(photos collection privée Karine Rousseaux)

« L’adjudant Demesmay, mitrailleur, et le capitaine O’Kelly, pilote et commandant les volants du GAO509, posent à Alger devant le Potez 63-11 n° 303 qui leur a fait traverser la méditerranée le 22 juin. On note la bande blanche de reconnaissance, peinte conformément aux ordres du 24 mai 1940 pour éviter toute confusion avec les Messerschmitt 110 allemands. Au dos de la photo originale est indiqué la date du 5 juillet, mais l’armement étant encore en place il est probable que ce cliché, a été pris juste après l’arrivée du groupe à Alger » (Matthieu Comas)
Au 25 juin 1940, 120 Potez 63-11 (avion de reconnaissance et d’observation dont l’équipage est composée d’un pilote, un observateur et un mitrailleur) étaient déjà présents en Afrique du Nord, 93 furent évacués de Métropole entre le 25 juin et le 5 août. Le Potez 63-11 a été l’avion qui a subi le plus de pertes durant la campagne de France, après le MS 406 : 106 appareils détruits pour 122 membres d’équipage tués, sans compter les accidents (21 pour 29 tués).Sur cette photo  prise par le sous lieutenant Deprez à Alger en juillet 1940, on peut voir  devant la dérive du Potez 63-11 n° 303, de droite à gauche: le capitaine O’Kelly, le lieutenant Jean Berthet (observateur et commandant de l’avion),  Mutz, le sous-lieutenant Corneille et l’adjudant Demesmay derrière la double dérive du Potez 63-11 n°303 du GAO 509. A l’arrière plan de la photo on peut voir un bombardier LeO 451 à la peinture passablement écaillée.

Si vous voulez en savoir plus sur le Groupement Aérien d’Observation (GAO509)  dans lequel servait le Lieutenant Berthet en 1940, je vous recommande l’article de Matthieu Comas dans la revue Avions N°175 de mai-juin 2010.