Tag : monument historique

Au capitaine Guynemer, l’Aviation

C’est sur la base aérienne 102 de Dijon – base centenaire de l’Armée de l’air – que se dresse l’un des plus célèbres monuments érigés à la gloire de Georges Guynemer, le héros mythique des ailes françaises. Un aviateur dont il sera beaucoup question en 2017, année qui verra l’Armée de l’air célébrer le centenaire de la fin tragique de l’as « tombé en plein ciel de gloire ».
C’est en 1932 que ce monument fut inauguré, au cours d’une cérémonie qui rassembla sur l’aérodrome militaire bourguignon, outre une foule dense, de nombreuses autorités civiles et militaires, en présence de la mère de l’aviateur et de sa sœur Yvonne.
Georges Guynemer, en tant que porte-drapeau, avait pris part le 13 mai 1916 à une importante cérémonie au cours de laquelle le drapeau de l’Aviation militaire, prestigieux emblème qui avait été remis à l’armée quelques mois plus tôt par le président de la République Raymond Poincaré, fut présenté aux aviateurs du 1er groupe d’aviation de Dijon.
Photo 1

Georges Guynemer sur le terrain d’aviation d’Ouges-Longvic le 13 mai 1916, portant le drapeau de l’Aviation militaire.

Georges Guynemer sur le terrain d’aviation d’Ouges-Longvic le 13 mai 1916, portant le drapeau de l’Aviation militaire.

La guerre terminée, l’as de guerre était devenu un héros légendaire et « officiel » de l’aviation militaire, et une circulaire datée du 25 septembre 1924 avait instauré la tenue chaque 11 septembre, sur tous les aérodromes militaires, d’une cérémonie commémorant sa mort au champ d’honneur et comportant la lecture de sa dernière citation.

En 1928, le colonel Gaston Ludman, commandant du 32e régiment d’aviation mixte de Dijon (formation installée à Dijon depuis 1920), prit la décision de faire ériger en lisière de l’aire d’envol, face à l’entrée du quartier Ferber, un monument à la gloire du héros national entré au Panthéon six ans plus tôt. Pour en assurer le financement, il mit sur pied un comité qu’il chargea de récupérer les fonds nécessaires et lança une souscription publique « pour l’érection du monument commémoratif de la remise au capitaine Guynemer du premier drapeau de l’aviation ».

Photo 2

Le monument peu après son inauguration.

La construction du monument, en pierre du pays, fut confiée à l’entreprise Lonati, qui l’érigea d’après des plans de M. Paris. Quant au buste, encadré de l’inscription « Au capitaine Guynemer, l’Aviation », il fut réalisé par la fonderie Lauterbach Frères de Dijon d’après une sculpture de deux artistes dijonnais, madame Yencesse et son fils. Le lundi 25 juillet 1932, jour de l’inauguration, le colonel Ludman termina son discours inaugural en ces termes « Chaque nuit, un phare fixé à l’intérieur du lanterneau de l’édifice projettera vers le haut une vive lumière, symbole de cette flamme ardente qui anima Guynemer jusqu’à son dernier jour. » Le dernier orateur, le colonel René Geibel, son successeur à la tête de ce qui était devenu le 32e régiment d’aviation d’observation, conclut son discours par ces mots : « L’aviation, fidèle à ses belles traditions que domine le souvenir de l’impérissable silhouette du capitaine Guynemer, vole impassible et sereine vers ses destinées, les yeux fixés sur la plus belle citation qui fût donnée à l’un des siens. » Après les discours, l’effigie de Georges Guynemer fut solennellement dévoilée ; puis les troupes défilèrent pour la première fois devant le monument, qu’encadraient trois avions frappés de la célèbre cigogne symbolisant l’escadrille SPA 3. Enfin, une brillante démonstration aérienne mit un terme à la cérémonie, au cours de laquelle Michel Détroyat, Marcel Haegelen, Louis Massotte, Paulhan, se prêtèrent à des voltiges des plus osées.

