Étiquette : N4561N

Meeting du 14 juillet 2018 à Epernay

La réplique du Sopwith pup (LX-PUP) de Thierry Roussel ©Xavier Cotton

Après le meeting crépusculaire du vendredi 13 juillet, Epern’air offre aux spectateurs une nouvelle journée de spectacle aérien le samedi 14 juillet 2018 et de nouveau avec une entrée gratuite, bravo. Et en plus le soleil est de la partie. Bien sur vous allez revoir pas mal d’avions que j’ai présenté dans l’article “Epern’Air Show organise un meeting crépusculaire” mais aussi quelques nouveaux.

Par cette chaleur , il faut savoir s’organiser à l’ombre des avions ©Xavier Cotton

Le spectacle a commencé vers 13H30 par un défilé de soldats et autres personnages et véhicules  de la guerre 14 dont un taxi de la Marne, mais ce coté commémoration d’une guerre dont il n’y a plus de survivant, ce n’est pas trop ma tasse de thé. Le meeting aérien en lui même commence tranquillement vers 14h00 par la présentation du Sopwith-PUP présenté par Thierry Roussel

SE-5 F-AZCY de l’AJBS piloté par Jean-Pierre Lafille @Xavier Cotton

Quand un avion tel que le SE-5 évolue aux mains d’un virtuose du manche à balais tel que Jean-Pierre Lafille, on a l’impression de voir jouer du Mozart dans le ciel. C’est rare que je fasse dans le lyrique, mais là, je ne pouvais rater cette occasion. Il faut dire qu’avec ses 87 printemps, Jean-Pierre Lafille a eu le temps d’accumuler des milliers d’heures de vol sur une bonne centaine d’avions différents,

Morane-Saulnier Type H “réplique” ©Xavier Cotton
Fokker type I réplique ©Xavier Cotton
Nieuport 28 (LX-NIE) piloté par Thierry Roussel ©Xavier Cotton
SE-5 (F-AZCN) del’AJBS piloté par Edmond Salis ©Xavier Cotton
MS317 (F-BFZK) piloté par Jean-Marc Viard ©Xavier Cotton
KLEMM 35 F-AZTK piloté par Thierry Klemm ©Liliane Cotton
Bücker Jungmann  (D-EEQP) piloté par Martial  Vegezzy ©Xavier Cotton
Extra 330SC (F-HIGS) piloté par Alex Hory ©Xavier Cotton
La Patrouille de France 2018 ©Xavier Cotton
DHC-1 Chimpunk (F-AZUU) piloté par Paul-Eric Vezzard ©Xavier  Cotton
Duo de Boeing Stearman , N456N en rouge et jaune piloté par Francis Pelletier et F-AZGR vert et jaune piloté par Jean-Marc Viard ©Xavier Cotton
T6 F-AZSC piloté par Cedric Jacopin ©Xavier Cotton
Team Swift ©Xavier Cotton
YAK50 SP-YEH piloté par Etienne Verhellen ©Xavier Cotton
Hawker Sea Fury Mk11  (F-AZXJ) piloté par Christophe Jacquard ©Xavier Cotton
Duo de Flamant : MD312 (nez jaune) (F-AZGE) et MD311 (verrière de nez)  (F-AZKT) de l’Amicale des Avions Anciens d’Albert ©Xavier Cotton
Duo de Pitts (G-INDY et N51PS) ©Xavier Cotton
La patrouille Sparflex sur L39 (LX-MIK et LX-STN) piloté par Aymeric de Valence et Michel Soutiran ©Xavier Cotton

Le meeting se termine ainsi avec la patrouille Sparflex qui nous fait une très belle présentation. Vous pourrez voir d’autres photos du meeting sur l’album Flickr : 2018 Meeting d’Epernay.


Epern’Air Show organise un meeting crépusculaire

La patrouille Swift en démonstration de nuit au meeting crépusculaire d’Épernay 2018 : sublime ! ©Xavier Cottton

Cette année encore Epern’Air Show organisateur des meetings aériens sur le terrain d’Epernay-Plivot nous a gratifié non pas d’un, mais de deux meetings aériens à entrée gratuite, les vendredi 13 et samedi 14 juillet 2018. Parlons d’abord du meeting du vendredi 13 juillet, c’était pour moi la première fois que j’assistais à un meeting aérien dit “crépusculaire”  et je fut émerveillé par le spectacle présenté. Celui a commencé vers 18h00 pour finir en feux d’artifice vers 23h00.

