Tag : traversée de la manche

106 ans après Blériot

E-Fan F-WILE au Salon du Bourget ©Xavier Cotton
Vendredi 10 juillet, l’E-Fan, premier avion électrique créé par Airbus innovations, a effectué sans encombre la traversée  symbolique de la Manche entre Lydd (EGMD) et Calais-Marck (LFAC)  soit  106 ans après l’exploit de Louis Blériot.
Son pilote et concepteur, Didier Esteyne (57 ans) est parti à 10h17 (heure française) de Lydd pour atterrir 37 minutes plus tard sur l’aéroport de Calais-Marck.
Alors que j’ai travaillé pendant 4 ans à Calais-Marck comme contrôleur aérien, ce record a pour moi un retentissement particulier
PS : si vous avez des photos de l’arrivée de l’E-Fan à Calais-Marck, je pourrais les publier avec votre accord. Vous pouvez me contacter à passiondesavions@orange.fr

Blériot XI le Scarabée de Jacques de Lesseps

Blériot XI "Le Scarabée" de Jacques de Lesseps ©Jacques Hémet

Blériot XI “Le Scarabée” de Jacques de Lesseps ©Jacques Hémet

Sur cette photo aimablement prêtée par Jacques Hémet, on peut voir un Blériot XI avec, inscrit sur la dérive, “Le Scarabée”. Grâce à cette inscription, on peut identifier facilement l’avion de Jacques de Lesseps né à Paris, le 5 juillet 1883 et fils de Ferdinand de Lesseps, auquel on doit le percement du canal de Suez.
Suite à la traversée de la Manche par Louis Blériot le 25 juillet 1909, Jacques de Lesseps s’inscrit en septembre 1909 à l’école de pilotage Blériot, installée sur le champ de manoeuvres d’Issy-les-Moulineaux et devint le premier pilote à voler et à atterrir de nuit au mois de décembre de la même année. Il obtient le brevet de pilote N° 27 dès le 6 janvier 1910.
Le 21 mai 1910, moins d’un an après son illustre prédécesseur, Jacques de Lesseps décolle depuis la Ferme des Baraques, près de Calais,  à bord de son Blériot XI et après un vol régulier de 42 minutes, se pose sans encombre à Douvres. Il gagne le prix Ruinart de 12.500 francs attaché à cet exploit. Blériot, qu’en à lui, n’avait pas complètement rempli les conditions du concours pour enlever ce prix.
Durant l’été 1910, une rencontre d’aviation appelée « La Grande Semaine d’Aviation de Montréal » s’est tenue près de, ce qui est aujourd’hui, Pointe-Claire au Québec. Jacques de Lesseps, qui était en tournée nord américaine,  fut le premier pilote à survoler Montréal (2 juillet 1910), puis Toronto (13 juillet).
Pendant la Première Guerre mondiale, Jacques de Lesseps servit dans l’aviation et effectua 95 missions de bombardement. Ses exploits lui valurent de recevoir la croix de guerre avec sept citations et d’être fait chevalier de la Légion d’honneur.
Essai moteur du Blériot XI " Le Scarabée" de Jacques de Lesseps ©Jacques Hémet

Essai moteur du Blériot XI ” Le Scarabée” de Jacques de Lesseps ©Jacques Hémet

Après la guerre, Jacques de Lesseps travailla pour la Compagnie Aérienne Française et se spécialisa dans la photographie aérienne. En 1926, le gouvernement du Québec demanda à la CAF de réaliser la reconnaissance aérienne de la péninsule gaspésienne. Jacques de Lesseps s’établit à Montréal et prit la direction d’exploitation de la nouvelle Compagnie aérienne franco-canadienne. De 1926 à 1927, il photographia plus de 80.000 km2 du territoire de la Gaspésie, qu’il fut le premier à survoler.

Le 18 octobre 1927, alors qu’un épais brouillard couvrait le fleuve, Jacques de Lesseps disparut en vol au-dessus du Saint-Laurent. Il était accompagné de son fils et de son mécanicien Theodor Chichenko. Son corps, retrouvé quelques jours plus tard sur les côtes de Terre-Neuve, a été inhumé à Gaspé, où une stèle commémorative fut érigée en 1935.

Cent ans après, un pilote luxembourgeois, Pascal Kremer s’est envolé le 21 mai 2010 à 11h15 de l’aérodrome de Marck-en-Calaisis à bord d’une réplique du Blériot XI : direction Douvres. À  noter que le pilotage d’une réplique actuelle de Blériot XI n’a plus rien à voir avec celui de son ancêtre ; l’ossature de l’avion est faite en aluminium et non plus en bois et le moteur de 25 CV a laissé la place à un moteur de 110 CV.

