Catégorie : Non classé

Latécoère Cent ans de technologies aéronautiques

Cet ouvrage revient sur l’histoire de Latécoère, une histoire aux origines de l’aéronautique toulousaine. C’est en 1917 que Latécoère construit ses premiers avions, les Salmson, dans son usine de Montaudran. Depuis, la société participe à tous les grands défis aéronautiques : les lignes Latécoère qui engendreront l’Aéropostale de Mermoz et Saint-Exupéry, les premières traversées de l’Atlantique Sud, la construction d’hydravions géants, l’élaboration des premiers missiles français, l’électronique embarquée et les matériaux composites. Aujourd’hui, ce sous-traitant de premier rang travaille aussi bien pour Airbus que pour Boeing ou Dassault, employant plus de 4 300 personnes à travers le monde (Allemagne, Brésil, Maroc, Mexique, République Tchèque, Tunisie…), dont le tiers en France.

Pour raconter cette histoire, marquée par un goût de l’aventure et du défi technique, Jean-Marc Olivier en décrit les étapes successives. Dans un premier chapitre, il évoque l’entreprise familiale de 1917 à 1945. Du portrait de Pierre-Georges Latécoère aux premiers hydravions, il raconte les années glorieuses de la société. Il consacre le deuxième chapitre aux années 1945-1985, des années plus difficiles durant lesquelles Latécoère multiplie les expériences mais qui se clôturent par la fin de l’entreprise familiale. Le dernier chapitre (1985-2017) rappelle les années Junca, l’ascension de l’activité « systèmes d’interconnexion », les incertitudes face à la crise de l’aéronautique… jusqu’à nos jours marqués par de nouvelles ambitions avec une entreprise qui s’est internationalisée, structurée pour répondre aux enjeux de demain.

Aujourd’hui le groupe dirigé par une femme, Yannick Assouad, souhaite retrouver l’esprit Latécoère en promouvant trois valeurs historiques essentielles : l’audace, l’excellence et l’engagement.

 

Editions Privat : https://www.editions-privat.com/

Collection : Aviation
168 pages –24X30-Relié

32 € TTC
ISBN : 978-2-7089-9276-4

 


Le bonheur de huit enfants handicapés en apesanteur

Le bonheur de huit enfants handicapés en apesanteur
Un film émouvant de 3 minutes saisit l’essentiel à bord de
l’avion d’Air Zero G

Il suffit de voir les regards lumineux d’Amita, de Francesco, de Josh ou d’Éléonore, quelques-uns des petits astronautes d’un jour, pour ressentir l’intense bonheur qui a été le leur à chaque nouvelle parabole.

Le 24 août dernier, ces enfants atteints de handicap sont venus d’Allemagne, de Belgique, d’Italie, d’Angleterre et de France pour embarquer à bord de l’Airbus A310 Zero-G de Novespace, filiale du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES). Les enfants étaient invités par les organisateurs de l’opération « Rêves de Gosse »,par l’Agence Spatiale Européenne (ESA) et par Novespace. Ils étaient accompagnés par six astronautes européens et de deux adultes handicapés eux aussi.

Voler, rêve de tout être humain, prend ici une dimension incroyable où l’émotion se confond avec le plaisir. Pas besoin de mots compliqués pour décrire cette joie délicieuse, celle vécue par ces huit enfants « extraordinaires» qui ont communiqué leur enthousiasme aux adultes qui les ont accompagnés ce matin-là, astronautes de l’ESA ou instructeurs des vols Air Zero G.

Les réalisateurs d’Airborne Films ont saisi chaque instant avec leur regard sensible. Pas de mise en scène ou d’effets spectaculaires. C’est simple et étonnant. Étonnamment simple : le rêve est devenu réalité.

