Tag : Philatélie

HÉLICE ÉCLAIR 100 ans

1116025-rf-tp-heliceeclairpub

Le 14 octobre 2016, La Poste émet un timbre commémorant les 100 ans de l’hélice Éclair, à l’origine de l’aventure humaine, technologique et passionnante du groupe Dassault Aviation.

L’auteur, Stéphan AGOSTO est dessinateur et scénariste de bandes dessinées. Il a initié depuis 2010 une série « Forces Aériennes Françaises Libres » consacrée aux aventures d’un pilote d’avion. Il a tout naturellement réalisé ce timbre commémoratif qui devait allier histoire et modernité.

Le timbre représente l’hélice Éclair en bois au premier plan et en couleur. L’avion, un Spad VII, est évoqué au crayon noir pour valoriser l’hélice mythique dont on fête les 100 ans. Les chiffres du centenaire et les avions Rafale, Falcon et nEUROn de Dassault Aviation, symbolisant le présent et le futur de l’entreprise, laissent leurs silhouettes et leurs traces en bleu métallisé.

Un peu d’histoire

Après avoir coordonné la fabrication du Caudron G.3, Marcel Bloch (futur Marcel Dassault) est affecté aux essais en vol des avions Farman à Buc : « Mon rôle consistait à voler avec les pilotes et à établir ensuite un rapport sur les performances et les qualités de vol de chaque appareil. »
Ayant constaté le médiocre rendement des hélices, il entreprend de les améliorer. Pour en construire une, qu’il étudie et dessine, le jeune ingénieur pense à son ami Marcel Minckès, dont le père est fabricant de meubles au faubourg Saint-Antoine. Ce dernier accepte le projet et Marcel Bloch surveille personnellement la fabrication.
L’hélice est essayée à Buc par un des pilotes de Blériot, puis est présentée au centre d’essais du Service technique à Villacoublay : « Cette hélice fut reconnue la meilleure et le fabricant de meubles qui l’avait construite sous ma direction [Hirch Minckès] reçut une première commande de cinquante hélices. Il fallait donner un nom à notre hélice, ce fut l’hélice « Éclair ».
Elle équipe de nombreux appareils français et en particulier le Spad VII de Georges Guynemer. L’hélice Éclair, première production en série de Marcel Dassault, a connu son heure de gloire dans la défense du ciel de Verdun il y a 100 ans, en 1916. C’est le point de départ d’une aventure aéronautique constamment tournée vers le futur.
Source Dassault Aviation

Les infos techniques

Auteur : Stéphan AGOSTO                     Mise en page : Bruno Ghiringhelli
Impression : héliogravure
Format du timbre : 40,85 mm x 30 mm    Valeur faciale : 0,70 €
Tirage : 1 000 020 exemplaires
Mentions obligatoires : création de Stéphan AGOSTO, mise en page de Bruno Ghiringhelli ©Dassault Aviation, S. Randé

Les infos pratiques

Le timbre sera vendu en avant-première le 13 octobre 2016 à PARIS, au Carré d’Encre, de 10 h à 18 h, 13 bis rue des Mathurins, 75009 Paris.
A partir du 14 octobre 2016, il sera vendu dans certains bureaux de poste, sur le site Internet www.laposte.fr/boutique, au Carré d’Encre, par abonnement ou par correspondance à Phil@poste Service Clients Z.I Avenue Benoît Frachon, BP 10106 Boulazac, 24051 PERIGUEUX CEDEX 09.


Emission d’un timbre en l’honneur de Caroline Aigle

Caroline Aigle 1ere pilote de chasse française, création de P-A Cousin, gravure de P.Albuisson d’après
photos Chris Lofting (Mirage) et SIRPA Air (portrait)
Le 7 avril 2014, La Poste émet un timbre de la série Poste aérienne consacré à Caroline Aigle, 1ere pilote de chasse française.

Le vol brisé…

Caroline Aigle aurait eu 40 ans cette année. Fille de médecin militaire elle a poursuivi ses études dans des lycées militaires avant d’intégrer la prestigieuse école Polytechnique.
En 1997 elle décide de servir dans l’armée de l’air et intègre l’école de l’air de Salon-de-Provence.
En 1999 elle est la première française brevetée pilote de chasse dans l’armée de l’air. Elle fait ainsi tomber au prix de rudes efforts un solide bastion masculin. Elle est promue commandant d’escadrille à 32 ans. Caroline Aigle était également une sportive accomplie, cette passionnée des choses de l’air, énergique et volontaire était sur le point de devenir astronaute.
Sa mort à 33 ans des suites d’un cancer foudroyant a soulevé une vive émotion.
Son portrait illustre le timbre qui lui est dédié, en fond un mirage 2000-5 sur lequel elle a volé.

Mini-feuille Caroline Aigle – Poste aérienne

Cette mini-feuille retrace la carrière de Caroline Aigle.
En haut le mirage 2000-5 sur lequel elle a volé, et un moineau allusion à son surnom.
A gauche les insignes des écoles, bataillons, escadrons qui ont jalonné sa carrière.
 
