Exposition en hommage à Louis Blėriot à Calais

De passage à Calais, j’ai découvert par hasard qu’une exposition autour de Louis Blériot, premier aviateur à avoir traversé la Manche le 25 juillet 1909, se tenait à la Cité de l’Europe à Calais jusque au samedi 22 juillet. J’ai pu discuter un moment avec Pierre Poure organisateur de cette exposition qui est très attaché à la mémoire Louis Blériot, il  y présente une partie de sa grande collection d’objets récupérés au fils des années: des exemplaires de journaux d’époque, des autographes d’autres aviateurs qui ont traversé la Manche à bord d’un blériot XI, des objets publicitaires et aussi des phares de voiture. En 2009, dans le but de perpétuer son souvenir, il a  crée l’association Légend’Air, dont l’objectif est de réaliser des expositions. Une réplique du Blériot XI avec lequel Louis Blériot  a réussi la traversée de la Manche  y est exposée. Celle ci a été construite par l’Aéroclub des Guarrigues, nécessitant 5000 heures de travail. Le véritable avion est conservé et exposé au musée des arts et métiers à Paris. On peut écouter Pierre Poure nous raconter des anecdotes sur le sujet avec grand plaisir « Louis Blériot à mis tente-sept minutes pour faire trente sept kilomètres à l’age de trente sept ans, le comble étant qu’Il ne savait pas nager. A l’arrière  du Blériot XI il  y avait un cylindre gonflé d’air  aurait permis de faire flotter l’avion en cas de d’amerrissage d’urgence.« 

Si vous êtes sur Calais, dépêchez vous vous n’avez que jusque demain pour voir l’exposition et échanger avec Pierre Poure

Plus d’informations :

Aéroclub des Guarrigues : http://www.clubaerodesgarrigues.org/

Histo Blériot : http://www.papybleriot.fr


Meeting Aérien contre le cancer Rodez-Aveyron les 2 et 3 septembre 2017

L’association « Tout le monde contre le cancer » organise les 2 et 3 septembre prochains à l’aéroport de Rodez-Aveyron un meeting aérien. Au programme, compétition mondiale de voltige aérienne avec les Free Flight World Masters, la Patrouille de France, l’Équipe de Voltige de l’Armée de l’Air et bien d’autres (T6, Pilatus, Yak, Bulldog, PT18, Chipmunk, Swift Team, Planeur…) !

Le programme se déroulera comme suit,

Le samedi 2 Septembre

Matin :

  • Début des « battles » des Free Flight World Masters
  • Démonstration de l’Equipe de Voltige de l’Armée de l’Air (EVAA)

Après-midi :

  • Démonstration en vol des Mirages 2000 « Couteau DELTA », démonstration d’hélicoptères de l’Armée de l’Air en mission MASA (Mesure Active de Sureté Aériene),
  • Démonstrations d’aéronefs privés (T6, Pilatus, Yak, Bulldog, PT18, Chipmunk, Swift Team, Planeur…)
  • Suite des « battles » des Free Flight World Masters

Le dimanche 3 Septembre

Matin :

  • Suite des « battles » et finale des Free Flight World Masters
  • Démonstration de l’EVAA
  • Reconnaissance de la Patrouille de France

Après-midi :

  • Finale Free Flight World Masters
  • Show aérien de la Patrouille de France
  • TARIFS

    • Samedi 2 septembre : 10€

    Début des épreuves des Free Flight World Masters, démonstration des Mirages 2000 Couteau DELTA

    • Dimanche 3 septembre : 10€

    Final des Free Flight World Masters, Patrouille de France

    • Pass Week-End : 17€

     

    • Pass Camping-Cars (2 personnes) : 60€

    Contient : 2 Pass Week-End, un emplacement réservé (arrivée avant samedi 8h, départ le dimanche à 20h après la levée du dispositif), + 17€ par personne supplémentaire.

    • Pass Passionnés (2 jours) : 180€

    Contient : un Pass Week-End, un accès à l’Espace Passionnés, repas le samedi midi et le dimanche midi

    • Pass Passionnés (1 jour) 100€

    Contient : une entrée pour un jour, un accès à l’Espace Passionnés, un repas pour le midi

    Les entrées sont gratuites le samedi et le dimanche pour les enfants de moins de 8 ans !