Les enfants : Eléonore, Belgique – Alexander, Allemagne – Paula, Allemagne -Nadège, France – Josh, Royaume-Uni – Logan, Belgique – Amita, France -Francesco, Italie
Les adultes : Philippe Carette, France – Samuel Koch, Allemagne
Les astronautes : Maurizio Cheli – Frank De Winne – Claudie Haigneré –Jean-François Clervoy – Timothy Peake – Thomas Reiter

Avec la participation de :

Novespace : http://www.novespace.fr/

ESA : http://www.esa.int/ESA

Air Zero G : https://fr-fr.facebook.com/airzerog/

Airborne Films : https://fr-fr.facebook.com/airbornefilmsofficial/ et http://www.airbornefilms.com/

Rêves de gosse :  http://revesdegosse.fr/


L’UNIVERS DE LUCIO PERINOTTO : LE TARMAC ET LES NUAGES.

« Deux-Ponts et DC3 au Bourget » ©Lucio Perinotto

LUCIO PERINOTTO 
Exposition de peintures
« TARMAC ET NUAGES »
 
Du 12 octobre au 31 octobre 2017
à la Galerie Vitesse 
(du mardi au samedi de 14h00 à 19h00)

 

L’UNIVERS DE LUCIO PERINOTTO : LE TARMAC ET LES NUAGES.

Parce que lui seul sait jouer de ses pinceaux a rendre les reflets sur les carlingues et les pistes. parce qu’il maitrise parfaitement l’agitation ordonnée des hommes autour des machines qui viennent d’atterrir ou s’apprêtent a décoller. parce que vibrent, sous nos yeux, les constellation, super G, deux-ponts, DC3, DC4 et Stratocruiser, les ciels nuageux, orageux parfois, somptueux toujours, noient notre regard. La vingtaine de toiles présentées évoquent ainsi les débuts de l’aviation commerciale des années cinquante, période mythique.

 Sur le site de Lucio Perinotto http://www.lucioperinotto.com voici ce qui est écrit concernant sa biographie,
« La passion de Perinotto et son talent véritable ont été reconnus en 1992, quand il a été invité  à rejoindre le groupe des peintres de l’air. Ses peintures à l’huile noires et blanches lui ont rapidement forgé une grande réputation. À de multiples occasions, il fut invité par la Guilde des Artistes de l’Aviation. Aujourd’hui, il est sans aucun doute l’artiste d’aviation français le plus doué.

  Avec un style simple et efficace, combiné avec un traitement incroyable de lumière, son travail a une vitalité exceptionnelle. Lucio Perinotto aime aussi jouer avec des ombres et des couleurs ; ses peintures de couleur montrent une variation particulière vers des bleus profonds.

 Lucio Perinotto est passionné d’avions de ligne à hélices et d’avions de chasse de la seconde guerre mondiale. Avec ses avions, vous entendez le bruit des moteurs, vous estimez que le stress d’un pilote s’est engagé dans un combat aérien, vous partagez le frisson de croisière au-dessus de l’océan Atlantique du Nord sur un Constellation.
Le style de Lucio Perinotto est unique : dans chacune de ses peintures, un avion légendaire, vu sous un angle particulier vous fait ressentir l’action, vous en êtes le héros. Lucio Perinotto aime les détails subtils, mais authentiques qui donnent un sens  formidable des réalités à ses peintures et une certaine nostalgie.
Lucio Perinotto nous mène loin au-dessus des nuages, et lorsque l’on atterrit, c’est pour se retrouver dans l’aérogare d’un monde précurseur.
Pour cette nouvelle exposition à la Galerie Vitesse, il a particulièrement étudié les reflets sur les carlingues des somptueuses machines. Ainsi découvre-t-on plusieurs gros plans de Constellation, Stratocruiser, Breguet 2 Ponts, Super G Air France…. La vingtaine de toiles présentées évoquent ainsi les débuts de l’aviation commerciale des années cinquante, période mythique.
Parce qu’il maitrise parfaitement l’agitation ordonnée des hommes autour des machines qui viennent d’atterrir ou s’apprêtent a décoller, le jeu de la lumière sur les carlingues, la remarquable composition des œuvres, une maîtrise irréprochable des volumes, voici un ensemble de caractères qui absorbe la réalité pour en extraire l’ultime poésie.