Les infos techniques …

Le timbre
Auteur : Pierre-André Cousin
Graveur : Pierre Albuisson
Impression : mixte offset/taille-douce
Format du timbre : 52 mm x 31 mm
Valeur faciale du timbre : 3.55 €
Tirage : 1,2 million d’exemplaires
Mentions obligatoires : création de P-A Cousin, gravure de P.Albuisson d’après photos Chris Lofting(Mirage) et SIRPA Air (portrait)

La mini-feuille
Auteur : Pierre-André Cousin
Impression : mixte offset/taille-douce
Format : 130 mm x 185 mm ; Prix de vente : 35,50 €
Tirage : 35 000 exemplaires

Les infos pratiques…
Le timbre et la mini-feuille seront vendus en avant-première à :

▪ MONTAUBAN (82)

Le 5 avril 2014 de 9 h à 13 h et de 14 h à 17 h et le 6 avril 2014 de 10 h à 17 h, site du village sportif de la ville de Montauban, ligne d’arrivée, espace de la Base de Défense de Montauban Agen Castelsarrasin, allée de l’Empereur, 82000 Montauban.
PARIS (75)

Le 5 avril 2014 au Carré d’Encre, de 10 h à 18 h, 13 bis rue des
Mathurins, 75009 Paris.
Dédicaces de l’artiste Pierre-André Cousin au Carré d’Encre le 5 avril de 10h30 à 12h et de 14h à 16h

Il sera vendu dans certains bureaux de poste à partir du 7 avril 2014, par correspondance à Phil@poste service clients, sur le site Internet www.laposte.fr/timbres et au Carré d’Encre.
Service clients : Z.I Avenue Benoît Frachon, BP 10106 Boulazac, 24051 Périgueux Cedex 09.

Quinzaine Aéronautique Internationale de 1948 : vignettes aéronautiques

(photo collection privée Jean-Claude Baehr)

Un ami collectionneur de vignettes aéronautiques m’a fait part de sa recherche de renseignements concernant cette vignette édité par la Fédération Nationale Aéronautique en 1948 et dont le graphisme est du à L. Mathys. Nous sommes donc allés à la pêche aux informations concernant cette Quinzaine Aéronautique Internationale de 1948.
Grâce à de nombreux échanges entre passionnés de  l’aviation, aux forums tel que celui Aéroforum Histoire de l’Aviation et aux archives du Service Technique de l’Aviation Civile (STAC) nous avons pu retrouver des copies de certains articles parus dans la revue « Ciel de France » référant à la Quinzaine Aéronautique Internationale de 1948. La revue « Ciel de France », (N°1 à 29), fut éditée par la « Fédération Nationale Aéronautique » entre 1946 et août 1948.
Ciel de France n°29 d’août 1948 nous raconte le déroulement de la Quinzaine Aéronautique Internationale qui eut lieu du 8 au 23 août 1948. J’écrirai prochainement un article concernant la cérémonie de clôture de cette manifestation. 
Plusieurs articles de Ciel de France font référence aux vignettes qui furent éditées pour aider à financer l’organisation et faire connaître  la « Quinzaine Aéronautique Internationale ». Elles furent distribués dans les aéroclubs adhérant à la fédération pour qu’ils en assurent la diffusion.
Les petites vignettes de couleur bleue (signalées comme timbres) étaient destinées à être vendues  dans toutes manifestations, ateliers, bureaux au prix de 20 anciens francs pièce et les vignettes (grand format) à 200 anciens francs  étaient destinées à être collées dans les lieux publics : cafés, restaurants, épiciers, boulangers….. La vente de ces vignettes laissait une ristourne de 20% aux aéroclubs.

Si vous avez des informations sur la Quinzaine Aéronautique Internationale de 1948, n’hésitez pas à m’écrire, je transmettrai : passiondesavions@orange.fr. Vous pouvez aussi participez aux échanges sur le sujet publié sur Aéroforum à l’adresse suivante : http://www.aerostories.org/~aeroforums/forumhist/aff.php?nummsg=38228 .


Sources des informations :
Ciel de France n°20 de novembre 1947 :« Notre quinzaine Internationale 1948 » par Abel LAGAISSE
Ciel de France n°22 de Décembre 1947 :« Notre quinzaine » par L. MATHYS
Ciel de France n°23 de février 1948 : « Réflexions autour de la Quinzaine » par E. MATHYS
Ciel de France n°26 de mai 1948 : « Travaillons pour la quinzaine », par Abel LAGAISSE
Ciel de France n°29 de août 1948: « Quinzaine aéronautique »