    POINTS DE VENTE

    Deux possibilités pour acheter vos billets :

Pour plus d’informations :

http://meeting-aerien-aveyron.fr

http://toutlemondecontrelecancer.com

 

 


Des Mirage F1 vont voler aux USA

Mirage F1 de la BA112 de Reims en 2008 ©Xavier Cotton

La France vient de vendre la totalité de sa flotte de Mirage F1 actuellement stockée sur la base aérienne 279 de Châteaudun à la société de services américaine Airborne Tactical Advantage Company (Atac) filiale de Textron. Le contrat pour ces 63 appareils est estimé à 21 millions d’euros. Durant 10 à 15 ans,  ces avions de combat serviront de plastron pendant les missions de formation et d’entrainement des pilotes américains de F-16, F/A-18, F-22 et F-35.


Annulation du meeting de Lens 2017

Les organisateurs de l’association des Fêtes de l’air ont annoncé ce mercredi matin sur leur page Facebook, l’annulation du meeting aérien de Lens, prévu les 9 et 10 septembre prochains. Il manquerait 100 000 euros pour boucler le budget de cette édition inédite, qui proposait deux meetings gratuits en un week-end dont un délocalisé au-dessus du Mémorial canadien de Vimy.

Plus d’informations sur le sujet sur AeroVFR et La Voix du Nord


Quizz du moi de juillet

Que représente cette photo ? @Xavier Cotton

Cela fait pas mal de temps que j’avais posé un quizz, mais saurez vous me dire ce que représente cette photo? éventuellement à quel avion cela appartient ?

 


Vol en Boeing Stearman au dessus de Soissons

Boeing Stearman N4561N basé à Soissons Courmelles ©Xavier Cotton

A occasion de la Journée Portes Ouvertes (11 juin 2017) de l’aérodrome de Soissons Courmelles (LFJS), je m’étais promis de rencontrer des membres de l’association Vintage Aero Passion (http://www.vintage-aeropassion.com) et en particulier Francis Pelletier. En effet, lors du meeting d’Epernay 2015, j’avais beaucoup apprécié sa démonstration en vol sur Boeing Stearman (N4561N) en compagnie de celui de François Forget (F-AZUD). J’ai demandé s’il était possible de faire un vol  dans l’après-midi car cet avion fait partie des machines qui me font rêver. la réponse a été immédiate et je suis passé de l’autre coté des barrières, sur le parking avion.

En un rien de temps, l’avion a été poussé un peu en avant pour ne pas souffler les spectateurs au démarrage du moteur. Je me suis retrouvé équipé d’un parachute siège et harnaché en place avant, Francis m’ayant bien brieffé autant pour l’utilisation du parachute en cas d’urgence, que sur l’utilisation des poignées incluses dans le bord de fuite de l’aile supérieure qui aident à se laisser doucement descendre dans le baquet de la place avant

Briefing amphi-cabine par Francis Pelletier pilote de ce Boeing Stearman ©Richard Cotton

Tableau de bord place avant du Boeing Stearman N4561N ©Xavier Cotton

Francis me fait ensuite un briefing amphi-cabine me présentant les instruments de bord indispensables à la gestion du vol et du moteur, sur la photo ci-dessus de haut en bas et de gauche à droite, la boussole indiquant l’orientation magnétique de l’avion, puis l’indicateur de vitesse marqué en nœuds marins (1Kt =1852M/h). Ici ce n’est pas le cas puisque l’avion est de construction américaine, mais l’indicateur de vitesse est souvent surnommé « Badin » du nom du constructeur français qui en fabriqua pour les avions français . C’est l’occasion de m’indiquer les trois vitesses de base importante à connaitre avant décollage : 60 Kt vitesse de décollage, 70 Kt  vitesse en montée et 90 Kt vitesse en croisière. Au milieu se trouve la bille aiguille qui permet de savoir si le virage est correct la bille se trouvant alors au milieu de l’indicateur, dérapé si elle est à l’extérieur du virage ou glissé si elle est à l’intérieur du virage, l’aiguille indiquant l’angle d’inclinaison de l’avion. A droite se trouve les indication de pression d’huile et de température moteur. En dessous l’altimètre indique l’altitude en pieds ici réglé sur la pression au niveau de la mer, d’où les 550 ft, en fait le terrain de Soissons se trouve à 510ft d’altitude. au milieu l’horloge indispensable et à droite le compte-tour moteur ()R.P.M : Revolution Per Minute)

