Fête de L`AVIATION 2020

Communiqué de presse 03 mars 2020

Adhérez à la « Fête de l’aviation » !

Les entreprises, clubs et associations de l’aviation légère et sportive tout comme les professionnels de la « grande aviation » sont invités à se mobiliser autour de journées portes ouvertes les 26-27-28 septembre prochains. Interview de Géraldine Galland, « chef d’orchestre » de l’événement…

Cette fête est organisée pour qui ?

Pour le grand public qui s’intéresse à l’aviation, mais aussi pour promouvoir les entreprises, clubs et associations qui évoluent dans le secteur des « sports et loisirs aériens » ou de la « grande aviation ».

7 300 professionnels et clubs concernés !

En France, l’aviation légère et sportive s’appuie sur plus de 5 500 clubs mais aussi 1 800 professionnels, soit plus de 7 300 structures. Notre pays est champion du monde dans de nombreuses disciplines et affiche son excellence dans le domaine depuis toujours. 150 000 licenciés, 5 500 clubs et 9 Fédérations Françaises animent l’univers des sports et loisirs aériens. Avec plus de 1 200 bases ULM et près de 500 aéroports ou aérodromes, la France dispose d’un maillage territorial unique au monde. La grande aviation puise quelques ressources dans la petite aviation… Une force vive qui génère émulation, créativité mais développe aussi savoir-faire et talents. L’aéronautique et le spatial c’est aujourd’hui plus de 350 000 emplois en France. Les entreprises industrielles du secteur recrutent et forment en permanence (plus de 15 000 embauches en 2019).

Pourquoi une « Fête de l’aviation » ?

Pour offrir à tous une belle et grande fête, à l’image de la fête de la musique ou de la fête du cheval. Mais aussi permettre aux participants d’attirer de nouveaux membres ou clients ou encore des jeunes en recherche de stages, d’emplois. Pour valoriser leurs métiers, leurs savoir-faire, leurs technologies. Pour participer à une opération d’envergure nationale et contribuer à l’attractivité pour l’aviation. Pour valoriser leurs personnels, membres ou encore partenaires. La « Fête de l’aviation » c’est l’envie de partager le plaisir de voler mais aussi défendre cette liberté. Elle fera la promotion de toutes les disciplines de « vols loisirs » véritables tremplins vers de multiples métiers dans l’aviation commerciale, d’affaires ou encore militaire et enfin l’aérospatiale. Cette fête soulignera l’importance des aérodromes ou sites de pratiques, des espaces utiles pour la préservation et la sauvegarde de notre environnent et de notre patrimoine. Indispensables dans un cadre touristique, économique et d’urgences médicales.

Valorisation de la « petite » et « grande » aviation.

Tous les sports et loisirs aériens seront « sous le feu des projecteurs » : Aéromodélisme, Autogire, Avion, Boomerang, Cerf-volant, Construction amateur d’aéronefs, Deltaplane, Drone, Hélicoptère, Kite, Montgolfière, Multiaxes, Parachutisme, Paramoteur, Parapente, Pendulaire, Planeur. Cet événement souhaite mettre à l’honneur les professionnels de l’aviation commerciale, d’affaires, militaire et de l’aérospatiale qui fabriquent les métiers d’aujourd’hui et de demain. Chacun aura la charge de la « théâtralisation » de ses activités sur ses territoires respectifs (chacun gère ses animations et présentations statiques d’aéronefs, vidéos, simulateurs de vol…). Une permanence sera assurée par vos soins pendant toute la durée de l’événement. Un grand jeu intitulé « Gagne ton baptême de l’air ou ta séance initiation ! » sera là pour créer le buzz. Une opération coordonnée puis relayée par ciel & plume, sur tous les fronts.

Actions de communication sur un plan national.