Galerie Vitesse
48 rue de Berri
75008 Paris
Tel : +  33 (0) 1 42 25 48 13
galerievitesse@gmail.com
www.galerievitesse.com
www.lucioperinotto.com

 


THOMAS PESQUET – L’ENVOYÉ SPATIAL (DVD et Blu-ray)

 

Sortie du film documentaire
THOMAS PESQUET – L’ENVOYÉ SPATIAL

en DVD et Blu-ray
Le 5 septembre 2017
Un film de Jürgen Hansen et Pierre-Emmanuel Le Goff

Paris, le 28 août 2017 – Après leur premier documentaire* sur la préparation de Thomas Pesquet, les deux réalisateurs Jürgen Hansen et Pierre-Emmanuel Le Goff (La 25ème Heure Production), annoncent la sortie de leur nouveau film en DVD et Blu-ray : « Thomas Pesquet – L’envoyé spatial ». Un documentaire retraçant, au jour le jour, les six mois de mission de l’astronaute français à bord de la Station Spatiale Internationale, depuis les derniers préparatifs avant le décollage jusqu’à son retour sur terre. Des images à couper le souffle, réalisées en grande partie dans l’espace.

Après sept années d’entrainement intensif, Thomas Pesquet est le dixième Français à quitter la terre en décollant le 17 novembre 2016 depuis Baïkonour, au Kazakhstan à bord de Soyouz MS-03 pour rejoindre la Station Spatiale Internationale, qu’il occupera jusqu’au 2 juin 2017.

Durant cette mission de 196 jours, en compagnie de cinq autres astronautes internationaux, Thomas Pesquet a réalisé de nombreuses images en haute définition de la terre, vue de l’espace. Il a également filmé son quotidien pour livrer des images inédites à bord de la station : ses déplacements en apesanteur, son espace personnel où « il dort debout », et sa sortie extravéhiculaire dans le vide spatial, le moment le plus dangereux et le plus extraordinaire de sa mission.

Des images exceptionnelles à partir desquelles les deux réalisateurs ont construit un documentaire passionnant en forme de journal de bord. L’astronaute français y dévoile des informations inédites sur ses différentes missions et les dizaines d’expériences scientifiques qu’il a menées avec l’Agence Spatiale Européenne et la NASA. Il confie également à la caméra ses sentiments les plus personnels sur cette épopée hors-norme, celle des premiers hommes à vivre dans l’espace.

Le film est disponible en DVD et Blu-ray dans les magasins : Fnac, Cultura, Maisons de la presse, Nature & Découverte et sur Fnac.com, Amazon.com,…et sur la eboutique www.25hprod.com

Prix de vente conseillé DVD : 19,95 € ttc ; Blu-ray : 24,95 € ttc

« Thomas Pesquet – L’Etoffe d’un héros » est le précédent documentaire produit par « La 25ème Heure Production », également disponible en DVD, Blu-ray et VOD.

Plus d’infos sur :
http://www.25hprod.com/tp-es


Concours d’avions légers 1928 3eme journée (partie N°4)

Klemm KL25D D-1357 piloté par Robert Lusser © Jaques Hémet

En 1928 l’Association Française Aéronautique  organisa le Concours d’avions légers. Celui ci s’est déroulé du dimanche 9 septembre 1928 au départ d’Orly  pour finir le vendredi 21 septembre au Bourget.

Voici le récit de la deuxième journée, donnant suite aux précédents  articles :

La troisième journée  plus active encore que les deux précédentes.

Les concurrents ont terminé les derniers essais qui leur restaient à faire pour l’attribution de certains points de qualité. Tous ont tenté leurs épreuves de montée et de décollage. En raison de la forte charge emportée par la plupart des concurrents, ces épreuves étaient dures, très dures même et c’est un beau succès à l’actif des petits avions que d’avoir pu faire ce qu’ils ont fait.

