(photo collection Privée Claude Urena)

 Il y a quelques jours, Claude URENA m’a demandé de l’aider à identifier une hélice  de marque Levasseur d’un diamètre de 2,15m. Quelques photos de l’hélice accompagnant le message pouvait aider à ma recherche. Bien sûr je pensais tout de suite au forum technique d’Aérostories pour transmettre la question à des spécialistes de l’histoire de l’aviation.  Une des hypothèses était qu’il pourrait s’agir d’une hélice d’atelier dite “moulinet” servant à faire tourner les moteurs au banc  d’essai en assurant une charge aérodynamique suffisante et le refroidissement éventuel du moteur sans avoir beaucoup de traction. Cette hypothèse fut vite abandonnée entre autre  à cause du diamètre trop important de l’hélice et du profilé des pales.

Voici quelques précisions sur l’hélice suite à nos échanges :

Hélice en hêtre contre-collé en 17 couches, diamètre 2,15 m.
Présence de 4 décalques “Hélice Levasseur” sur les 4 pales plus 2 autres sur le moyeu.
Moyeu d’un diamètre de 240mm avec un axe central de 80mm et 8 trous d’implantation distants de 65mm de l’axe.
Marquage sur les flancs  du moyeu, d’un coté :  “SERIE 844”    “N° ORDRE 24665” et de l’autre : “CAMS” “HS 300 NP”
Par ailleurs, on note de larges traces de polychromie rouge en interne.

                     
Marc Taffoureau trouva la solution en indiquant que cela pouvait correspondre à une hélice d’essai pour les 2  hydravions  monoplace CAMS 36 que la France devait engager à Naples en 1922 pour la coupe Schneider.  Ces appareils monomoteurs étaient équipés de moteur Hispano-Suiza tractif poussés à 320ch et entrainant effectivement une hélice quadripale. Le manque de moyens financiers les empêcha de prendre part à la course.
Jean Liron a écrit  un article sur les hydravions CAMS dans les “Fana de l’Aviation” n°214 de septembre 1987 et n°215 d’octotre 1987. Dans la deuxième partie de l’article il y parle des CAMS 36 n°001 F-ESFB et n°002 F-ESFA. Sur les photos qui illustrent l’article, les hélices sur les deux CAMS 36 semblent tout à fait similaires à celle présentée ci-dessus.

Un grand merci pour cette recherche à Marc, Airy-Hugues et Christian qui m’ont aidé à identifier cette hélice.

En conclusion, si Claude ne souhaite pas conserver cette hélice, elle aurait tout à fait sa place au musée de l’hydraviation de Biscarosse car c’est plus une pièce historique qu’un objet de collection.