Globe Swift (N3719K) piloté par Romain Deveaux au Meeting crépusculaire d’Epernay du 13 juillet 2019 ©Xavier Cotton

Nous sommes arrivés juste pour voir le retour de la “Team Swift” pour leur 1ere présentation de ce ce jour. Ce soir, quatre avions “Globe Swift” étaient présents sur les six qui composent La “Team Swift” au  grand complet :

  • N3719K Swit piloté par Romain Deveaux basé à Roannes
  • N21PK Swit piloté par Frederic Grandmougin,
  • N41P Swit piloté par Cedric Lavocat, basé à Roannes
  • N80903 Swit piloté par par Alain de Valence basé à Roannes

 

Romain DEVEAUX et Cédric LAVOCAT qui ont créé la patrouille en 2014 et Jacques Aboulin 19000 heures de vol instructeur à Roanne entraine celle ci.

trois des avions sont pilotés par des Roannais : Romain Deveaux, Cédric Lavocat et Alain de VALENCE, les deux autres pilotes sont Cédric Ruet et Frédéric Grandmougin

caractéristiques du Globe Swift
Equipage : 2
Longueur : 6,35 m
Envergure : 8,94 m
Hauteur : 1.88 m
Surface alaire : 12,3 m2
Poids à vide : 621 kg
Poids brut : 776 kg
Moteur : moteur d’avion à quatre temps, 125 ch

ASK 21 F-C del ‘ACVV piloté par Yves Cotureau en démonstration de voltige aérienne ©Xavier Cotton

Yves Cotureau nous fit rêver avec son planeur ASK 21 de  l’association chalonnaise de vol à voile (ACVV: http://www.chalons-planeur.net)

Nieuport (LX-PUP) de Thierry Roussel ©Xavier Cotton

MS317 (F-BFZK ) de Jean Marc Viard basé à Saint-Dizier @Xavier Cotton

Nieuport de Thierry Roussel ©Xavier Cotton

SE5 F-AZCN de l’AJBS piloté par Edmond Salis ©Xavier Cotton

Klemm 35 (F-AZTK) des Ailes Anciennes de Lorraine piloté de Thierry Klemm © Xavier Cotton

Bücker Jungmann D-EEQF piloté par Martial VEGEZZI ©Xavier Cotton

2 rafale de Saint-Dizier ©Xavier Cotton

Patrouille Tango bleu hélicoptère Robinson R22 F-GIHE et F-HFCK ©Xavier Cotton

Patrouille de Boeing Stearman N4561N de Francis Pelletier basé à Soisson et F-AZGR de Jean-Marc Viard basé à Saint-Dizier ©Xavier Cotton

Puis ce fut le tour d’une patrouille de deux Boeing Stearman : Celui bien connu (F-AZGR) avec un tigre peint sur la carlingue de Saint-Dizier Aero Rétro  piloté par Jean-Marc VIARD ( ancien pilote de chasse sur Mirage III, travaillant actuellement pour Airbus Industry) et celui peint en jaune (N4561) de Vintage Aero Passion à Soisson (http://vintage-aeropassion.com) piloté par Francis Pelletier

Alex Hory dans l’Extra 330SC F-HIGS ©Xavier Cotton

Cedric Jacopin dans le T6 F-AZSC basé à Epernay-plivot ©Xavier Cotton

SeaFury de Christophe Jacquard  F-AZXJ basé à Dijon ©Xavier Cotton

 

Apache Roll effectué de nuit par la Swift Team ©Xavier Cotton

Tentative de gonfler six ballons côte à côte ©Xavier Cotton

Et pour finir un superbe feux d’artifice que je n’ai pas pris en photos. Pour voir plus de photos, feuilletez l’album ” 2018 meeting crépusculaire d’Epernay ” sur Flickr


Pourquoi embarque-t-on par la gauche dans un avion ?

