Tag : Regis Biaux

Les patrouilles de Jacques Bothelin : du CAP 10 au L-39 Albatros

L’un des trois CAP 10B (F-BUDQ) de la patrouille Apache présente au meeting de Saint-Valery en Caux (5 septembre 1981) ©Regis Biaux

Dans cet article je voudrais vous faire partager la volonté d’un homme qui se bat depuis presque 40 ans pour vivre sa passion du pilotage en patrouille et trouver des sponsors pour financer une patrouille acrobatique privée de renommée mondiale.

Les CAP 10B Avions Mudry

1981 : Jacques Bothelin pilote professionnel, qualifié voltige fonde sur l’aérodrome de Dijon-Darois la société “Apache Aviation” ainsi qu’une patrouille acrobatique équipée de 2 puis 3 CAP 10B, (F-BUDH n° 38, F-BUDQ pour le n°49 et F-BXHB n° 58) cette formation prend le nom de “Patrouille Apache“.

Patrouille “Martini-Europe1” sur SIAI Marchetti SF.260 au meeting de Sion (Suisse) en 1986 ©Paul Schaller

Les SF.260 SIAI-Marchetti

1982 : Jacques Bothelin et Apache Aviation rencontrant Martini & Rossi ont la possibilité de créer une nouvelle patrouille, ce sera la “Patrouille Martini Racing” qui volera sur trois SIAI Marchetti SF.260. Elle sera présente dans de nombreux meetings aériens aussi bien en France que dans de nombreux pays européens.

1984 : En raison de la loi Evin qui réglemente la publicité concernant les cigarettes et les vins, Martini ne ne peut renouveler son sponsoring au grand désespoir des pilotes de la formation, toutefois la saison sera malgré tout sauvée par un autre sponsor (Lindbergh Flying School).

1985 Martini revient comme sponsor en même temps qu’Europe 1.

Patrouille “Martini-Europe 1” sur PC7 meeting de Lens 1988 ©Xavier Cotton

Les Pilatus PC-7

1987 : c’est en mars que la patrouille Martini change de monture et passe sur Pilatus PC-7. Ces trois avions sont la propriété de Pilatus et restent immatriculés sous le registre des aéronefs suisses (HB-HMA, HB-HMB et HB-HMC). Grâce à leurs performances et leur fiabilité, ils donnent aux pilotes de la patrouille de nouvelles possibilités de présentation encore plus spectaculaires, les pods fumigènes dont sont équipés les appareils permettent de souligner leurs évolutions dans le ciel. Cette année 1987, la Patrouille “Martini – Europe 1” réalisera plus de 100 présentations dans toute l’Europe et Moyen Orient. Elle volera sous ces couleurs jusqu’en 1990.

Pilatus PC-7 Turbo – Patrouille ECCO – Meeting aérien de la BA 705 de Tours-St-Symphorien (TOURAINE 15 septembre 1991) ©Patrick BOUCHENARD

1991 : la Société de travail temporaire ECCO est le nouveau sponsor, à cette occasion les trois Pilatus PC-7 sont rejoints par un quatrième (HB-HMP). Ils changent de décoration et la formation évolue désormais sous le nom de “Patrouille ECCO

Patrouille ECCO Pilatus PC-7 F-GMED N°2 au meeting de Saint-Valery en Caux 1995 ©Xavier Cotton

1993 : les 4 Pilatus PC-7 deviennent propriété du GIE ECCO et sont inscrits au registre français des immatriculations d’aéronefs français (F-GMEA, F-GMEB, F-GMEC, et F-GMED)

Pilatus PC-7 (F-GMEA) de la Patrouille ADECCO au meeting d’Ambri 1998 ©Paul Schaller

1997 : suite au rapprochement des entreprises ECCO et ADIA qui se transforment en ADECCO, les avions changent un nouvelle fois de livrée pour passer en rouge sous le nom “Patrouille ADECCO“.

1999-2001 ADECCO ayant choisi de se désengager du sponsoring,” Apache Aviation” n’a plus qu’une solution pour continuer de voler, racheter les 4 Pilatus PC-7. La patrouille vole alors sous son propre nom « Patrouille Apache » avec deux appareils pilotés par Jacques Bothelin et Philippe Laloix.