L’édifice, épargné par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, sera inauguré une nouvelle fois en 1966, sous le commandement du colonel Bernard de Royer, à l’occasion du cinquantenaire des « Cigognes », en présence des généraux Alfred Heurtaux et Emmanuel d’Harcourt, non sans avoir été préalablement rénové et transformé en obélisque par la suppression du lanterneau sommital. Il sera enrichi, pour l’occasion, d’une plaque gravée de la célèbre citation attribuée à titre posthume à l’as de guerre aux cinquante-trois victoires officielles, choisi quelques années plus tôt par les aviateurs dijonnais pour être le parrain de la base aérienne 102.

Stèle Guynemer, le 15 mars 2015

Le monument Guynemer de nos jours.

En mai 2016, quelques semaines avant d’être dissoute, la base aérienne 102 rendra hommage au plus illustre des as et célébrera les cent ans de sa venue à Dijon. Elle organisera du lundi 9 au samedi 14 mai une « Semaine Guynemer » qui comportera, principalement, une exposition (Archives départementales de la Côte-d’Or), un concert (Dijon), une conférence (Ouges), une cérémonie militaire (BA 102) et un « événement philatélique » (Longvic). Frédéric Lafarge, délégué au patrimoine historique de la BA 102 de Dijon.


Journées du Patrimoine : Visitez un Super Constellation

JOURNÉES DU PATRIMOINE
15 et 16 septembre 2012
Visite du Super Constallation
à Nantes-Atlantique

Le samedi 15 et le dimanche 16 septembre 2012 de 09h00 à 18h00 l’Amicale du Super Constellation organise des journées « portes ouvertes »  du Super Constellation F-BGNJ basé sur l’aéroport de Nantes-Atlantique (Route de Frémiou) . Vous aurez ainsi l’occasion de visiter cet avion qui représente l’aboutissement des avions de ligne transatlantique à hélices  avant l’arrivée de l’ère du jet . Le F-BGNJ construit en 1943 classé au patrimoine des monuments historiques depuis le 31 juillet 2001. Livré à Air France le 2 novembre 1953, il fera partie de la flotte de note compagnie nationale jusqu’au 8 août 1968 . Sous l’immatriculation EC-BEN puis F-BRAD, il accumulera encore de nombreuse heures de vol jusqu’à son dernier voyage qui le vit atterrir sur l’aéroport de Nantes-Atlantique, où il échappa de peu au ferraillage grâce à son achat par un particulier Mr GABORIT qui l’entretien avec des moyens réduits pendant plusieurs années . En 1999 la Chambre de Commerce et d’Industrie rachète cet avion et en confie la préservation et restauration à l’Amicale du Super Constellation

Les travaux de restauration sont encore importants, comme par exemple la remise en état de l’intégralité de la cabine passagers + salons Parisien Spécial, sièges du poste de pilotage . Ces travaux demandant un budget considérable, l’Amicale lance un “Appel aux Dons” pour continuer à préserver et à restaurer le dernier exemplaire de Super Constellation aux couleurs Air France.

Pour cela, vous avez la possibilité de le faire sur le site de l’amicale : http://superconstellation-nantes.fr/
Il n’y a pas de montant minimum, vous pouvez effectuer votre don par compte Paypal ou par Carte Bancaire (transaction sécurisée).
Pour ceux qui préfère le faire par chèque, envoyez vos dons à cette adresse:

AMICALE DU SUPER CONSTELLATION
Aéroport de Nantes-Atlantique
Case Postale 60
44340 BOUGUENAIS

Les industriels ou organismes qui souhaiteraient devenir partenaire financier de ce projet peuvent aussi nous contacter à cette adresse: partenaire@superconstellation-nantes.fr

Sources des informations :
L’Amicale du Super Constellation : http://superconstellation-nantes.fr