Arrivée à Brest, descente des passagers sur le tarmac par la porte avant gauche (HOP CRJ 1000Next Gen F-HMLJ,) ©Xavier Cotton

Peut être avez vous remarqué en embarquant dans un avion que ce soit depuis le tarmac ou depuis l’aérogare, c’est toujours par la porte de gauche. Même si les avions de ligne ont aussi une porte sur le coté droit, les portes gauches sont généralement plus larges et hautes pour laisser entrer les passagers plus facilement.

L39 Albatros LX-MIK patrouille Sparflex lors du meeting d'Epernay 2015 ©Xavier Contton

L39 Albatros LX-MIK patrouille Sparflex lors du meeting d’Epernay 2015 ©Xavier Contton

De même concernant les avions de chasse que la verrière se soulève vers le haut ou bascule sur le coté, le pilote montera par la gauche de l’avion. Cette habitude de monter dans un avion par la gauche que soit dans un avion de ligne, un avion militaire (chasse et transport) ou même un avion de voltige aérienne aurait un explication très pratique. Durant la première guerre mondiale, les premiers pilotes de chasse étaient généralement issus de la cavalerie et conservaient dans un premier temps leur uniforme de cavalier. Ils ont donc transposé leur habitude de monter à cheval par la gauche, en faisant de même avec leur avion. Traditionnellement afin de la sortir plus facilement du fourreau de la main droite, les cavaliers portaient leur épée à gauche et montaient à cheval du même coté afin de ne pas les blesser. L’épée a disparu, mais les cavaliers d’aujourd’hui montent toujours à cheval par la gauche, et il en va de même pour les aviateurs ! Et du coup, le Commandant de Bord d’un avion prend traditionnellement le siège de gauche.

Lors du meeting d'Épernay 2015, Francis Pelletier monte à bord du Boeing Stearman PT17 N4561N ©Xavier Cotton

Lors du meeting d’Épernay 2015, Francis Pelletier monte à bord du Boeing Stearman PT17 N4561N ©Xavier Cotton


Le Boeing Stearman de l’association Vintage Aero Passion

Francis Pelletier à bord du Boeing Stearman PT17 N4561N au meeting d’Epernay 2015 ©Xavier Cotton

La première fois que j’ai croisé ce Boeing Stearman N4561, c’était au meeting d’Epernay en 2015, ayant réussi quelques photos sympa de cet avion dont une avec le pilote très souriant, J’ai appris  que cet avion faisait parti de l’association Vintage Aeropassion  et que son pilote était Francis Pelletier. J’ ai pris contact via le site de l’association afin de lui envoyer quelques photos souvenir de sa présentation à ce meeting d’Epernay 2015. L’année dernièe j’ai un vol avec cet avion l’année dernière lors des journée porte ouverte de Soissons j’ai pu réaliser un des rêves aéronautique effectuer un vol sur cet avion : Vol en Boeing Stearman au dessus de Soissons .

Vol sur le  Boeing Stearman N4561N à Soissons ©RC

Historique du Boeing Stearman N2S4

Le Boeing Stearman modèle A75 Kaydet est un avion biplan biplace d’ entrainement militaire dont le premier vol a été effectué en 1934 . Près de 10000 exemplaires du Stearman,ont été construits entre 1934 et 1945. Plusieurs variants PT13,PT17,PT18 équipés de moteurs en étoile de 7 à 9 cylindres ; respectivement Lycoming R680 de 225 cv, Continental R670 de 220cv, et Jacobs R755
de 225 cv ont équipé l’US Army.

Les avions de l’US Navy ont reçu le type N2S1 N2S2 N2S3 N2S4 N2S5 en fonction des types de moteurs utilisés et de quelques modifications mineures.Tous les avions de l’US Army avaient le fuselage bleu et les ailes jaunes alors que ceux de l’US Navy étaient entièrement jaunes avec une bande de couleur rouge ou verte en fonction des escadrons. Ils étaient communément appelés « Yellow Perril » le péril jaune.

Une version A76 militarisée pour l’exportation, équipée du moteur Wright Wirlwind de 320cv fut l’objet de contrats avec de nombreux pays d’Amérique latine ( Brésil,Argentine Pérou) et Philippines en 1937. Cette version était équipée de 2 mitrailleuses de 7,5 mm, une dans l’aile basse droite, l’autre en place arrière et pouvait emporter 2 bombes de 50 livres en rack entre les jambes du train principal. Un modèle du A76 est toujours en exposition au Musée de la Força Aeria Brasileria à Rio de Janeiro.