Meeting national d’Orléans L-39 (ES-YLI) de la patrouille Khalifa ©Jean-François Hirsch

Les Aero L-39C Albatros

2002 : Jacques Bothelin décide de faire évoluer la patrouille en la faisant passer sur avion à réaction de conception tchèque, l’aéro L-39C Albatros. Un contrat est signé en mars 2002 entre Apache Aviation et Rafik Khalifa propriétaire de la compagnie aérienne algérienne Khalifa Airways. Le passage sur L-39 Albatros permet à la patrouille de Jacques Bothelin de devenir la première et unique patrouille acrobatique civile du monde équipée de jets. Mais la firme fait faillite et Apache Aviation se retrouve dans la plus mauvaise passe financière de son histoire.

Aero L39C Albatros de la “Patrouille Breitling” au salon du Bourget 2007 ©Xavier Cotton

2003 : Heureusement Breitling, marque de montres à la précision suisse reprend le sponsoring, la patrouille passe alors de 5 à 7 “Albatros”, le succès ne cesse de s’affirmer et ses présentations réjouissent des centaines de milliers de spectateurs.

2006 : Apache Aviation fête ses 25 ans

L39 Albatros Patrouille Breitling salon du Bourget 2011 ©Xavier Cotton

2012 : Le 10 octobre 2012, les sept L-39C Albatros de La Breitling Jet Team décollent de l’aérodrome de Dijon-Darois pour une tournée en Asie. Cette première mondiale durera presque un an. La Breitling Jet Team est de retour le lundi 9 septembre 2013 après 40.000km de vol, 21 pays survolés, 28 shows aériens (en Chine, en Asie du sud-est, en Corée du Sud, au Japon, à Moscou ainsi qu’en Europe de l’Est) et près de 5,5 millions de spectateurs.

2015 : La Breitling Jet Team remporte un grand succès lors de sa tournée aux Etats Unis tout au long de la saison 2015 lors de la vingtaine de shows aériens dans lesquels la patrouille s’est produite.

2016 : la seconde partie de la tournée nord américaine de La Breitling Jet Team se déroule durant l’année 2016 et feront leur présentation dans une quinzaine de shows aériens

L’Apache roll figure acrobatique inventée par la Breitiling Jet Team de Jacques Bothelin au meeting de Meaux 2018 ©Xavier Cotton

L’Apache Roll :

Jacques Bothelin et son équipe mettent au point la fameuse figure acrobatique appelée “Apache Roll” (en souvenir du nom de son chien) où plusieurs avions volent en ligne droite et un autre vient tourner des tonneaux barriqués autours des autre appareils. La figure est si démonstrative en meeting aérien qu’elle sera reprise par plusieurs patrouille dont la PAF.

L’équipe des pilotes est composés de :

  • Jacques Bothelin (Speedy) : leader de la patrouille et seul pilote l’équipe qui n’a jamais été pilote militaire.
  • Bernard Charbonnel (Charbo) : ex pilote de Mirage 2000, numéro 2,
  • Christophe Deketelaere (Douky) : ex pilote de Jaguar, numéro 3, vole en tant que premier charognard.
  • François Ponsot (Ponpon) : ex pilote de démonstration du Mirage 2000, numéro 4, vole en tant qu’intérieur gauche.
  • Vincent Marteau : ex pilote instructeur de l’armée de l’air, numéro 5, vole en tant que second Charognard.
  • Paco Wallaert (Paco) : ex pilote de la patrouille de France, numéro 6, vole en tant qu’extérieur droit
  • Patrick Marchand (Gaston) : ex pilote de Jaguar, numéro 7, vole en tant qu’extérieur gauche.

Mais comme dans toute équipe d’engins mécaniques que ce soit avions ou voiture de course, il ne faut surtout pas oublier les mécaniciens sans qui cela ne fonctionnerait pas longtemps et qui par leur professionalisme assurent la sécurité des pilotes. L’équipe des mécaniciens de la Breitling Jet team est composée de David Champion, Jean-Yves Moreau, Adberrahim Benrkia, Julien Marché et Yannick Diry.