MS-502 Criquet classé monument historique

(© Liliane Cotton)
Le 12 décembre 2011, cinq avions Morane-Saulnier appartenant à l’association Les Casques de Cuir-Collection Salis on été élevé au rang de monuments historiques par le Ministère de la Culture. Il s’agit des Morane type” Ai” (F-AZAP), type “185” dit avionnette Morane (F-AZAZ), type 341 en restauration, type 230 (F-AZAK)  et type 500 (F-AZCP). Ces cinq avions font passer à dix, le nombre des avions classés monument historique en France et rejoignent le Morane-Saulnier type “138” (F-AZAJ classé en 1999) dans la collection des avions Morane-Saulnier classés monuments historiques de l’association Les Casques de Cuir-Collection Salis. Ils seront exposés dans le hall du Musée Volant Salis (Aérodrome de Cerny) dédié à Morane-Saulnier, aux côtés du Morane H et du MS 317.
La photo ci dessus montre le MS-502 (F-AZCP) à l’atterrissage lors du meeting de Cerny-la Ferté-Alais des 22 et 23 mai 2010 organisé par l’Amicale Jean-Baptiste Salis. Voici quelques photos souvenirs de ce merveilleux meeting organisé chaque année depuis plus de 40 ans .
le MS 502 « Criquet » est la version produite en France durant l’occupation de l’avion allemand de reconnaissance et de liaison  à décollage court Fieseler FI 156 « Storch ». Plus d’un millier de « Criquets » seront construits de 1943 à 1965 pour les besoins de l’Armée de l’Air.

(© Xavier Cotton)
Le Morane Saulnier MS-502 n°320, construit en 1945 d’abord immatriculé F-BBUS puis, codé CA.N1, servit de nombreuses années comme remorqueur de planeurs au Centre National de Vol à Voile de la Montagne Noire. Après restauration complète il s’envola de nouveau le 18 novembre 1982. Trois semaines plus tard, l’avion fut accidenté à l’atterrissage. Il reprit l’air le 21 avril 1983 aux mains de ses nouveaux propriétaires de l’association Aéro Rétro de Saint Rambert d’Albon. En aout 2001 il fut racheté par Jean Salis, il appartient désormais à l’association Les Casques de Cuir-Collection Salis.

(© Liliane Cotton)

Sources des information :
Ministère de la Culture et de l’information : http://www.culturecommunication.gouv.fr
L’écharpe blanche : http://www.lecharpeblanche.fr/
Les Casques de cuir : http://www.lescasquesdecuir.com/
Musée Volant Salis : http://www.musee-volant-salis.fr/
Amicale jean-Baptiste Salis: http://www.ajbs.fr/

Morane Saulnier 138 F-AZAJ

 (photo collection privée Liliane Cotton)
Je voulais écrire un article sur le Morane-Saulnier 138 (F-AZAJ) présenté en vol au meeting du week-end de la Pentecôte 2010 à  la Ferté-Alais , car cet appareil équipé d’un moteur  rotatif  fonctionnant à l’huile de ricin, unique au monde, est classé Monument Historique au Patrimoine de France depuis le 19 janvier 1999.
Apparu en 1927, le monoplan « parasol » Morane-Saulnier 138, biplace d’entraînement militaire  (pilote en place avant) pourvu d’un moteur rotatif Gnome et Rhône de 9 cylindres délivrant 80 ch. La société de construction aéronautique Morane-Saulnier fut crée en 1911 à Puteaux. Fondée en 1911, et devint l’ une des firmes les plus prestigieuses de l’ histoire de l’ aviation. Le MS-138 devient le premier Morane-Saulnier a être produit en grande série, 178 exemplaires furent construits pour l’Aéronautique Militaire et l’Aéronautique Navale françaises, il connut aussi l’exportation pour les armées Grecque et  Danoise.
 (photo collection privée Liliane Cotton)

Le Morane-Saulnier MS-138 F-AZAJ , construit en 1929, d’abord militaire, a ensuite été civil avec l’immatriculation F-AQDN. Il fut acheté à l’état d’épave auprès de l’aéroclub de Brioude, en 1967,  par Jean Salis avant d’être restauré en 1978 à l’occasion du tournage de “la conquête du ciel” dans les ateliers de l’AJBS à la Ferté-Alais sur le plateau de Cerny. Cet avion qui fait partie maintenant de la collection de l’association “les Casques de Cuir” est présenté en vol chaque week-end de la Pentecôte lors du meetings aériens de l’ “Amicale Jean-Baptiste Salis”.