Francis Pelletier fait la Visite Pré-Vol du Boeing Stearman N4561M. Noter la « Trompe de Venturi « fournit l’énergie nécessaire à alimenter les gyroscopes, sous la forme de « dépression d’air » ©Xavier Cotton

Après avoir fait faire à la main un certain nombre de tour à l’hélice, la Check-list mise en route du moteur va pouvoir commencer, grâce au système intercommunication de la radio, je vais pouvoir entendre dans mon casque  Francis la dérouler à haute voix :

Contact général : sur ON
Alternateur : Off
Richesse : plein riche
Injections : 2
Démarreur sur ON :  2 tours hélice puis Magnetos sur 1+2
Alternateur :  ON
Radio ON
Transpondeur:  ON
Strobes light : ON
Pression huile : 70 psi
Température : 20° mini pour roulage 30° mini pour décollage
Essence  : Quantité et temps de vol
Essais radios : OK

Croisement avec le Morane-Saulnier Criquet MS506 (F-BDXM) @Xavier Cotton

Puis viennent les essais moteur, et enfin quand ceux ci sont terminés, Francis informe la tour du début de roulage du Boeing Stearman vers le bout de piste 25. Comme avec tout avion à train classique -avec une roulette de queue- il faut être prudent au roulage car la visibilité vers l’avant est très réduite, la seule solution et des slalomer  doucement et d’écouter le trafic à la radio.

Décollage du Boeing Stearman N4561N en piste 25 à Soissons-Courmelles ©Xavier Cotton

Une fois aligné, le pilote verrouille la roulette de queue, pousse la manette des gaz, alors que l’avion commence à accélérer, il vérifie que tous les paramètres moteurs sont dans le vert, puis on sent que la queue se soulève et que l’avion se met en ligne de vol. Alors que la vitesse de 60 Kts est atteinte, il es temps de décoller selon les consignes de l’US Navy….! ensuite on maintient  70Kts pendant la montée initiale jusqu’à la mise en palier, où on réduit les gaz à 1850 t/s et on accélère jusqu’ à 90Kts et la on découvre le plaisir de voler avec un avion historique, la t^te à l’air libre.

En place arrière le pilote : Francis Pelletier ©Xavier Cotton

On resterait volontiers des heures à voler ainsi par beau temps, mais après une large boucle autour de la ville de Soissons, il est temps de rentrer vers le terrain et d’intégrer le circuit de piste. Vu le trafic peu coopératif du jour et c’est euphémisme de le dire, Francis dû faire deux remises de gaz avant de pouvoir se poser, avec un super « kiss landing » que j’ai apprécié à sa juste valeur. Merci Francis pour ce vol que tu m’as fait partager et qui restera gravé dans ma mémoire de pilote comme l’un des vols particulier et magique que j’aurais pu effectuer. Si l’envie de faire comme moi, un vol inoubliable sur Boeing Stearman avec Francis Pelletier, c’est possible en le contactant via Vintage Aéro Passion qui est une association de loi 1901 ayant pour but de rassembler tous les passionnés d’aéronautique et d’avions anciens.

Retour au parking du Boeing Stearman N4561N ©Liliane Cotton

La joie après vol ©Liliane Cotton

Complément de plein d’essence par Francis Pelletier du Boeing Stearman N4561 ©Liliane Cotton

Stationnement du Boeing Stearman N4561N en attendant le prochain vol ©Liliane Cotton

Retour heureux du pilote et de son passager après vol ©Liliane Cotton


Espace Air Passion présente sa collection d’archives aéronautiques

Exposition temporaire : Espace Air Passion présente sa collection d’archives aéronautiques, du 1er juillet au 31 août 2017, à Angers Loire Aéroport.

Espace Air Passion présente pour la première fois au grand public, une exposition temporaire dédiée à son centre d’archives et ses richesses dans le hall d’exposition de l’Espace Air Passion, à Angers Loire Aéroport. Cette exposition exceptionnelle est proposées pendant les vacances d’été, du samedi 1er juillet au jeudi 31 août 2017.