Quatre appareils ont été éliminés en fin de journée. Le premier, Neville Stack, ayant constaté des fuites importantes dans son réservoir d’essence, le démonta pour le faire réparer et, en attendant, accomplit ses épreuves avec un réservoir, emprunté à l’appareil de Lady Heath. L’interchangeabilité des pièces de l’Avro-Avian aurait pu être valorisé, mais le règlement interdisait le remplacement d’un réservoir. Les épreuves de Neville Stack furent annulées et  on lui imposa de les recommencer avec son réservoir d’origine.  Le réservoir, d’ailleurs mal réparé, arriva trop tard et le pilote anglais dut renoncer

Le second hors concours est le courageux Comper qui après avoir travaillé toute la nuit, avec la collaboration de M. Makee, le chef du Centre d’Entrainement d’Orly et de ses ouvriers à la réparation du C. A. L. 4, avait réussi l’épreuve de démontage et remontage. Mais jouant de malchance, au moment où Il allait décoller, il creva un pneu. Le soir, il repartit pour l’épreuve de décollage qu’il accomplit en même temps que celle de montée. Il grimpa correctement et disparut au loin. On devait attendre vainement son retour. Par suite d’une avarie a la canalisation d’huile, il dut atterrir aux environs d’Arpajon, sans mal d ailleurs. se retrouvant par conséquent hors concours.

les deux autres éliminations sont celles du Caudron N°4 qui n’a pas réussi son épreuve de montée dans les conditions requises et du Klemm-Daimler. Aichele, son  pilote eut  des ennuis de moteur; au troisième  essai, le petit « deux-cylindres » qui avait à son actif, quelques centaines d’heures  refusa de tirer l’avion jusqu’à l’altitude exigée.

Ces quatre défections ramena donc à 10 le nombre des appareils restant restant qualifiés pour l’épreuve de rendement. Il faut d’ailleurs constater que la plupart de ces dlx appareils accomplirent les épreuves de montée  et de décollage avec aisance.

Appareils

Moteur Puissance  Pilote Poids à vide en kg Charge utile en kg Poids total sans combustible en kg
Caudron N°1  Salmson 40 CV Maurice Finat 337 204 541
Caudron N°3  Salmson  60CV Massot 381 125,5 506,5
Caudron N°4  Anzani  60 CV Delmotte 391 217,5 608,5
Caudron N°6  Anzani  60 CV Jean Vanlaere 392 215,2 607,2
Klemm N°9  Salmson  40 CV Robert Lusser 314 246,5 560,5
Guerchais N°10  Anzani  50 CV Pierre Lemere 398 153,5 551,5
Albert N°14  Salmson  40 CV Pierre Fisbach 253 108,2 361,2
Avro-Avian N°18  A.D.C. cirrus  85 CV Capitaine Perceval 390 224 614
De Havilland-Moth N°20 Gipsy  85 CV Capitaine Broad 392 214,8 606,8
 Avro-Avian N°25 A.D.C. cirrus  85 CV Lady Heath 395 231,2 626,2

Montée à 1.500 mètres

De Havilland-Moth N* 20 en 8 min. 50 : 128 points

Avro-Avian N* 18 en 10 mm : 120 points.

Albert N* 14, en 11 min. 30 : 112 points.

Klemm n° 9, en 13 min. 30 : 100 points.

Avro-Avian n° 25 en 15 min : 90 points.

Caudron n° 3 en 16 min. 30: 82 points.

Guerchais n° 10 en 19 min. 20 : 64 points.

Caudron n°4 en 21 min. 30 : 52 points.

Caudron n°1 en 29 min. 30: 2 points.

Le Caudron n° 6 est également qualifié.

 

Distance de Décollage

Caudron n°1 en 91 mètres : 40 points.

Caudron n°3, en 104 mètres: 37 points.

De Havilland n°20 en 106 m.: 36 points.

Klemm n°9 en 112 m. 15 : 34 points.

Avro-Avian n° 25, en 115 mètres: 34 points.

Albert n°14 en 116 m. 5 : 33 points.

Caudron n°4, en 137 m. 5 : 28 points.

Avro-Avian n°18, en 139 m. 5: 28 points.