Caractéristiques techniques :

  • Type Monoplan parasol
  • Immatriculation : F-AZAJ (F-AQDN)
  • Numéro de série : 220.138
  • Envergure : 10,9m
  • Longueur : 6,84m
  • Hauteur : 3,58m
  • équipage : 2
  • Masse à vide : 514kg
  • Masse max : 768kg
  • Moteur : Gnome et Rhône 9C de 80cv
  • Vitesse max : 140 km/h
Sources des informations :
Association les Casques de Cuir : http://pegase.foxalpha.com/cuir
Amicale Jean-Baptiste Salis : http://www.ajbs.eu/
Patrimoine de France : http://www.patrimoine-de-france.org

Revue “Le temps des hélices”


Weihe N°3 au Musée Regional de l’Air d’Angers : un monument historique

(photos collection privée Xavier Cotton)
En avril 2009, j’ai visité le Musée Régional de L’Air d’Angers, et j’ai été impressionné par la qualité de la restauration de ce planeur Weihe n°3 immatriculé F-CRMX. Grâce à la Revue publiée pour les 25 ans du GPPA (Musée Régional de l’Air d’Angers) j’ai pu en apprendre plus  sur l’histoire de  ce planeur construit en 1943, restauré en état de vol en 1990 et classé Monument Historique en 1998 :
Le planeur Weihe (Cerf-volant) a été dessiné par Hans Jacob en 1938. Ce monoplace de performance dont plus de 350 furent construits en Allemagne, Suède, France (sous la dénomination de WMA-200) Espagne et Yougoslavie, a dominé les compétitions internationales jusque dans les années 60.
En 1943, Jacob Shweyer  construisit en Allemagne l’exemplaire exposé de nos jours au GPPA. Il fut ramené  en France le 10 juillet 1945 sous l’immatriculation provisoire  R-62. Il a reçu le n°3, Comme il fut le troisième Weihe pris en compte par l’état français, il reçu tout simplement le n°3. En 1945, Eric Nessler, le pionnier et champion de vol à voile français établit un record en bouclant  le triangle Beynes – Orléans – Beynes, soit 204 km. Il a  ensuite participé au concours d’Albi du 18 au 30 juin 1946 et aux mains de Paul Lepanse  qui fini  4eme lors du Concours International de vol à voile du 8 au 23 août 1948 sur le terrain de Beynes (Yvelines) dans le cadre de la Quinzaine Aéronautique  Internationale d’août 1948 organisée par la FNA .  

Le 24 janvier 1949, il est affecté au Centre-inter-club de Beynes. Changement d’immatriculation en 1954, il devient le F-CBGT puis est transféré à l’aéro-club d’Angers le 4 décembre 1957.  En 1964  il participe aux mains de Christian Ravel au Concours régional de Nantes où il se classe 3eme. Le planeur reçoit le  CNRA (Certificat de Navigabilité Restreint d’Aéronef ) n° 46960 du 8 décembre 1964 qui l’immatricule F-CRMD. Le 11 septembre 1972 il effectue son dernier vol, avant d’être offert au Musée de l’Air et de l’Espace en juillet 1976 et stocké à Chartres dans de très mauvaises conditions. Le GPPA ayant découvert cet état de fait, demande au Musée de l’Air et de l’Espace de lui confier le planeur pour restauration en vol, ce qui fut accordé par bulletin de prêt n° 06 du 27 mai 1982.
Après sa restauration, le planeur, titulaire du CNRA  n° 46980 du 26 avril 1990, prend l’immatriculation F-CRMX. Le 2 mars 1990, Christian Ravel lui fait faire son nouveau 1er vol à Angers . Ce planeur participe ensuite au rassemblement de planeurs anciens de Romilly et de Keiheuvel en Belgique en 1990. Il reçoit en 1990 la coupe de la meilleure restauration européenne offerte par le Vintage Glider Club, puis au début de 1991, la Coupe Jean-Marie Lebris offerte par la Fédération Française de Vol à Voile.  Le musée de l’Air et de l’Espace le cède au GPPA par acte de vente du 26 mars 1996 dans le cadre d’un échange de matériel. Depuis, l’appareil a été entretenu en état de vol par le GPPA. Le Ministère de la Culture a classé ce planeur Monument Historique par arrêté OM/98-49/N N° 098 du 8 septembre 1998. Il fut exposé sur les Champs-Élysées, du 7 au 30 septembre 1998 dans le cadre du “Centenaire de l’Aviation” organisé par l’Aéroclub de France. Enfin, quelques incertitudes sur les collages conduisent le GPPA à l’arrêter de vol afin d’assurer sa préservation et le planeur est désormais exposé dans le Musée Régional de l’Air d’Angers. En allant sur le site du très bien fait du Musée Régional de l’Air GPPA, vous pouvez en apprendrez encore plus sur le planeur DFS (Schweier)Weihe.