Par le biais de 18 panneaux explicatifs, les visiteurs partent à la découverte des richesses et raretés préservées par l’association (plans, photographies, manuscrits, livres, revues…). Les archives sont présentées par thématiques (construction, aérostation, vol à voile, aéromodélisme…) et périodes historiques. Le fonctionnement du centre des archives est expliqué. C’est aussi l’occasion de découvrir les différentes utilisations des documents et de l’intérêt de conserver ce pan du patrimoine français.

Une visite guidée « Archives Aéro » le mardi :

Une visite guidée dédiée à cette exposition « Archives Aéro » et de la salle des archives est programmée chaque mardi (sauf le 15 août), de 10h30 à 12h00. Sur réservation (info@museeaviation-angers.fr ou 02 41 33 04 10). Nombre de places limité (10 personnes).

Le musée conserve une des plus importantes collections d’archives aéronautiques de France et d’Europe. Le centre de documentation est accessible aux historiens, journalistes, étudiants ou passionnés. Le fonds réunit une bibliothèque de plus de 10 000 références, 350 titres de presse du XIXe au XXe siècle, 200 000 clichés, 600 liasses de plans. L’ensemble représente 3 000 mètres linéaires.

Créé en 1981 et implanté depuis septembre 2000 sur la plate-forme d’Angers Loire Aéroport, Espace Air Passion expose sur 3 500 m² des avions, des planeurs ayant marqué l’histoire de l’aviation, certains très rares, voire uniques au monde. Il vise à faire vivre notre patrimoine aéronautique et offrir rêve et plaisir au public. Ouvert en particulier vers les familles, Espace Air Passion a reçu le 6 mars 2013 le label qualité tourisme. Il souhaite ainsi confirmer sa fonction d’acteur important du développement de notre aéroport et du tourisme dans la Région Pays de la Loire.

Conditions d’accès :

Ouverture du mardi au samedi, de 10 h00 à 12 h00 et de 14 h00 à 18 h00, le dimanche de 10 h00 à 12 h00 et de 15h00 à 19 h00. Fermé le lundi.
Tarifs : Plein tarif 6 €, tarifs réduits 3 € (chômeurs, étudiants, handicapés, enfants de 7 à 18 ans),
Cezam 5 €, Pass Famille 15 €. Le billet d’entrée permet la visite de l’exposition temporaire, de la collection permanente et des ateliers de restauration.

Contact pour plus d’informations :

Musée Régional de l’Air GPPA

Angers Loire Aéroport
49140 Marcé
Tel : 02  41 33 04 10
Espace Air Passion : http://www.musee-aviation-angers.fr/
info@museee-aviation-angers.fr


Quand la France rêvait du ciel sur France 3 Paris Île-de-France

 

Lundi 19 juin après le Grand Soir 3

sur France 3 Paris Île-de-France

QUAND LA FRANCE RÊVAIT DU CIEL

réalisé par Philippe Baron

Une coproduction Vivement Lundi ! et France 3 Centre-Val de Loire, avec le soutien de la Région Bretagne

En 1945, le secteur aéronautique français est en ruine. La patrie de Blériot et de Saint-Exupéry accuse un retard considérable sur les autres grandes puissances. Il est urgent de reconstruire une aviation moderne alors que le pays entre dans la Guerre Froide.

L’ingénieur français Lucien Servanty est un des acteurs du redémarrage de l’aéronautique française. Pendant les années d’après guerre, ses avions jalonnent la renaissance des ailes nationales. En 1946, il fait voler le premier avion à réaction français. Dans les années 50, il dessine des jets futuristes capables de rivaliser avec leurs concurrents américains. Dans les années 60, il dirige la conception du fleuron français de l’aéronautique : le Concorde.

Entre 1945 et 1973, les inventions de cet ingénieur méconnu reflètent les aspirations d’une France qui se passionne pour l’aviation, la vitesse et la technologie, qui s’enthousiasme pour les exploits de ses pilotes d’essai et la modernité de ses aéroports, qui se projette dans un avenir radieux, débarrassé des contingences terrestres.


