Tag : LFBF

Meeting aérien Des Étoiles et des Ailes à Toulouse-Francazal 2014

Affiche dessinée par Bernard Cadène
1er meeting aérien Des Étoiles et des Ailes
Toulouse-Francazal
21 septembre 2014
Créée en 2010 avec comme perspective l’ouverture du musée Aeroscopia  sur l’aéroport de Toulouse-Blagnac, l’Association des Étoiles et des Ailes est née de la volonté de diffuser une culture artistique et scientifique en lien avec l’aéronautique et le spatial.
Le festival Aérospatial Des Étoiles et des Ailes réunit pendant quatre jours en novembre depuis 2010, petits et grands, amateurs, néophytes et passionnés autour d’animations, de projections de films, de conférences et d’un salon du livre et de la bande-dessinée.
Le 21 septembre 2014, le 1er meeting aérien Des Étoiles et des Ailes se déroulera à l’aéroport de Toulouse-Francazal piste historique de l’aviation française.
Cette journée exceptionnelle vous proposera d’admirer au plus près 80 avions en statique et de rencontrer mécaniciens et pilotes. Vous pourrez aussi voir les démonstrations  de voltige sur Extra 330 de Catherine Maunoury, directrice du Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget, double championne du monde de voltige aérienne et de Aude Lemordant, championne du monde de Voltige aérienne 2013 et championne de France 2014.
Vous pourrez également assister aux démonstrations en vol d’appareils d’hier et d’aujourd’hui avec en exclusivité dans un même meeting : La Patrouille de France et La Patrouille Breitling Jet Team
Le meeting sera commenté par Frédéric Beniada  journaliste “aéronautique et défense” à France Info et France Inter. Pilote d’avion, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, Concorde, Boeing 747 et Falcon 7X.
Programme :
09h00 ouverture de la plateforme au public
09h-19h00 : Exposition statique de près de 80 avions en statique
12h30-19h00 : Démonstrations en vol
Plateau en vol :
Parachutistes, Antonov 2, cricri, Dornier DO27, Cessna 195, Stampe SV4, CAP10, EXTRA 330 de EVAA, Morane G (qui a traversé la Méditerranée), Nieuport 17, Breguet 14, PT17 Stearman, Yak11, P51D Mustang, Skyraider, MD312, Planeur, PAF, Noratlas, Famille airbus A400M, ATR, Breitling Jet Team, T6 ZERO, ATR42/600, Hélicoptère, OV10 Bronco, Breguet Alizé, DC3, largage de charges à partir d’un avion cargo.

Informations pratiques :
Entrée : 10€, gratuit pour les moins de 12 ans
Billets en vente : http://www.desetoilesetdesailes.com/fr/meeting-aerien/billetterie
Parking sur le site de Francazal
Navettes TISSEO gratuites de puis le metro Basso Cambo et parking Carrefour Portet sur Garonne à partir de 11h00
Navettes gratuites depuis Thales Alenia Space à partir de 11H00
Informations :

Meeting de Toulouse-Francazal : http://www.desetoilesetdesailes.com/fr/meeting-aerien
Des Étoiles et des Ailes : http://www.desetoilesetdesailes.com/
Aeroscopia : http://www.aeroscopia-blagnac.fr/
Bernard Cadène : http://www.bernardcadene.com/
La Patrouille de France : http://www.patrouilledefrance.fr/
La Patrouille Breitling Jet Team : http://www.breitling-jet-team.com/fr/


L’Arc-en-ciel à Toulouse-Francazal en 1933

Le Couzinet 70 “Arc-en-ciel” à Toulouse-Francazal le 20 ou 21 mai 1933 ©Jacques Hémet

Merci à Jacques Hémet qui m’a fait parvenir cette photo historique de l’Arc-en-ciel de René Couzinet sur le terrain de Toulouse-Francazal. Ce trimoteur  de 30 mètres d’envergure à l’allure élancé fait partie des engins mythiques qui ont marqué l’histoire de l’aviation. Le 20 mai 1933, il se posait sur le terrain de Toulouse-Francazal, après la traversée de l’Atlantique sud.

Le 16 janvier 1933, piloté par Jean Mermoz et accompagné par René Couzinet lui-même, le Couzinet 70 (immatriculé F-AMBV) bat le record de la traversée l’Atlantique Sud entre Saint-Louis-du-Sénégal et Natal en 14h27 pour 3200 km soit une moyenne de 221 km/h. Le retour s’effectue du 15 mai au 21 mai où l’arrivée au Bourget est triomphale devant 15 000 personnes. L’avion fut ensuite exploité par Air France jusqu’en 1937.

Le 20 mai 1933 à 17h45 Jean Mermoz, l’équipage, et René Couzinet se posent à Toulouse-Francazal et sont accueillis en héros. Le lendemain, à son départ pour le Bourget, la foule est encore présente pour féliciter l’équipage. Malheureusement, il ne reste aujourd’hui que des photos et un fragment de dérive de l’Arc-en-ciel de René Couzinet.


This site is protected by wp-copyrightpro.com