Sources des informations :
Revue publiée pour les 25 ans du GPPA (Musée Régional de l’Air d’Angers)
Musée régional de l’Air GPPA :  http://www.musee-aviation-angers.fr/
Ciel de France N°29 Août 1948


De l’aide pour le Super Constellation F-BGNJ

(photo collection privée Alain Rabiller)
Il arrive parfois que l’on signe des pétitions sans savoir si il y aura du concret au bout.
Et bien, l’Amicale du Super Constellation et de son président Michel Beyssat tiennent à vous préciser que celle à laquelle vous avez participé n’aura pas été lancée en vain !

Nous avons été 3870 à ce jour à signer la pétition. Et après plus de 2 ans d’attente, nous avons maintenant la certitude et la confirmation que l’Amicale du Super Constellation pourra continuer la restauration du Super Constellation L1049-C c/n 4519 F-BGNJ dans un avenir très proche.

Il sera d’ailleurs enfin visible de près pour le plaisir de tous !

Mais vu les pluies qui sont tombées ces dernières semaines, une partie du terrain sur lequel le Constellation est obligé de passer pour arriver à sa future destination est rendue difficilement praticable.
Si l’avion n’est pas déplacé rapidement, vous imaginez bien qu’il est hors de question d’attendre encore 6 à 7 mois (voir même plus…) pour que le sol soit sec et à nouveau praticable!
Deux ans sous les intempéries l’ont considérablement endommagé, 7 mois de plus seraient vraiment catastrophiques.

Pour mener à bien ce transfert, nous recherchons donc d’URGENCE :

– tout système de désenlisement du type “plaques de désensablement US” (le constellation fait environ 25-30 tonnes)
– ou même pourquoi pas du Matériel d’amélioration de la traficabilité des sols (MATS) de l’armée : http://www.garnison-paris.terre.defense.gouv.fr/14juillet2009/materiels/vehicules-terrestres-mats.htm
– ou encore des systèmes de désenlisement d’aéronef : http://www.mobi-tapis-relevage-avion.com/appli_desenlisement.php

Si par hasard certains d’entre vous sont en relation avec des personnes susceptibles de fournir ce type de matériel ( armée, civil, …) ou bien qui seraient à même de le proposer à l’Amicale du Super Constellation et leur venir en aide, contacter les : http://superconstellation-nantes.fr/

D’autres parts, les travaux de restauration sont encore important, comme par exemple la remise en état de l’intégralité de la cabine passagers + salons Parisien Spécial, sièges du poste de pilotages, …etc,
Ces travaux demandent un budget considérable que l’Amicale seule ne peut prendre à sa charge.
C’est pourquoi l’amicale lance dès aujourd’hui un “Appel aux Dons” pour continuer à préserver et à restaurer le dernier exemplaire de Super Constellation aux couleurs Air France.

Pour cela, vous avez la possibilité de le faire depuis notre site internet à cette adresse: http://superconstellation-nantes.fr/
Vous trouverez un lien PAYPAL présent en bas de chaque page du site qui vous permettra de faire votre don directement en ligne.
Il n’y a pas de montant minimum, vous donnez ce que vous voulez, paiement par compte Paypal ou Carte Bancaire (transaction ssl sécurisée).