Les membres du Centre Canadien du Patrimoine Aéronautique (CCPA) ont construit une réplique “grandeur nature” du Blériot XI à partir de plans originaux, dont le premier vol a eu lieu en août 2014

Fresque située sur le bâtiment des travaux public de Pointe-Claire situé dans le parc de Terra-Cotta en l’honneur du 1er vol au dessus du Québec par Jacques de Lesseps  sur Blériot XI ©Régis Biaux

Source des informations :

Jacques Hémet
Régis Biaux
Jacques de Lesseps : la noblesse du vol, une épopée aérienne franco-canadienne par Emile Periot
Wikipédia : Jacques de Lesseps
Aviatechno : Jacques de Lesseps

Marianne Maire traverse la Manche en vol dos

Traversée de la Manche sur le dos par Marianne Maire-Shaw en 1985 photos (collection privée Marianne Maire-Shaw)

 

 

Il y a maintenant 25 ans,  Marianne Maire a traversé la Manche en vol dos entre Calais (LFAC) et Lydd (EGMD), c’était le 25 juillet 1985, date anniversaire de la 1ere traversée de la Manche en avion par Louis Blériot. Marianne, sponsorisée par TEFAL,  effectua ce vol sur l’ASA200 F-WYGN, et comme on peut le voir sur la photo ci dessus passa en vol dos dès la cote française pour ne se redresser qu’au passage de la cote anglaise. Deux avions accompagnaient ce vol, l’un dans lequel se trouvait le médecin qui s’assurait que Marianne se portait bien pendant ce vol grâce à une liaison radio permanente et l’autre le DR400  F-BXSS de l’aéroclub de Calais que je pilotais emmenant des amis de Marianne.  Jeune pilote alors âgé de 25 ans j’étais fier et impressionné de rencontrer Marianne Maire déjà plusieurs fois championne de France de voltige (elle le sera 7 fois au total) alors quelle rentrait tout juste des championnats du monde voltige en Tchécoslovaquie où elle venait de monter sur la troisième marche du podium (17 médailles en compétions européennes et mondiales). C’est avec un plaisir intense que j’ai accompagné ce vol jusqu’à Lydd, ayant l’impression de participer par procuration à un exploit aéronautique.
Marianne Maire-Shaw a découvert sa passion pour l’aviation en gagnant un baptême de l’air en 1966 lors d’une compétition de ski, elle obtient son brevet de pilote privé en 1968 puis découvre la voltige en 1970 et, en 1975, obtient son 2ème cycle et devient instructrice au SFA de Challes-les-Eaux (voir son parcours complet sur http://www.aeroclub-savoie.com/club-pilotage/carrieres,1263.php). Aujourd’hui avec  plus de 5000h de vol, Marianne  continue d’assumer sa passion pour le vol et la voltige en particulier, en compagnie de son mari Adam Shaw (+ 4800h de vol) à travers la création de la patrouille CAPTENS (http://www.captens.fr) composée de deux CAP 10  (conçus par Auguste Mudry)  effectuant de la voltige en patrouille lors des meeting. les prochaines présentations à venir sont : Figeac le 4 septembre,  Roannes le 5 septembre, Dijon le 26 septembre, Gimont les 2 et 3 octobre, et Lésignan les 9 et 10 octobre (à confirmer).

Le Blériot XI de la traversée de la Manche au Musée des Arts et Métiers

Blériot XI traversée de la Manche exposé au Musée des Arts et Métiers ©Xavier Cotton

Cet avion est “Le Blériot XI” avec lequel Louis Blériot à réussi la traversée de la manche le 25 juillet 1909. Après cet exploit, le Blériot XI de la traversée est transporté de Douvres à Londres où il reste exposé plusieurs jours dans le grand magasin “Selfridges” d’Oxford Street. L’appareil est ensuite rapporté en France et après avoir été exposé pendant plusieurs jours devant le siège du journal “Le Matin”, boulevard Poissonnière, Il est acheté par le  journal et offert à l’État pour être exposé au Musée de Arts et Métiers. Entré dans ce lieux le 13 octobre 1909,voici un siècle qu’il y est toujours conservé .
L’exposition sur le thème traversée de la Manche  qui se situe au Musée des Arts et Métiers est prolongée exceptionnellement jusqu’au 1er novembre 2010, voir le programme sur le site du Musée des Arts et Métiers : L’avion de l’exploit. 1909, Louis Blériot Traverse la Manche

Edmond Salis traverse la Manche en Blériot XI

(photo collection privée Michel Guerbadot)

