Tag : Pilote

Les pilotes sont aussi parfois spectateurs

Michel Soutiran pilote de la patrouille Sparflex sur L39. (Épernay 13/07/2018) ©Xavier Cotton

Comme le montre ces quelques photos, les pilotes savent aussi s’arrêter pour regarder leurs amis évoluer dans les airs, c’est parfois l’occasion de faire un joli portrait.

Luc Bourmeault debout sur l’aile du Cap 231 EX F-HRAL de l’Aéroclub de l’Hérault et Fred Ecay observent le programme libre de leurs concurrents lors du championnat de France 2015 de Voltige aérienne ©Xavier Cotton

Wolfgang Liebler en combinaison bleue pilote du BOEING Stearman LX-LWK  (Free Flight World Master de Chambley 03/07/2016) ©Xavier Cotton

 

Patrice Marchasson (à gauche) pilote de Warbirds  en grande discussion sur le bord de la piste (Troyes 29/06/2014) ©Xavier Cotton)

 

 


Armand Baverel s’est envolé pour toujours

Armand Baverel sur l’aile d’un P47 Thunderbolt ©Bruno Baverel

Armand Baverel dit “La Bavouse” s’est envolé pour toujours le 3 février 2015 à l’age de 85 ans. 
Né  le 12 août 1929 à Idar-Oberstein (Allemagne occupée), il vit chez ses parents à Clermont-Ferrand lorsqu’il s’engage dans l’Armée de l’air en 1948 à l’âge de 19 ans. Il possède un CAP de Metteur au point et intègre l’école des mécaniciens de l’Armée de l’air à la base de Rochefort en Charente-Maritime (C’est là qu’il rencontrera sa future femme). Nommé Caporal en 1949 puis Caporal-chef en 1950. Affecté à la zone de défense aérienne 902, il passe Sergent en 1951 puis part à Saïgon (Indochine). Il revient en France l’année suivante en 1952, se marie et est affecté au Bataillon de l’Air 1/104 au Bourget puis au Centre de rassemblement du Personnel naviguant 745 d’Aulnat en Auvergne.
 Il passe et réussit les examens pour intégrer une formation de pilote. En 1954 il part au Maroc, Base-école 702 à Marrakech (Ville qui voit naître son fils ainé Bruno, le 11 janvier 1955)
 Il obtient son brevet de pilote (breveté n° 36648 transport) dans l’armée de l’Air le 6 octobre 1955,  Puis la famille Baverel part ensuite à Avord,  puis en Tunisie où Armand Baverel est affecté au Groupe saharien de connaissance et d’appui n°76 à Tunis. (Sa fille naît à Salambô en 1956) En 1957 toute la petite famille suit Armand à Saïgon (Guerre d’Indochine), c’est la seconde fois pour Armand qu’il y va . En 1958 durant la guerre en Algérie, Armand Baverel est basé à Oran. En 1960 il est nommé Sergent-chef et rejoint la BA 126 à Solenzara en Corse accompagné de sa famille. Trois années plus tard en 1963, retour sur le continent dans la famille à Port-des-Barques (à côté de Rochefort).

l’Adjudant Armand Baverel aux commandes, posé sur la place St Nicolas en plein centre de Bastia (Corse) pour une évacuation sanitaire.1962 ©Bruno Baverel
Armand Baverel qui s’est spécialisé en tant que pilote d’hélicoptère (brevet de pilote d’hélicoptère n° 109), part pour Djibouti, 22ème Escadron d’hélicoptères, où sa famille doit le rejoindre quelques mois plus tard. Hélas il se crashe en hélico lors d’une mission et est rapatrié sanitaire à l’hôpital du Val de Grâce. Il est affecté ensuite à la BA 709 de Cognac comme instructeur-pilote et prendra sa retraite de l’Armée le 1er juillet 1966.
Armand Baverel obtenu six citations pour fait de guerre (Indochine, Algérie). Il a pris sa retraite avec le grade d’Adjudant-chef (à cette époque là, on pouvait devenir pilote sans être officier) avec des états de services impressionnants : 1118 missions de guerre, 300 évacuations sanitaires de nuit et de jour en contact direct, 14.540 heures de vol dont 5000 heures sur hélicoptère…. Il est titulaire de 25 décorations (Chevalier de la légion d’honneur, Médaille militaire, Médaille du courage et du dévouement, Médaille du service de la santé des armées, Médaille de la  ville de La Rochelle……)

Revenu à la vie civile, Armand Baverel continuera à voler de longues années devenant Président de l’aéro-club de Rochefort durant une vingtaine d’année. Pour des raisons familiales, il s’installe à La Rochelle où il pilotera et donnera des cours de pilotage jusqu’à l’âge de 79 ans environ.

Un pilote ne meurt jamais, il s’envole juste et ne revient pasAntoine de Saint-Exupéry 

La cérémonie d’adieu aura lieu le mardi 10 février 2015 à 15h00, au cimetière de Saint-Eloi à La Rochelle, porte 1 suivi, de l’inhumation.

Bruno Baverel


L’HISTOIRE DES CENT PREMIERS PIONNIERS DE L’AVIATION FRANÇAISE

Cinquante ans de recherches acharnées auront été nécessaires à Yves Saint-Yves pour rassembler toute la documentation souhaitée pour la publication de “L’HISTOIRE DES CENT PREMIERS PIONNIERS DE L’AVIATION FRANÇAISE”. Jean Lasserre fondateur d’ICARE s’y était était déjà attelé avec réussite, mais Yves Saint-Yves réussit ici un tour de force ; nous présenter les biographies de ces pilotes entrés dans l’histoire en les illustrant d’une carte postale portant leur autographe. Aborder les cent premiers brevets de l’aviation française, ainsi que l’histoire qui les précède sous l’angle de l’aérophilatélie fait l’originalité de ce livre et la préface de Bertrand Sinais, référence incontournable de l’académie de philatélie est un gage supplémentaire de qualité .

Édité à compte d’auteur, ce livre en couleur sur papier glacé en fait ce qu’il est convenu d’appeler un “beau livre”.
De plus, un préambule de quelques pages sur l’aérostation au XIXe siècle rappelle que le triste siège de Paris en 1870 marque également le véritable début de l’envoi du courrier par la voie des airs, tandis que quelques pages sur Clément Ader rendent hommage aux efforts de l’un des pères de l’aviation… qui ne fut cependant jamais breveté.

Autre intérêt de ce livre qui comporte bien sûr la liste “chronologique” des 100 premiers brevets décernés par l’Aéro-Club de France, qui sont en fait 101 en raison de numéros 5bis et 10bis et l’absence bien compréhensible d’un numéro 13, la présence d’une alternative alphabétique bien utile aux recherches et une première pour ce type d’ouvrage : la liste des 100 premiers militaires brevetés.
Yves Saint-Yves sera présent pour la vente de son livre les 15 et 16 octobre au bureau de poste “le carré d’encre”, 13 bis rue des mathurins paris 9éme, à l’occasion de la vente anticipé du bloc de timbres “Les pionniers de l’Aviation”. Il sera ensuite de nouveau présent à la boutique du Musée de l’Air et de l’Espace , les 23 et 24  octobre et les 25 et 28 novembre.

120 pages, 22 x 28 cm, couverture souple dos carré
340 photographies et reproductions
Préface de Bertrand Sinais, de l’Académie de philatélie

On peut commander le livre auprès de l’auteur en précisant éventuellement les éléments souhaités pour une dédicace au prix de 32€ + 3,50€ de frais de port.
1 avenue Foch 95220 Herblay
yves-saintyves@orange.fr


This site is protected by wp-copyrightpro.com