La Breitiling Jet Team de Jacques Bothelin au meeting de Meaux 2018 ©Xavier Cotton

2019 sonne l’arrêt de tout sponsoring aéronautique de la part de Breitling, y compris la patrouille de Jacques Bothelin.

2020 Nouveau partenariat. mais de nombreux meetings aériens annulés cette année à cause du Covid-19.

2021 Après 3050 démonstrations réalisées dans 39 pays, je suis certain que la Patrouille de Jacques Bothelin et ses équipiers, survivra cette nouvelle difficulté et que nous les verrons fêter les 40 ans d’Apache aviation et de présentations par son leader Jacques Bothelin en meeting aérien à travers le Monde de ses patrouilles de voltige allant du CAP 10 à l’aéro L-39 Albatros en passant par le SIAI-Marchetti SF-260 et le Pilatus PC-7.

La Breitiling Jet Team de Jacques Bothelin au meeting de Meaux 2018 ©Xavier Cotton

Monsieur Jacques Bothelin, avez vous une idée du nombre jeunes ayant assisté à vos démonstrations en meeting aérien durant ces quasi 40 ans et qui sont devenus pilote professionnels civils ou militaires grâce à la passion de voler que vous avez fait naître en eux ?

On ne vous remerciera jamais assez pour tout ce que vous avez fait pour l’aviation.

Malheureusement l’aventure risque de s’arrêter là, faute de sponsor prêt à s’engager.

Alors si vous pouvez soutenir la patrouille Apache, faites vous connaître c’est urgent !

Contact :

Apache aviation : https://www.apache-aviation.com

mail : contact@apache-aviation.com

Breitiling Jet Team sur Aero L-39C au meeting de Meaux 2018 ©Xavier Cotton
Type avionCAP 10SF.260PC-7 L-39C
ConstructeurAvions MudrySIAI-MarchettiPilatusAero Vodochody
Avion de voltigeAvion d’entrainementAvion d’entrainementEntraînement avancé
Nombre de places 2 2 à 322
Envergure8,06 m8,35 m10,40 m9,46 m
Longueur 7,16 m7,10 m9,77 m12,13 m
Hauteur 2,55 m2,41 m3,21 m4,77 m
Surface alaire10,55 m2 10,1 m2 16,60 m2 18, 80 m2 
Masse à vide 540 kg720 kg1330 kg3 459 kg
Masse maximale à l’atterrissage800 kg1 200 kg1 990 kg4 000 kg
Vitesse de croisière 250 km/h295 km/h425 km/h750 km/h
Vitesse maximale 340 km/h439 km/h500 km/h910 km/h
Vitesse de décrochage 90 km/h104 km/h120 km/h162 km/h
Vitesse ascensionnelle 6 m/s9 m/s10 m/s22 m/s
Facteur de charge+6/-4,5G+6/-3 G+8/-4G
Plafond 5 500 m4 660 m10 000m11 000 m
Distance franchissable 1 000 km1 440 km1 300 km1 100 km
Type de motorisationMoteur à pistonMoteur à pistonTurbineRéacteur sans post combustion
MotorisationLycoming EIO 360 B2F de 180 cv Lycoming O-540-E4-15 de 260 cvPratt & Whitney Canada
PT6A-25A de 550 cv
Ivtchenko-Progress AI-25TL de 16,9 kN
Tableau comparatif des performances des 4 avions
Solo de la Breitling Jet Team au meeting de Meaux 2018 ©Xavier Cotton

Sources des informations :

Les photos sont de :

  • Régis Biaux (CAP10),
  • Paul Schaller (patrouille Martini sur SF.260 et PC-7 ADECCO)
  • Patrick Bouchenard (patrouille ECCO en vol)
  • Jean François (patrouille Khalifa L-39)
  • Xavier Cotton Patrouille Martini, PC-7 ECCO F-GMED et toutes les autre photos Breitling)

Appel à photos

Si vous avez des photos parmi la liste suivante et que vous souhaitez m’aider à compléter cet article, contactez moi contact@passionpourlaviation.fr

  • La Patrouille Apache sur CAP 10 avec si possible les 3 avions en patrouille
  • La Patrouille Martini Racing (sans Europe n°1) sur SF.260
  • La Patrouille “Linbergh Flying School” sur SF.260
  • La Patrouille Apache sur PC-7 avec une tête de chef indien sur le capot moteur

Dewoitine 482 n°1 F-AQMO

Dewoitine D.482 n°1 F-AQMO ©Jacques Hémet

Sur cette photo aimablement partagée par Jacques Hémet, on peut voir un avion rare. Il s’agit donc du Dewoitine D.482 n°01 F-AQMO.