Votre adhésion à l’événement va permettre le financement d’actions de communication : Campagnes radio, presse et affichage, Création d’un site internet spécifique «Fête de l’Aviation» (www.fetedelaviation.fr), Organisation d’un grand jeu «Gagne ton baptême de l’air ou ta séance initiation !», Relations avec les médias, journalistes et influenceurs, Travail avec les champions et ambassadeurs (personnalités, aventuriers…) pour les associer à l’événement, Community manager : gestion du site internet, mais aussi des pages Facebook, Twitter, Instagram…

Offres « structures organisatrices »

Vous souhaitez ouvrir les portes de votre entreprise ou de votre association ou club les 26-27-28 septembre 2020 ? ciel & plume vous adressera un « Pack Organisateur », soit un ensemble d’outils qualitatifs (moyennant participation financière) pour votre permettre de faire partie de la fête avec un maximum d’efficacité et ainsi obtenir les retombées souhaitées : référencement de votre structure sur le site web dédié à l’événement, affiches, bulletins jeux, banderoles, chasubles « Organisateur », vidéos promotionnelles, bannières publicitaires numériques + retroplanning + modèles de communiqués de presse + modèles de courriers d’informations ou remerciements à votre équipe mais aussi vos riverains ou encore à vos partenaires…

Inscriptions et renseignements

Envie d’en savoir plus ou tout simplement d’adhérer à « Fête de l’aviation », contactez Géraldine Galland – ciel & plume – Tél : + 33 (0)4 77 72 32 25 – geraldine@cieletplume.com

 

Bon vol Tonton Raymond

Raymond Frappot et son OGMA (Reims-Aviation N°25) FTB 337 G Super Skymaster F-HRCF au meeting Paris-Villaroche Air Legend 2019 à Melun ©Xavier Cotton

hommage à Raymond Frappot par Ivan Hairon

L’Aviation vient de perdre un grand passionné, en effet,  Raymond Frappot, pilote bien connu  des meetings aériens européens,  nous a quitté lundi 17 février, alors qu’il travaillait sur son OGMA (Reims-Cessna) FTB 337 G Super Skymaster ( ex: armée de l’air Portugaise) sur l’aérodrome des Mureaux  dans les Yvelines (78). Raymond qui venait d’avoir 78 ans  avait œuvré comme chef d’entreprise  en région parisienne pendant de nombreuses années. Amoureux de la vie, il avait découvert l’aviation sur le tard vers 1985  à l’ age de 43 ans. Bien décidé  à rattraper le temps perdu  et souhaitant aider des copains qui participaient à l’époque à des meetings aériens, il prends des cours de pilotage, puis séduit par les machines de collection , il se passionne pour le patrimoine aéronautique, mais aussi pour les avions de collection d’origine militaire . 

Soko J20 Kraguj (F-AZFR) au roulage lors du meeting des Mureaux 2009 ©Ivan Hairon

Très rapidement , en 1992, il crée avec ses copains, passionnés comme lui, l’association Antic Air- Ailes Anciennes Les Mureaux. Le premier avion de la jeune association Antic-Air  sera le fameux Soko J 20 Kraguj, avion de construction Yougoslave, ramené en vol de Belgrade grâce et avec l’aide d’Alex Pozder. Soko J 20 que l’on verra souvent  à cette période sur les Salons des Avions de Légende organisés par Flying Legend Organisation (FLO) .

Le North American AT-6 D Texan (F-AZDU) d’Antic Air ©Jacques Guillem

Puis ce sera un très joli Pilatus P3-05 (ancêtre du Pilatus PC 7 ) ayant appartenu aux Troupes d’Aviation Suisse , qui au dire de Raymond était une merveilleuse machine à piloter quoique un poil sous motorisé. Il y eu aussi un North American T 6 D Texan ( F-AZDU). 

Sia-Marchetti SF 260 W Warrior (F-GMRF) au couleurs de l’Armée de l’Air Burkinabé ©Jacques Guillem

Raymond,  amoureux de l’Afrique, a participé à plusieurs éditions du Raid Air Solidarité aux coté du fameux photographe historien Jacques Guillem, Il avait réussi à ramener (durant une fameuse expédition en 1992)  du Burkina-Fasso (ndlr littéralement « Pays des Hommes intègres »), six Sia-Marchetti SF 260 W Warrior , ayant volé dans l’Armée de l’Air Burkinabé . Il en restaura cinq qu’il présenta avec délectation dans de nombreux meetings aériens. Le Marchetti,  comme l’appelait Raymond, avait disparu des cieux français depuis de nombreuses années et notamment depuis l’arrêt de la fabuleuse patrouille Martini sur SF260 créée par Jacques Bothelin


Le Fouga CM 170  (F-AZPZ, 315 JB) de Raymond et de Jean Baptiste Berger à Pontoise en 2009 ©Ivan Hairon

Puis l’ appel de la Réaction commença,  à démanger Raymond,  qui avec Jean Baptiste Berger acquis un avion d’entrainement Fouga CM 170 Magister ( l’avion de la patrouille de France dans les années 60-70) .