Les Caudron n° 6 et Guerchais n° 10 sont également également qualifiés.

A suivre……

Sources des informations :

Espace Air Passion, Angers : http://www.musee-aviation-angers.fr/

L’Aviation légère en France (1920-1942) par Roger Gaborieau : http://www.aviation-legere.fr/

BNF Gallica : http://gallica.bnf.fr

Hebdomadaire Les Ailes :

06 septembre 1928 page 1 et 2
13 septembre 1928 page 1, 2 et 15
20 septembre 1928  page 8 ,9 ,11,14
27 septembre 1928 page 11,12


SKY HEROES sur Planète+ jeudi 18 mai à 22H35

Jeudi 18 mai 2017 à 22H35, sur Planète+ (chaîne du bouquet Canal Famille) sera diffusé  pour la 1ere fois (puis redifusés le dimanche 21 mai à 22h50) les deux premiers épisodes d’une série docu-fiction SKY HEROES d’un nouveau genre sur les héros de l’aviation. Ces épisodes, de chacun 26 minutes, revisitent les grands moments de l’histoire de l’aviation raconte l’exploit d’un grand nom de l’aviation, en faisant vivre au spectateur une expérience immersive, au plus près des émotions de ce héros. Les concepteurs, producteurs et réalisateurs de Sky Heroes, François Cusset, Bertrand Dévé, et Vincent Legrand, ont souhaité un traitement original et moderne : Le mélange d’images d’archives colorisées, d’animations et d’interviews.
Avec l’animation, Sky Heroes propose une esthétique inspirée des comics américains et permet de partager des moments inédits, au plus proche de la réalité. Les images d’archives, brillamment restaurées et colorisées pour l’occasion, redonnent vie à ces héros. Le spectateur vit ainsi l’histoire, enrichie par les éclairages d’experts de l’aéronautique.

A l’occasion des 90 ans de la première traversée de l’Atlantique par Charles Lindbergh, Sky Heroes ouvre sa collection avec ce héros américain. Le second numéro de la série est consacré au 1er as allemand de la grande guerre, le baron Manfred von Richthofen, dit le Baron Rouge.

Sky Heroes est un projet innovant conçu et réalisé par YES SIR FILMS qui s’inscrit dans la tendance d’une nouvelle génération de fictions documentaires avec pour objectif de ré-inventer le genre. À l’inverse des techniques d’animation traditionnelles, la motion capture (captation du mouvement) est un procédé d’animation 3D, réalisé avec des capteurs fixés sur des comédiens, pour des mouvements incroyablement proches du réel et qui conservent les codes cinématographiques que l’on connaît. Ce travail a été réalisé dans les studios de Solidanim, leader Français de la Motion Capture, co-producteur du projet et qui a travaillé sur de nombreuses productions américaines prestigieuses comme Avatar, Star Wars Rogue One.


Portes ouvertes de l’aéroport de Reims en Champagne

Dimanche 14 mai de 10h00 à 14h30, toute l’équipe de l’aéroport de Reims en Champagne  ainsi que ses partenaires sont ravis de vous accueillir  pour une journée portes ouvertes où vous pourrez découvrir ou redécouvrir tous les acteurs principaux de la plate-forme et vous essayer à l’une des multiples activités proposées (planeur, voltige, saut en tandem, vol découverte en avion ou autogire).

Vous y verrez aussi probablement des avions de collection tel que MS317 et Boeing Stearman, mais aussi la patrouille composée des deux jets L-39 Albatros de l’association Fly and Fun


L’Etendard IV M exposé sur l’USS Intrepid sauvé par des marins français

Etendard IVM sur le pont d’envol de l’USS Intrepid à New-York (juin 2003) ©Xavier Cotton)

 

Vu sur le site de l’Echarpe Blanche ( http://www.lecharpeblanche.fr)

« A cause d’une situation administrative un peu compliqué, le Dassault Etendard IVM préservé sur le porte-avions musée USS Intrepid à New York qui était probablement voué à la destruction sera restauré par une association de marins français de l’état-major de l’OTAN à Norfolk, aux États-Unis. Une fois l’appareil restauré, celui-ci retrouvera sa place sur l’USS Intrepid. »

Lire l’article complet sur Mer et Marine.