Boeing Stearman PT17 N4561N au meeting d’Epernay 2015 ©Xavier Cotton

Le Stearman de Vintage Aeropassion basé à Soissons S/N 75-8435 est sorti de l’usine Stearman Company, filiale de Boeing à Wichita dans le Kansas le 18 janvier 1943. Il a été pris en compte par l’US NAVY le 6 septembre 1943 et fut affecté à la base aérienne d’Ottumwa dans l’Iowa jusqu’en septembre 1945 pour la formation de base des pilotes de l’US Navy dont l’un des officiers était le futur Président Richard Nixon. Il fut ensuite transféré sur la base auxiliaire de Cabanys Field au Texas. En juin 1946, il rejoignit la base aérienne de Rodd Field au Texas jusqu’en mai 1947 puis à Pensacola Naval Air Station en Floride jusqu’au 31 janvier 1948. Il fut ensuite stocké sur la Naval Air Station de Glynko en Géorgie avec de très nombreux autres Stearman avant d’être vendu aux enchères et rayé des listes de l’US NAVY. Il continua sa carrière civile en tant qu’avion d’épandage agricole puis comme avion de formation en aéroclub. En 1990 l’avion est complétement restauré dans sa livrée actuelle équipé du moteur Continental R670 de 225 cv. Dans cette configuration il a obtenu le prix de la meilleure restauration au standard de l’époque lors du rassemblement annuel d’Oskoch dans le Wisconsin. En 2012, son propriétaire américain s’en sépare. L’avion est envoyé par bateau à Malmöe en Suède, remonté puis convoyé en vol jusqu’à Soissons en juin 2013 via Brème, et Aix la Chapelle où il fait partie maintenant de l’association Vintage Aeropassion qui compte également un Stinson 108 de 1948 et un NC854S de 1951.

Présentation en vol de deux Boeing Stearman  N4561N et F-AZUD au meeting D’Epernay 2015 ©Xavier Cotton

Caractéristiques techniques

Envergure : 9,81m
Longueur : 7,54m
Masse maxi : 1200 kg
Vitesse de décrochage : 50 kts
Vitesse de croisière : 90 kts
Plafond : 4000m
Autonomie : 3h30

Il faut être un peu agile pour aller faire le plein dans l’aile supérieure, n’est ce pas Francis ? ©Liliane Cotton


Vol en Boeing Stearman au dessus de Soissons

Boeing Stearman N4561N basé à Soissons Courmelles ©Xavier Cotton

A occasion de la Journée Portes Ouvertes (11 juin 2017) de l’aérodrome de Soissons Courmelles (LFJS), je m’étais promis de rencontrer des membres de l’association Vintage Aero Passion (http://www.vintage-aeropassion.com) et en particulier Francis Pelletier. En effet, lors du meeting d’Epernay 2015, j’avais beaucoup apprécié sa démonstration en vol sur Boeing Stearman (N4561N) en compagnie de celui de François Forget (F-AZUD). J’ai demandé s’il était possible de faire un vol  dans l’après-midi car cet avion fait partie des machines qui me font rêver. la réponse a été immédiate et je suis passé de l’autre coté des barrières, sur le parking avion.

En un rien de temps, l’avion a été poussé un peu en avant pour ne pas souffler les spectateurs au démarrage du moteur. Je me suis retrouvé équipé d’un parachute siège et harnaché en place avant, Francis m’ayant bien brieffé autant pour l’utilisation du parachute en cas d’urgence, que sur l’utilisation des poignées incluses dans le bord de fuite de l’aile supérieure qui aident à se laisser doucement descendre dans le baquet de la place avant

Briefing amphi-cabine par Francis Pelletier pilote de ce Boeing Stearman ©Richard Cotton