Science & Vie Spécial Aviation 2017

Comme à l’habitude, à l’occasion du Salon du Bourget qui a lieu tous les deux ans, Science & Vie sort un numéro spécial pour faire un état des lieux de l’aviation civile et militaire, ainsi que de la conquête spatiale. Cette édition « spécial AVIATION 2017 » de Science & Vie revient sur les choix stratégiques, économiques, mais aussi technologiques qu’il peut y avoir dans le transport aérien ou militaire. Le numéro spécial commence par une rétrospective de l’actualité aéronautique écoulée depuis deux ans.
Comme à chaque édition spéciale de ce numéro, on peut y trouver deux grandes parties, celle consacrée à  l’aviation militaire et celle consacrée au transport aérien. En ce qui concerne l’aéronautique militaire, Science & Vie s’est rendu en Jordanie pour suivre de l’intérieur une mission stratégique de l’armée de l’air française contre Daech. L’ US Air Force va recevoir une centaine de bombardiers Northrop Grummman B-21, sera t il à la hauteur des attentes ? Enfin suite à la mise cale sèche du « Charles-de-Gaulle », les débats sont relancés sur la pertinence de doter la France d’un second porte-avions. Quand au transport aérien, celui-ci se porte plutôt bien – malgré la menace terroriste – avec une progression de plus de 3% en 2016. Depuis l’attentat de l’aéroport de Bruxelles, c’est l’ensemble des des aéroport qui sont devenus sensibles et plus seulement les avions eux-même. Dans un autre article, suite à la mévente du géant d’Airbus la question suivante est posée: L’A380 a t’il vu trop grand ? Ensuite sont abordées cinq grandes énigmes de l’histoire de l’aviation suite aux disparitions des avions et leurs pilotes et passagers : l’oiseau blanc de Nungesser et Coli, Le Lockheed Electra d’Amelia Earhart, qu’est il arrivé à Saint-Ex?,  la disparition du vol MH370 de Malaysia Airlines et enfin la disparition  sans laisser de trace d’un super constellation en pleine guerre du Vietnam. Au regard des nombreux modèles proposées de voiture volantes, drones-taxis, le rêve devient il réalité dépassant la science fiction ?
Enfin sur le thème de la conquête technologiques plusieurs sujets sont abordés :
  • L’helicoptère du futur, la grande rupture
  • La strategie des essaims de Drones
  • Givrage, la menace grandit
  • Les secrets de fabrication d’Ariane 6
  • La renaissance high-tech d’ un Warbird de légende le Dewoitine D551

Et pour finir quelques questions que tout le monde se posent, la réponse est traitée  sur deux pages

SCIENCE & VIE 
Édition spéciale n°34
Parution :12/06/2013
Prix : 5€95

AceS n°3 Les as de l’histoire de l’aviation mondiale

Le  numéro 3 de la revue trimestrielle (mai-juin-juillet 2017) AceS, les As de l’Histoire de l’aviation mondiale est sortie en kiosque. Ce numéro de belle facture, richement illustré et aux textes agréables à lire aborde la vie des trois pilotes suivants, Lance Wade à la virtuosité diabolique et au caractère bien trempé (As américain engagé dans la RAF), Bertrand Poujet (pilote au groupe « Lorraine ») et Adolf Galland, l’inspecteur de la chasse (pilote Allemand). Je précise que l’article sur Adolf Galland est la suite  de l’article publié dans le  numéro précédent. Vous  trouverez aussi  dans ce numéro un article sur le Supermarine Spitfire Mk VIII de Lance « Wilcat Wade ».  vous trouverez aussi deux autres rubriques,  l’une consacrée aux maquettes parle dul Supermarine Spitfire Mk VIII de Lance « Wilcat Wade »et l’autre traitant des livres sur l’aviation militaire.

  • Lance Wade, le « Wildcat of the desert » (M. Souffan)
  • La véritable histoire des Eagle Squadron de la RAF (Ph. Listemann)
  • Le Supermarine Spitfire Mk VIII de Lance « Wilcat Wade »
  • Bertrand du Poujet pilote au groupe « Lorraine » (J.-Ch. Stasi)
  • Adolf Galland, jusqu’au dernier hallali (E. Lefèvre)
  • Henri Bouquillard, Un homme charmant, un chasseur épatant (M. Souffan)

AceS N°3
Éditions Heimdal
98 pages
21 x 29,7cm
11€

SARL éditions Heimdal à Damigny BP 61350, 14406 Bayeux cedex – Téléphone. : 02 31 51 68 68 – Fax. 02 31 51 68 60 – www.editions-heimdal.fr


%d blogueurs aiment cette page :