnault et de Xavier Cotton

AeronewTv : https://www.aeronewstv.com/fr

Tourisme 93 : https://www.tourisme93.com

 


Les tours de contrôle en photos

Tour de contrôle de Calais-Marck (LFAC) ©Xavier Cotton

 Je viens d’ajouter une page aux menus “Tours de contrôle” où j’ai créée une galerie de photos de ces “monuments” de l’histoire contemporaine. Si certaines sont modestes, d’autres dues à l’imagination fertile des architectes sont de véritables œuvres d’art.

Je fais appel à vous pour compléter cette galerie avec des tours de contrôle du monde entier, qu’elle soit anciennes ou récentes, civiles ou militaires, petites ou gigantesques.

Vous pouvez m’envoyer vos photos cette adresse contact@passionpourlaviation.fr.


Tour de Contrôle de Malaga

Tour de contrôle de Malaga (Espagne) ©Xavier Cotton
Voici, une nouvelle tour de contrôle ajoutée à ma collection, celle de de l’aéroport de Malaga (LEMG) en Andalousie (Espagne) inaugurée en 2002.
Si vous souhaitez que je publie vos photos de tour de contrôle prises à travers le monde lors de vos voyages, dans votre ville ou sur l’aéroport sur lequel vous travaillez, n’hésitez pas à les envoyer à mon adresse mail suivante : passiondesavions@orange.fr

Tour de contrôle de Nantes-Atlantique

Tour de contrôle de Nantes-Atlantique ©Philippe Lohat
En 1928, près du Château de Bougon fut créé un camp d’aviation à usage essentiellement militaire, sur un terrain de 50 hectares le long de la route qui va de de Nantes à Paimbœuf. 
Une usine des établissements Breguet fut accueilli au Brossais en 1934-1935 avec un raccordement au terrain d’aviation.
En 1939, la piste en herbe est remplacé par une piste bétonnée de 900 m x 40 m. Durant la seconde guerre mondiale, les allemands  en firent un véritable camp avec baraquements, blockhaus, casemates en béton. Des bombardiers y furent basés, ceux-ci s’envolaient vers l’Angleterre. Les Alliés bombardèrent le terrain le 4 juillet 1943 faisant 20 victimes civiles, et détruisant aux trois quart l’usine la rendant inutilisable
À la fin de guerre, l’Armée de l’air reprit possession du terrain, dont les Allemands avaient détruit les infrastructures au moment de leur retraite. En 1948-49, le terrain porta sa superficie à environ 300 hectares. Les pre­mières activités commerciales de l’aérodrome apparurent en 1951, avec la construction de premier bâtiment (en bois), alors que se développaient les activités de tourisme et de vols d’essais.
De 1954 à 1960, la zone aéroportuaire fut aménagée et la piste fut allongée (2900 m x 45 m) et balisée. La voie ferrée Nantes – Sainte-Pazanne fut déviée en 1963. Cet aéroport prit alors pour nom : Aéroport international Château Bougon jusqu’en 1988, année où il fut renommé Nantes-Atlantique.

La nouvelle tour de contrôle est construite  en 1994.