Tableau de bord place avant du Boeing Stearman N4561N ©Xavier Cotton

Francis me fait ensuite un briefing amphi-cabine me présentant les instruments de bord indispensables à la gestion du vol et du moteur, sur la photo ci-dessus de haut en bas et de gauche à droite, la boussole indiquant l’orientation magnétique de l’avion, puis l’indicateur de vitesse marqué en nœuds marins (1Kt =1852M/h). Ici ce n’est pas le cas puisque l’avion est de construction américaine, mais l’indicateur de vitesse est souvent surnommé “Badin” du nom du constructeur français qui en fabriqua pour les avions français . C’est l’occasion de m’indiquer les trois vitesses de base importante à connaitre avant décollage : 60 Kt vitesse de décollage, 70 Kt  vitesse en montée et 90 Kt vitesse en croisière. Au milieu se trouve la bille aiguille qui permet de savoir si le virage est correct la bille se trouvant alors au milieu de l’indicateur, dérapé si elle est à l’extérieur du virage ou glissé si elle est à l’intérieur du virage, l’aiguille indiquant l’angle d’inclinaison de l’avion. A droite se trouve les indication de pression d’huile et de température moteur. En dessous l’altimètre indique l’altitude en pieds ici réglé sur la pression au niveau de la mer, d’où les 550 ft, en fait le terrain de Soissons se trouve à 510ft d’altitude. au milieu l’horloge indispensable et à droite le compte-tour moteur ()R.P.M : Revolution Per Minute)

Francis Pelletier fait la Visite Pré-Vol du Boeing Stearman N4561M. Noter la “Trompe de Venturi “fournit l’énergie nécessaire à alimenter les gyroscopes, sous la forme de “dépression d’air” ©Xavier Cotton

Après avoir fait faire à la main un certain nombre de tour à l’hélice, la Check-list mise en route du moteur va pouvoir commencer, grâce au système intercommunication de la radio, je vais pouvoir entendre dans mon casque  Francis la dérouler à haute voix :

Contact général : sur ON
Alternateur : Off
Richesse : plein riche
Injections : 2
Démarreur sur ON :  2 tours hélice puis Magnetos sur 1+2
Alternateur :  ON
Radio ON
Transpondeur:  ON
Strobes light : ON
Pression huile : 70 psi
Température : 20° mini pour roulage 30° mini pour décollage
Essence  : Quantité et temps de vol
Essais radios : OK

Croisement avec le Morane-Saulnier Criquet MS506 (F-BDXM) @Xavier Cotton

Puis viennent les essais moteur, et enfin quand ceux ci sont terminés, Francis informe la tour du début de roulage du Boeing Stearman vers le bout de piste 25. Comme avec tout avion à train classique -avec une roulette de queue- il faut être prudent au roulage car la visibilité vers l’avant est très réduite, la seule solution et des slalomer  doucement et d’écouter le trafic à la radio.

Décollage du Boeing Stearman N4561N en piste 25 à Soissons-Courmelles ©Xavier Cotton

Une fois aligné, le pilote verrouille la roulette de queue, pousse la manette des gaz, alors que l’avion commence à accélérer, il vérifie que tous les paramètres moteurs sont dans le vert, puis on sent que la queue se soulève et que l’avion se met en ligne de vol. Alors que la vitesse de 60 Kts est atteinte, il es temps de décoller selon les consignes de l’US Navy….! ensuite on maintient  70Kts pendant la montée initiale jusqu’à la mise en palier, où on réduit les gaz à 1850 t/s et on accélère jusqu’ à 90Kts et la on découvre le plaisir de voler avec un avion historique, la t^te à l’air libre.

En place arrière le pilote : Francis Pelletier ©Xavier Cotton

On resterait volontiers des heures à voler ainsi par beau temps, mais après une large boucle autour de la ville de Soissons, il est temps de rentrer vers le terrain et d’intégrer le circuit de piste. Vu le trafic peu coopératif du jour et c’est euphémisme de le dire, Francis dû faire deux remises de gaz avant de pouvoir se poser, avec un super “kiss landing” que j’ai apprécié à sa juste valeur. Merci Francis pour ce vol que tu m’as fait partager et qui restera gravé dans ma mémoire de pilote comme l’un des vols particulier et magique que j’aurais pu effectuer. Si l’envie de faire comme moi, un vol inoubliable sur Boeing Stearman avec Francis Pelletier, c’est possible en le contactant via Vintage Aéro Passion qui est une association de loi 1901 ayant pour but de rassembler tous les passionnés d’aéronautique et d’avions anciens.