S’étant séparé de ses parts dans le Fouga, Raymond devint le propriétaire d’un énorme Yakovlev YAK 3 U équipé d’un moteur en étoile américain de 1450 CV,  pour comme disait Raymond, découvrir le frisson des pilotes de chasse de la seconde Guerre Mondiale. Ce Yak 3 U,  un des plus abouti dans sa catégorie, avait participé aux courses de pylône de Reno aux USA et y avait tourné dans les années 92/94 à la moyenne de 692 km/h  soit des pointes  à plus de 700 km/h .

OGMA (Reims-Aviation N°25) FTB 337 G Super Skymaster (F-HRCF) au meeting Paris-Villaroche Air Legend 2019 à Melun ©Xavier Cotton

Laché, bon pour le Yak 3 par le grand pilote Marc Mathis (Léon pour les intimes) , Raymond vola quelques années avec, puis il acquit en Espagne ,  l’OGMA (Reims -Cessna ) FTB 337 G Super Skymaster avec lequel nous l’avions vu l’année dernière à la Ferté Alais pour le meeting Le Temps des Hélices  et au meeting Air Legend  de Melun . Raymond gardait aussi sous le coude un des magnifiques SF 260 W avec lequel il prenait toujours plaisir à voler.

Raymond avec La patrouille de France 2015, lors du meeting aérien des Mureaux 2015 ©Jacques Guillem

Raymond, n’était pas seulement un Aviateur au sens noble du terme mais aussi un Marin de passion  que l’ ont pouvait parfois croiser  de temps en temps sur le Golfe du Morbihan  . Et surtout , Raymond était un épicurien , un homme bon et généreux ,  certe avec du caractère mais toujours avec  le cœur sur la main, n’avait -il pas baptisé son hangar du nom d’Eric Kopinski  Lieutenant pilote  au sein de l’EVAA (Équipe de Voltige de l’Armée de l’Air) , mort en service aérien commandé  le 16 juin 1987 au coté du Sergent Guy Ecobichon).

Un dernier, hommage sera rendu à Raymond Frappot  en l’église Christ-Roi de Cormeilles en Parisis (95, Val d’Oise ) , mardi 3 Mars au matin !

Bon vol Tonton Raymond  

Par Ivan Hairon.


Le choix du noir et blanc (épisode 4)

Saumon d’aile d’un Cirrus ( F-HUGE). Un avion entièrement construit en matériaux composites ©Xavier Cotton

Comme je l’avais indiqué dans “Le choix du noir et blanc” certaines photos aéronautiques m’inspirent pour les passer en noir et blanc, tout en leur donne un aspect intemporel, cela permet de souligner des formes, des ombres et reflets.

Surtout n’hésitez pas à laisser vos commentaires et vos critiques pour donner votre avis.

Saumon du L-39 Albatros (RA-1909K) ©Xavier Cotton
Entrée d’air du réacteur d’un Mirage IIIS suisse exposé au Musée Européen de l’Aviation de Chasse à Montélimar ©Xavier Cotton
North American T-6/NA-68 (F-AZRD) lors du meeting d’Épernay 2015 ©Xavier Cotton
Sonde de prise d’air statique sur un North American T6 “Texan” (F-AZSC) ©Xavier Cotton
Moyeu d’hélice avec ses contrepoids Hamilton sur un North American T6 “Texan” (F-AZRD) ©Xavier Cotton

Windsock : collection de T-shirts aéronautiques

Voici ce que nous dit Nicolas Peillex, jeune pilote ULM 3 axes à Belleville (LFHW) : ” il y a 4 ans, le hasard m’a amener à voler, et le plaisir ressenti ce jour la est vite devenu une véritable passion. A tel point que j’ai voulu mettre à son service mon métier de graphiste et photographe”

Et pour cela, il a eu l’idée de créer une collection de t-shirts , sweats et autres accessoires (gourdes, mugs, sacs…) sur le thème de l’aviation légère exclusivement vendus en ligne : www.windsock.club

les plateformes peuvent retrouver leurs produits dans la collection spécialement conçue pour les aérodromes. Et la collection Personnalisation permet aux pilotes et passionnés de créer en direct des articles à leur image.