Samedi 25 juillet 2009, Edmond Salis a décollé peu après neuf heures du matin pour traverser la Manche en 45 minutes à bord d’un monoplan Blériot XI, rééditant ainsi l’exploit de Louis Blériot un siècle après, jour pour jour. «L’exploit, c’est Blériot qui l’a fait», a-t-il déclaré à son arrivée en Grande-Bretagne devant le petit fils de Blériot également prénommé Louis et plusieurs centaines de personnes venus le voir atterrir.
Le 25 juillet 1909, Louis Blériot effectue la première traversée de la Manche en parcourant les 43 km en 37 minutes à la vitesse moyenne de 65 km/h, à bord du Blériot XI. L’avion est maintenant la propriété du Musée des Arts et Métiers , il lui a été donné par le journal Le Matin (France) qui l’avait racheté à Louis Blériot. L’appareil équipé d’un moteur trois cylindres de 25 cv produit par Alessandro Anzani qui ressemble à celui ci .
Le Blériot XI (F-AZBA) sur la photo ci-dessus est un avion original restauré par Jean-Baptiste Salis en 1955. C’est le dernier avion Blériot de ce type construit en 1921 par les ouvriers des ateliers Blériot à leur frais pour être offert à Louis Blériot. Il est équipé d’un moteur Potez 3 Cylindres de 60 CV. Depuis 1921, seul l’entoilage a été refait. Cet avion est le plus ancien avion de la collection Salis il appartient à l’association les Casques de Cuir, Il est présenté en vol lors du meeting de Cerny la Ferté-Alais organisé par l’Amicale Jean-Baptiste Salis tout les ans lors du week-end de la pentecôte.
Il a traversé la Manche avec Jean-Baptiste Salis en 1955 pour la commémoration de l’entente cordiale, en 1959 à l’occasion du cinquantenaire de la traversée, avec Jean Salis (le fils) en 1976, pour le tournage de L’Histoire de l’aviation, de Daniel Costelle, en 1989 avec Jean Claude Caillou et en juillet 2009 Edmond Salis (le petit fils) à perpétué cette tradition familiale.

Moteur Anzani type” traversée de la Manche”

(photo collection privée Xavier Cotton)

C’est bientôt le centenaire de la traversée de la Manche par Louis Blériot (25 juillet 1909), à cette occasion je voulais vous présenter le moteur qui lui permit de réussir son exploit. Bien qu’utilisant habituellement des moteurs plus puissants, c’est ce moteur qu’il choisit pour équiper son Blériot XI, car il était le seul à l’époque “à tenir l’heure à plein régime” : un moteur Anzani radial 4 temps de 1908 à 3 cylindres en “éventail”, de 3,35 litres de cylindrée à refroidissement par air développant 25 Cv à 1400Tr/mn, le tout pour 70 Kg. Celui qui est exposé au Musée Régional de l’air d’Angers a été retrouvé, il y a quelques années dans une grange par les membre du GPPA (Groupement pour préservation du patrimoine aéronautique) et remis en état par Jacques Boisnard auteur de cette monographie “Le moteur Anzani et la traversée de la Manche
Conçu à l’origine pour équiper les motos d’entrainement pour les records de cyclisme sur piste il était simple et rustique et sa robustesse était légendaire.

Le secret de sa fiabilité résidait dans la qualité des matériaux utilisés (fonte et alliage), du jeu, de la quantité l’huile, et des trous dans les cylindres.
Je vous recommande aussi cet article (PDF 2,05Mo) de Gérard Hartman, si vous en savoir plus sur les moteurs d’Alessandro Anzani.


Fusionman va tenter de traverser de la Manche

Initialement prévu le mercredi 24 septembre, Yves Rossy, surnommé “Fusionman“, tentera la traversée de la Manche vendredi 26 septembre à 14h00 heure française en fonction des conditions météorologiques. Ce sera une 1ere mondiale dans l’histoire de l’aviation, puisqu’il ne sera pas à bord d’un avion.
Il sera doté d’une aile en carbone (envergure de 2,5m pour 55 kg) de sa fabrication, équipée de 4 réacteurs. lui permettant de voler à plus de 200km/h. Son seul moyen d’orientation est son corps, tel un oiseau.
Yves Rossy est à l’origine un pilote de chasse et pilote de ligne, passionné par les exploits de ses prédécesseurs tel Louis Blériot qui fut le 1er à traverser la Manche.
Notons que le 20 août, son vol test fut une réussite totale. l’homme-Oiseau a volé en ligne droite jusqu’à Villeneuve puis a fait demi tour vers l’aérodrome de Bex, dans la canton de Vaud, ou il s’est posé sans problème grâce à son parachute.
La tentative sera retransmise en direct et en exclusivité dans l’émission “Jet man live” par National Geographique Channel dans 165 pays ainsi que sur le site http://www.natgeo.com. Les chaînes nationales TSR (suisse) et France 3 retransmettront également l’événement en direct.
pour plus d’information allez voir le site d’Yves Rossi : http://www.fusionman.ch

This site is protected by wp-copyrightpro.com