Après avoir demandé de l’aide sur aéroforum j’ai obtenu les informations suivantes à son sujet (Merci à Regis Biaux, Lucien Morareau et Franck Roumy)
D’après le registre F, cet avion est immatriculé le 7 mai 1938 au nom de Marcel Doret, basé à Toulouse Francazal puis au non de l’Aéro-Club du Canton de Villejuif et basé à Toussus-le-Noble.
Le 7 octobre 1938, l’avion équipé de double-commandes, accuse 116 hdv et est toujours la propriété de Marcel Doret.

Il est radié le 27 juillet 1965 et réformé.

Voici ce qu’on peut lire dans le Docavia n°17 consacré aux Avions Dewoitine de Jean Cuny et Raymond Danel :
“Tout comme ses D.27/D.53 d’acrobatie, Doret le fit équiper, au droit du support de la roulette de queue, d’une attache pour câble de 800 kg à rupture afin de pouvoir remorquer son planeur “Habitch”.
Cet avion survécut à la Seconde Guerre Mondiale. En août 1944, il servait d’appareil de liaison et d’entrainement au groupe de chasse FFI que Doret mis sur pied à la libération de Toulouse. Il vola ensuite comme support publicitaire pour les “Biscuits BRUN” avant de finir ses jours, vers la fin des année cinquante, sur le terrain de Toulouse-Lasbordes.”

On peut voir dans ce DOCAVIA page 289 une photo du F-AQMO prise de 3/4 avant.


SO-4050 VAUTOUR IIN n°348

SO-4050 Vautour n°348 sur la Base de Brétigny le 18 juin 1978 © Régis Biaux

Régis Biaux m’a prêté quelques diapositives du SO-4050 Vautour N° 348 et m’a autorisé à vous en faire profiter. Le SO-4050 Vautour est un avion  français biréacteur multirôles conçu par la SNCASO au début des années 50. 140 exemplaires furent construits, dont 30 exportés vers Israël. Le derniers Vautours ont été retirés du service actif à la fin des années 1970. Ce SO-4050 Vautour II N (n° 348) a fait son 1er vol le 29 juin 1959 fut livré à l’Armée de l’Air le 21 octobre 1959 et affecté à la 30 ème escadre de chasse tout temps (30e ECTT) basée à Tours puis à Reims. Il est immatriculé 30-FC. En 1966 l’avion arrive au Centre d’Essai en Vol (CEV) de Bretigny pour y effectuer des essais. En 1974, l’appareil est utilisé avec un nez de Mirage III pour des essais du radar Cyrano. Sa dernière mission fut l’expérimentation du radar RDI du Mirage 2000 en 1990.

SO-4050 Vautour sur la Base de Brétigny le 14 septembre 1980 © Régis Biaux
SO-4050 Vautour sur la Base de Brétigny le 09 septembre 1990 © Régis Biaux

Cet exemplaire unique (F-AZHP) fut alors sauvé par l’Association des Mécaniciens Pilotes d’Aéronefs Anciens (AMPAA) avec l’aide du CEV pour maintenir en vol un avion qui fut en 1959, le 1er chasseur bombardier supersonique de conception et fabrication 100% française (Société Nationale de Construction Aéronautique du Sud-Ouest devenue Aérospatiale).

SO-4050 Vautour F-AZHP la Ferté-Alais 19 mai 1991 © Régis Biaux
SO-4050 Vautour F-AZHP BA112 Reims 2 juin 1991 ©Xavier Cotton

A partir de 1991, Il fut alors présenté dans plusieurs meetings aériens comme le dernier Vautour en état de vol dont celui de la Ferté-Alais et celui de la BA112 de Reims.