Sortie anticipé du bloc de timbres : les pionniers de l’aviation

Bouy, commune marnaise où est né Henri Guillaumet, a  été choisie pour la sortie anticipée du bloc de timbres : les pionniers de l’aviation, sur lesquel figure Hubert Latham, Élise Deroche, les frères Wright, Henri Farman, Jules Védrines et Léon Delagrange.
L’association philatélique champenoise, la commune de Bouy, La Poste et l’association les Amis de Henri Guillaumet se sont associés pour offrir aux philatélistes et aux passionnés d’aéronautique tout un week-end d’animations.
Des expositions seront également présentées du vendredi 15 au dimanche 17 octobre, dans la salle des fêtes et au musée Henri Guillaumet . Un  bureau de poste temporaire sera ouvert dans la salle des fêtes vendredi 15 et samedi 16 octobre de 10 à 12 heures et de 14 à 18 heures. On pourra s’y procurer, outre le bloc de timbre, des enveloppes Prêt-à-Poster spécialement imprimées pour la circonstance ainsi que des timbres, souvenirs, immortalisés par un tampon à date, réalisé par Roland Irolla. 

L’HISTOIRE DES CENT PREMIERS PIONNIERS DE L’AVIATION FRANÇAISE

Cinquante ans de recherches acharnées auront été nécessaires à Yves Saint-Yves pour rassembler toute la documentation souhaitée pour la publication de « L’HISTOIRE DES CENT PREMIERS PIONNIERS DE L’AVIATION FRANÇAISE ». Jean Lasserre fondateur d’ICARE s’y était était déjà attelé avec réussite, mais Yves Saint-Yves réussit ici un tour de force ; nous présenter les biographies de ces pilotes entrés dans l’histoire en les illustrant d’une carte postale portant leur autographe. Aborder les cent premiers brevets de l’aviation française, ainsi que l’histoire qui les précède sous l’angle de l’aérophilatélie fait l’originalité de ce livre et la préface de Bertrand Sinais, référence incontournable de l’académie de philatélie est un gage supplémentaire de qualité .

Édité à compte d’auteur, ce livre en couleur sur papier glacé en fait ce qu’il est convenu d’appeler un « beau livre ».
De plus, un préambule de quelques pages sur l’aérostation au XIXe siècle rappelle que le triste siège de Paris en 1870 marque également le véritable début de l’envoi du courrier par la voie des airs, tandis que quelques pages sur Clément Ader rendent hommage aux efforts de l’un des pères de l’aviation… qui ne fut cependant jamais breveté.

Autre intérêt de ce livre qui comporte bien sûr la liste « chronologique » des 100 premiers brevets décernés par l’Aéro-Club de France, qui sont en fait 101 en raison de numéros 5bis et 10bis et l’absence bien compréhensible d’un numéro 13, la présence d’une alternative alphabétique bien utile aux recherches et une première pour ce type d’ouvrage : la liste des 100 premiers militaires brevetés.
Yves Saint-Yves sera présent pour la vente de son livre les 15 et 16 octobre au bureau de poste « le carré d’encre », 13 bis rue des mathurins paris 9éme, à l’occasion de la vente anticipé du bloc de timbres « Les pionniers de l’Aviation ». Il sera ensuite de nouveau présent à la boutique du Musée de l’Air et de l’Espace , les 23 et 24  octobre et les 25 et 28 novembre.

120 pages, 22 x 28 cm, couverture souple dos carré
340 photographies et reproductions
Préface de Bertrand Sinais, de l’Académie de philatélie

On peut commander le livre auprès de l’auteur en précisant éventuellement les éléments souhaités pour une dédicace au prix de 32€ + 3,50€ de frais de port.
1 avenue Foch 95220 Herblay
yves-saintyves@orange.fr


Tentative de 1er vol sans escale France Amérique du Sud par Codos et Rossi

Le 16 février 1935 Paul Codos et Maurice Rossi décollent à Bord du »Joseph Le Brix » pour tenter un vol sans escale entre la France et l’Amérique du Sud (Paris Santiago du Chili). L’avion « Joseph Le Brix » (F-ALCC) est un Blériot 110 (moteur Hispano-Suiza de 600 CV) ainsi nommé en souvenir d’un pilote mort dans un accident survenu au dessus des monts Oural au cours d’un raid Paris-Tokyo en 1931.

Malheureusement le vol sera interrompu le 17 février 1935 après 5430km parcouru par la casse d’un pompe à huile. Codos fait demi tour à 8h37 GMT au milieu de l’Atlantique Sud (7°40 de latitude nord 26°37 de longitude ouest) et pose l’avion avec le courrier sur le terrain de Port Praia (iles du cap-Vert) à 13h30 GMT.
« Philosophe », Codos déclare « Il ne faut jamais abandonner sur une impression mais seulement devant l’évidence de l’impossible »
Air France avait préparé plusieurs centaines de cartes postales illustrées mentionnant « 1er vol postal sans escale France-Amérique du Sud » ; elles portent toutes une  griffe rectangulaire mentionnant le raid interrompu. Il existe également quelques rares cartes postales représentant l’avion avec les pilotes en médaillon.
 
Sources des informations :
Revue ICARE  n°179 4eme trimestre 2001 : la poste aérienne française tome III