Pour ceux qui le souhaitent, par chèque, en envoyant vos dons à cette adresse:

AMICALE DU SUPER CONSTELLATION
Aéroport de Nantes-Atlantique
Case Postale 60
44340 BOUGUENAIS

Les industriels ou organismes qui souhaiteraient devenir partenaire financier de ce projet peuvent aussi nous contacter à cette adresse: partenaire@superconstellation-nantes.fr


Pétition pour sauver le Super Constellation F-BGNJ

(photo collection privée Alain Rabiller)

Depuis 2001, l’association Amicale du Super Constellation rénove à Nantes un avion de ligne des Années Cinquante, le Lockheed 1049-G Super Constellation immatriculé F-BGNJ en vue de le présenter au public en statique. Le F-BGNJ est un avion historique. Il a participé aux évacuations sanitaires au Biafra (avec André Gréard aux commandes) et est à l’origine de la création d’aviation sans frontières. Il est le seul rescapé en France (hormis “l’épave” du F-BHBG de Quimper) des 24 Super Constellation Air France.

La restauration est bien avancée mais les travaux ont été bloqués depuis près d’un an car l’accès à l’appareil nous est interdit ! La raison ? En août 2007, le propriétaire du terrain sur lequel repose l’avion – ancienne zone militaire occupée par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale à proximité de la piste de l’Aéroport Nantes-Atlantique – a refusé de nous renouveler l’autorisation d’occupation temporaire (AOT), avec pour prétexte l’insécurité de la zone entre autres. Cette autorisation avait pourtant été accordée les 3 années précédentes sans aucun problème! Le Super Constellation attend donc de savoir quel va être son sort, laissé à lui-même à l’extérieur. Heureusement, la peinture définitive apposée avant cet épisode administratif le protège en partie des intempéries. Mais combien de temps??

Heureusement, un ferraillage sauvage devrait être rendu impossible car le F-BGNJ a été classé Monument historique en 2001 (Date protection : 2001/07/31 Référence : PM44000871 ” http://www.patrimoine-de-france.org/oeuvres/richesses-74-21155-142038-P220101-339839.html), ce qui devrait normalement le préserver de la démolition. Du moins nous l’espérons…

A ce sujet, le ministère de la culture n’a t’il pas l’obligation d’intervenir pour que l’association remplisse son devoir de restauration? Peut-on laisser un monument historique se dégrader de la sorte sans que personne n’intervienne? Quelle est donc l’utilité de classer des monuments si nous ne pouvons pas les préserver?Alors si vous souhaitez nous aider et essayer de débloquer cette situation, signez notre pétition et aidez-nous à continuer de préserver le patrimoine aéronautique Français !!!

(ne pas oublier de confirmer votre vote en cliquant sur le lien dans un mail envoyé par le site MesOpinions.com après avoir voté)

Pour plus de renseignements sur l’association: http://fbgnj.free.fr et http://pagesperso-orange.fr/aircollection/accueilconstell.htm


Mise en route d’un Noratlas

(photo collection privée Xavier Cotton)
Mise en route du moteur droit du dernier Noratlas (F-AZVM cn 105 ) en état de vol, (sortie d’usine en juin 1956) lors du meeting aérien de la base aérienne de Reims, BA112 ( le 04 juillet 2004).
Si vous voulez en savoir plus sur le Noratlas de provence (Nord 2501) son programme de vol pour l’année 2008 et l’association qui le maintient en état de vol je vous invite à aller sur leur site : http://noratlas-de-provence.asso.fr/
Le Nord 2501 Noratlas , surnommé “la Grise” dans l’armée de l’air, a été retiré sur service en 1989.
Le F-AZVM a été classé monument historique le 23 mars 2006 ( 5 avions seulement sont classés monuments historiques). Voici la liste des escadrons auxquels il a appartenu : Le Touraine, le Sahara, le CIET, l’Anjou, le GANOM, le Bigorre, le CIFAS, le Vercors.
L’aérobibliothèque vous propose de lire la réédition de “En équipage sur Noratlas, La Grise des transporteurs ” par Jean-Claude Noguellou.


This site is protected by wp-copyrightpro.com