Voici un extrait d’un film vidéo pris le 9 juin 1992 lors du fameux meeting de la pentecôte à la Ferté-Alais, soyez tolérants sur la qualité car c’est à l’origine un film VHS que j’ai numérisé. Il s’agit de la présentation du dernier SO-4050 Vautour II N encore en état de vol à l’époque. Écoutez particulièrement le sifflement très aiguë des turboréacteurs ATAR 101 E3 ou E5 qui l’équipaient.

SO-4050 Vautour F-AZHP à Bretigny avant qu’il parte pour Orange ©Luc Clermin

En 2009, La BA127 a décidé de sortir le Vautour n°348 ainsi que plusieurs autres avions du hangar qui les abritait et les a positionnés en extérieur sur un parking avion. En 2010, devenant “gênant, ils ont été remorqués et déposés sur une ancienne aire d’essais réacteur

Vautour II N N°348 du CEV sur la BA115 d’Orange-Caritat ©Jean Pierre Martin Rosset

Depuis maintenant plusieurs années, il est en exposition statique sur la BA115 d’Orange-Caritat. On pouvait encore l’y voir en 2012.

Sources des informations :
Aéroforum : http://www.aerostories.org/~aeroforums/forumhist/
l’Association des Mécaniciens Pilotes d’Aéronefs Anciens : http://www.ampaa.fr/


Affiche de Meeting Aérien à Rouen-Le Madrillet

Journée Aérienne-Aérodrome de Rouen-Le Madrillet ©OKR

Voici une très belle affiche (155 x 117 cm) dessinée par B. Delcourt journaliste-dessinateur à Paris-Normandie récemment entoilée  annonçant une journée aérienne  sur l’Aérodrome de Rouen-Rouvray dit “Le Madrillet” (fermé en 1968). Cette journée organisée par l’Aéroclub de Normandie sous le patronage de Paris-Normandie et Sprint eut lieu un 6 juin, mais on peut se demander de quelle année ?

Grâce à une demande d’aide sur Aéroforum (http://www.aerostories.org/~aeroforums/forumhist), nous sommes actuellement arrivés au conclusions suivantes. En prenant pour référence arbitraire que pour ce meeting le 6 juin était un dimanche cela donne les 3 années suivantes possibles 1948, 1954, 1965.
Sur l’affiche on peut voir deux Vampires particulièrement reconnaissables en raison de leur fuselage arrière bi-poutre ce qui peut nous aider à trouver l’année de cette journée aérienne rouennaise.

Michel Léveillard témoigne “Le premier Grand Meeting d’après-guerre a Rouen fut en 1947 avec la participation des YAKs Du Normandie Niemen. Les suivants eurent lieu en 1948 – 1949 …etc
Le seul de ces trois Meetings dont je me souviens avoir vu des Vampire fut en 1948
” Regis Biaux nous informe que l’Armée de l’Air n’a mis en service ses Vampire qu’en octobre 1949, par conséquent les Vampire vus par Michel Léveillard en 1948 en présentation au Madrillet, ne pouvait être que des Vampire de la RAF. Dans ce cas, on peut se demander pourquoi les Vampires de l’affiche ont des cocardes françaises ?
En 1954, ce sont les pleines années Vampire dans l’Armée de l’Air, donc possible en vol lors d’un meeting au Madrillet… et en corrélation avec l’affiche.

Les Vampire de l’Armée de l’Air l’avion ayant terminé leur carrière opérationnelle en 1961, il n’a pu être possible de les voir en meeting en 1965.

Maintenant, les affiches des meeting aérien organisés par l’Aéroclub de Normandie étant soumises à concours il se peut que cette affiche soit seulement une étude.  Il faudrait probablement aller chercher dans les archives de Paris-Normandie ou de Sprint pour obtenir plus d’informations sur cette journée aérienne.

Voici quelques dates de meeting aérien organisés à Rouen après la seconde guerre mondiale : 11/08/46, 8/06/47, 06/06/48, 6/06/49, 4/06/50, 31/08/52, 30/05/55, 10/07/57, 6/09/59 (Pavilly) et 24/06/62 (Rouen-Boos)