Retour au parking du Boeing Stearman N4561N ©Liliane Cotton

La joie après vol ©Liliane Cotton

Complément de plein d’essence par Francis Pelletier du Boeing Stearman N4561N ©Liliane Cotton

Stationnement du Boeing Stearman N4561N en attendant le prochain vol ©Liliane Cotton

Retour heureux du pilote et de son passager après vol ©Liliane Cotton


Meeting d’Epernay 2015

Quelques avions présents au meeting d'Epernay 2015 ©Xavier Cotton

Quelques avions présents au meeting d’Epernay 2015 ©Xavier Cotton

En clôture de  la semaine du Championnat de France de voltige aérienne qui venait de s’y dérouler,  un meeting  gratuit a eu lieu le dimanche sur le terrain d’Epernay-Plivot pour fêter les 70 ans des “Ailes Sparnaciennes”. L’affiche était bien discrète sur le plateau prévu pour le meeting et pourtant l’horaire prévu pour le show allant de 14h00 à 18h00, il fallait qu’il qu’il y ait quelques avions. La proximité du lieu par rapport à Reims et la météo d’un CAVOK absolu, c’est à dire ciel bleu uniforme, je me suis décidé à y aller jeter un œil afin de rapporter quelque photos souvenirs.

Ivan Hairon devant le P51 Mustang “Nooky Booky IV” ©Liliane Cotton

Ivan Hairon, le commentateur du meeting était déjà un gage de qualité. Pilote  d’aéroclub à l’Aéroclub de Bernay dans l’Eure, patrie aéronautique d’Auguste Mudry, Ivan Hairon a gravi tous les échelons jusqu’à devenir pilote de ligne sur Embraer 190 chez HOP. Depuis, sa passion pour l’aviation n’a pas baissé d’un cran, c’est pourquoi depuis 1998, il prend plaisir à commenter une dizaine de meeting aérien par an enrichissant les présentations en vol d’anecdotes sur chacun des avions ou patrouilles présentées, sur les pilotes ou nous expliquant comment un avion se pilote. Un bon commentateur accompagné d’une bonne sono  dynamise un meeting, faisant naître dans la tête de chacun des rêves d’évasion aérienne, il est une clé importante du succès d’un meeting aérien. Cette année vous pourrez encore avoir le plaisir de l’écouter au meeting d’Agen, des Mureaux, de Lens ou d’Haguenau.

les “Nounours pilotes” ©Xavier Cotton

Malgré la chaleur caniculaire les spectateurs étaient au rendez-vous, y compris les “nounours pilotes” pour  voir des avions de collection, de la voltige aérienne en avion ou en planeur, le DC3 aux couleurs d’Air France, des biplans Boeing Stearman, des Warbirds North American T6, ADN4 Skyraider et P51 Mustang et pour conclure la patrouille Sparflex sur L39 Albatros venue en voisine puisque basée à Reims-Prunay
Avoir ci-dessous quelques photos de ce magnifique spectacle, pour voir beaucoup plus de photos de ce meeting allez voir l’album que j’ai déposé sur Flickr : 2015 Meeting Epernay

Boeing PT17 Stearman F-AZUD  basé à Reims-Prunay ©Xavier Cotton

Boeing PT17 N4561N ©Xavier Cotton

Boeing PT17 F-AZUD piloté par François Forget et Boeing PT17 N4561N piloté par Francis Pelletier ©Xavier Cotton

DC3 F-AZTE  de France DC3 ©Xavier Cotton

DC3 F-AZTE  de France DC3 ©Xavier Cotton

SU26 HA-HUR ©Xavier Cotton

ADN4 Skyraider F-AZFN ©Xavier Cotton

T6 F-AZSC basé à Epernay ©Xavier Cotton

Marc” Léon” Mathis pilote du P51 Mustang F-AZSB ©Xavier Cotton

P51 Mustang “Nooky Booky IV” F-AZSB ©Xavier Cotton

Patrouille Sparflex L39 Albatros LX-MIK et LX-STN ©Xavier Cotton

L39 Albatros LX-STN piloté par Aymeric de Valence ©Xavier Cotton

Patrouille Sparflex ,présentée par Aymeric de Valence et Michel Soutiran ©Xavier Cotton

 


This site is protected by wp-copyrightpro.com