Tag : Musée Européen de l’Aviation de Chasse de montélimar

Aidez à la restauration du DC3 N56NA

DC3 N56A du Musée Européen de l’Aviation de Chasse de Montélimar ©Xavier Cotton
Après en avoir eu la garde pendant près de 20 ans, le Musée Européen de l’Aviation de Chasse de Montélimar a acquis depuis quelques semaines le Douglas DC-3 N56NA  (c/n 4979). Cet avion construit en 1942 a été utilisé par le Maréchal Montgomery pendant ses campagnes.
le Musée Européen de l’Aviation de Chasse de Montélimar envisage de le restaurer pour l’exposer aux couleurs des C47 Dakota utilisés lors du débarquement de Normandie en Juin 1944 lors de l’opération Overlord. Pour cela le Musée Européen de l’Aviation de Chasse de Montélimar a lancé une campagne de dons par l’intermédiaire de My Major Company. En fonction de l’importance de votre don vous aurez droit à une ou plusieurs entrées gratuite, un pass annuel pour le Musée, La brochure du Musée ou même un vol de découverte de 30 minutes sur North American Rockwell OV10 Bronco du Musée Européen de l’Aviation de Chasse de Montélimar et dans tous les cas vous recevrez un certificat vous permettant une réduction d’impôt de 66% du montant de votre don. Alors dépêchez vous, il reste jusqu’au 7 juillet 2014 pour réunir les 15 000€ nécessaires au projet

A QUOI VONT SERVIR VOS DONS ?

Budget nécessaire à la réalisation du projet :

  • Déplacement de l’avion : 500 € 
  • Démontage des  éléments mobiles et  remise en état : 500 € 
  • Décapage et mise en peinture : 7000 € 
  • Peinture et fournitures : 5000 € 
  • Aménagements (accès, intérieur) : 2000€
 Total : 15 000 €

Au-delà des 15.000 Euros atteints, le Musée Européen de l’Aviation de Chasse de Montélimar affectera vos dons à la construction du nouveau hangar qui lui permettra  d’abriter 12 avions déjà en rénovation.
Musée Européen de l’Aviation de Chasse de Montélimar : http://meacmtl.com

Moteur Renault-SNECMA 12T

(photo collection privée Xavier Cotton)
Ce moteur Renault-SNECMA 12T est exposé au Musée Européen de l’Aviation de Chasse à  Montélimar. Voici ce qu’on peut lire sur la fiche qui y est associé “ Le moteur allemand Argus AS411-TA de 580 CV a été produit par Renault pendant l’occupation allemande; sa fabrication est reprise  par la SNECMA en 1946 sous le nom de SNECMA 12S.
En 1955 une modification du compresseur et de nouveaux pistons augmentent sa puissance à 600 CV. Le 12T sera produit jusqu’en 1958.
C’est un moteur en V inversé de 12 cylindres pour 12 litres de cylindrée. Près de 3000 moteurs 12S et 12T ont été produits. Ils équipent la série de MD 311, 312, 315 Flamant.

Ancienne Caravelle III du CEV

(photo collection privée Xavier Cotton)
Cette Caravelle III SE210  n° 116 produite par Sud Aviation a fait son 1er vol le 19 février 1962. Elle fut livrée à FINNAIR sous l’immatriculation OH-LED “Sinipiika” le 23 février 1962. Pour des raisons que je ne connais pas elles est rendue à Sud Aviation le 20 octobre 1964.
Elle est ensuite vendu au CEV (Centre d’Essai en Vol)  le 1er décembre 1964 pour être basée  à Brétigny avec l’immatriculation F-ZACE. Elle a permis de mettre au point de nombreux équipements destinés à Concorde ou aux Airbus, et a beaucoup volé dans le cadre de missions à caractère scientifique ou technique.

Le dernier vol d’une Caravelle française a eu lieu le 14 février 1998 lorsque elle a rejoint Istre depuis Brétigny avec un passage basse altitude, train sorti au dessus de l’aérodrome de Montélimar-Ancône (LFLQ). Elle a été ensuite démontée par les membres du musée européen de l’avion de chasse à Montélimar : http://www.meacmtl.com/ puis rapatriée par voie routière à Montélimar au printemps 2000. On peut visiter l’intérieur. Elle appartient au Musée de L’air et de l’Espace. Plus aucune Caravelle au monde ne vole depuis 2006

North American OV-10B “Bronco”

(photo collection privée Xavier Cotton)

Cet OV-10B (F-AZKM 99+24 cn 338-9) est le seul Bronco de collection en état de vol en Europe ; il constitue l’élément dynamique du Musée Européen de l’Aviation de Chasse de Montélimar située sur le terrain d’Ancône
Voici ce qu’on peut lire sur la fiche de l’OV-10B ( pdf) sur le site du 48 ème Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace :
Conçu pour répondre aux spécifications émises par l’US Air Force, l’US Marines Corps et l’US Navy dans le cadre du programme COIN (Lutte anti guerrilla). Etudié dès 1962, le Bronco entre très vite en service au Vietnam, mais ses faibles capacités d’emport et son blindage trop léger l’orientent vers un autre type de mission : le controle aérien avancé (FAC). Il remplace le Cessna O-2A.

Présenté au Salon 1975, il avait étonné le public par ses évolutions serrées, par ses décollages et atterrissages courts et par le son mélodieux de ses turbines.
L’OV-10B présenté ici est la version de remorquage de cibles commandée par l’Allemagne. Il fait même partie des 12 OV-10B(Z) équipés quelques temps d’un réacteur d’appoint GE J-85 de 1 330 kg de poussée fixé sur le dessus du fuselage. Ce réacteur devait augmenter la vitesse de plus de 180 km/h, réduire de moitié la distance au décollage et tripler le taux de montée, mais les difficultés de pilotage liées à l’utilisation de ce réacteur ont aboutit rapidement à son démontage. Dépourvu de
pylones d’armement, l’OV-10B dont la partie arrière de fuselage était vitrée, servait de remorqueur de cibles au profit des pilotes de chasse de la Luftwaffe. Six OV-10B et 12 OV-10B(Z) ont été commandés par l’Allemagne, mais 18 OV-10B ont finalement été livrés. Ses qualités de vol et sa maniabilité en faisaient un redoutable plastron dont le rôle est maintenant tenu par des Pilatus PC7.


This site is protected by wp-copyrightpro.com