Souhaitons un bon envol à Nicolas pour sa ligne de vêtements.


Histoire au sujet de l’Abbé Marguery…par Michel Léveillard

Michel Léveillard devant le MS 315 F-BCNL à Tarbes le 2 octobre 1950 (collection privée Michel Léveillard)

En 1950 l’Abbé m’avait invité d‘aller avec lui pour le pèlerinage des Aviateurs à Lourdes…

Humm… je ne fus jamais trop friand des grosses foules MAIS près de Lourdes il y a l’usine et l’école de pilotage Morane Saulnier à Tarbes –Ossun et je savais qu’il y avait un avion que j’avais toujours rêvé de piloter… Le Morane-Saulnier 315…

Donc pas besoin de me faire inviter deux fois…

Nous voilà à Lourdes et on prend un taxi pour aller à Tarbes-Ossun…

Un petit check out sur ce bel avion et j’emmène mon curé… un bon vieux Normand qui ne passait jamais une occasion de voler ni une p’tite goutte de Calva…

Nous avions déjà décidé d’aller survoler Lourdes et de faire notre p’tit Pèlerinage d’un peu plus haut… et miracle (bien sûr puisque nous sommes à Lourdes) voilà la grotte et la Basilique entre les nuages… alors mission accomplit…

Au retour l’Abbé veux prendre des photos pour marquer l’événement alors il détache les sangles et ceintures de sécurités et il se met à genoux (certainement pour prier) à l’envers pour prendre ma photo oubliant que je n’ai qu’à peine une heure de vol sur le Morane-315 alors je lui fais signe de se rassoir mais voilà … il a quand même pris ma bobine en plein vol…..

Il se raccroche et au retour vers Tarbes-Ossun je le laisse tâter les commandes…

Il pilote toujours bien mais non d’un chien revoilà qu’il tire la manette des gaz pour augmenter le régime moteur au lieu de la pousser…

Mais je n’ai rien à critiquer car au retour on se paye un petit tonneau de père de famille et je me retrouve à 90 degrés de l’axe…

Bon ben nous sommes de retour à Lourdes à temps pour les photos de groupe…

L’Abbé retrouve tous ses copains qui viennent des 4 coins du Monde et moi je prends le temps de faire une p’tite prière au Grand Chef Pilote pour le remercier de m’avoir permis de voler sur ce bel avion…

Regardez comme il était beau le Morane-Saulnier 315…

Des belles roues à rayons… pas de frein… pas de roulette de queue…et Dieu qu’il était chouette à écouter le moteur Salmson…

Pas besoin de vous dire que j’étais retourné A Tarbes-Ossun…

Pour un autre Pèlerinage … bien sûr…


Page de mon carnet de vol avec seulement 22 minutes de double commande …… et 29 minutes de solo avant d’emmener mon Curé faire le Pèlerinage « en hauteur »

Entre Tarbes-Ossun et Lourdes… l’Abbé s’est raccroché … ouf

De même mais un peu plus loin…

Patience Mon Curé on va trouver la grotte et le Basilique…

Voilà … la grotte et la Basilique…

Petite montée au-dessus des nuages… pour prendre des photos…

Et pour faire un p’tit tonneau au retour… mais là ce n’était pas le Stampe…

Arrêt du tonneau à 90 degrés de l’axe…

Heureux comme tout mon curé mais c’est sa soutane qui m’a faite gâcher mon tonneau…

Bon ben faut quand même pas se gonfler les chevilles

MS317 F-BCNL de l’AJBS piloté ParJack Krine au Meeting de La Ferté Alais de 2010 ©Xavier Cotton

Plus tard dans la vie le F-BCNL deviendra un Morane-Saulnier 317….

Les belles roues à rayon remplacés avec des moches … des freins qui servent à rien…

… et une roulette de queue…

Avec en plus un moteur Américain qui tourne dans le mauvais sens…

Il ne faut pas oublier le Pèlerinage…

Nous étions rentrés à Lourdes à temps …

… pour les photos de groupe…

L’histoire de ce vol de Michel Léveillard avec l’abbé Marguery a été publié pour la première fois dans le livre de Michel Léveillard et Jean-Noël Violette “Cap’tain Mike ou les tribulations d’un pilote français mélomane en Amérique”