 


AceS, au plus près des As et de leurs machines

aces-copie

 

Le numéro 1 est disponible en kiosque depuis le 15 novembre.

Quatre fois par an, AceS donne rendez-vous aux passionnés d’aviation avec les plus grands pilotes de la Seconde Guerre mondiale et des conflits qui l’ont précédée, de 1914-1918 à la guerre d’Espagne. Et cela sous un jour nouveau, dans une mise en pages claire, résolument moderne et chic, enrichie d’une iconographie en grande partie inédite comportant des documents rares et des profils de grande qualité.

Au sommaire de ce premier numéro : un portrait étonnant, par Jean-Charles Stasi, de Hans-Joachim Marseille, « l’Etoile d’Afrique », un homme frondeur, complexe et libre, bien loin des stéréotypes. Tout comme le double regard qie portent Jean-Charles Stasi et Many Souffan sur Jean Maridor, « le chasseur de V1 », entré dans l’histoire comme « le Guynemer de la Seconde Guerre mondiale ». Un dossier, lui aussi, riche en révélations.
Les lecteurs redécouvriront l’excellent article sur Don Gentile, « l’Enfant gâté de l’US Air Force » de Christophe Cony, rédacteur en chef d’ « Avions », qui nous fait l’honneur, exceptionnellement, de proposer ce récit déjà publié dans cette même revue il y a quelques années, complété de nouvelles informations et de nouvelles photos.
Chaque numéro d’AceS proposera des articles connexes en relation avec les pilotes traités. Comme la véritable histoire extraordinaire, par Many Souffan, de l’Escadrille Française n°1, qui a combattu héroïquement, au-dessus de Tobrouk avec la RAF, avec à sa tête James Denis, le seul pilote allié ayant abattu par deux fois Hans-Joachim Marseille.

Un scoop exclusif AceS !

En complément de ces dossiers et articles, AceS offrira chaque trimestre à ses lecteurs une rubrique consacrée aux maquettes, ainsi que des informations en bref et des critiques de livres.

AceS est un trimestriel de 100 à 116 pages (en kiosques et par abonnement) édité par les éditions Heimdal, 11 euros.
SARL éditions Heimdal à Damigny BP 61 350, 14 406 Bayeux cedex – Téléphone. : 02 31 51 68 68 – Fax. 02 31 51 68 60 – www.editions-heimdal.fr


Un Potez 60 à Compiègne

Potez 60 F-POSE au meeting de LENS en 2012 ©Xavier Cotton

Potez 60 F-POSE au meeting de LENS en 2012 piloté par François Broucqsault ©Xavier Cotton

Depuis le 19 juillet, le Cercle des Machines Volantes basé à Compiègne dans l’Oise a ajouté à sa flotte à l’occasion d’une vente ce Potez 60 n°4184 F-POSE qui était jusque là basé à Lens- Benifontaine dans le Pas de calais. Aujourd’hui, il n’en existe plus que trois en état de vol et équipés avec leur moteur d’origine, un tri cylindre Potez 3B de 60 ch. Ce Potez 60 « Sauterelle » sorti des usines de Méaulte le 11 août 1936 sous le n° 4184  a d’abord volé sous l’immatriculation F-AOSE au sein de l’aéro-club de l’Aube à Troyes-Barberey, terrain récemment ouvert en 1935. Bien qu’un rapport le signale détruit en février 1939, il a  survécu à la deuxième Guerre mondiale. une photo témoigne de sa présence mais démonté à la Ferté Alais dans les années 1970.

Dominique Dutoit l’a acheté en 1990 et l’avait fait voler après restauration en 1999 sous l’immatriculation F-POSE.

Source des informations

Le Cercle des Machines Volantes : http://www.cercledesmachinesvolantes.com/


This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d blogueurs aiment cette page :