Le Farman 192 F-AJJB de Maurice Goulette au départ de Tamatave (Madagascar) pour la Réunion ©Gustave Giraudeau

Du 17 au 27 octobre 1929, Maurice Goulette, René Marchesseau et Jean Michel Bourgeois  ont établi un record sur la liaison Paris (le Bourget)-Madagascar (Tananarive) à bord du Farman 192 n°3 (F-AJBB) en parcourant les 12 400km en 10 jours 8h et 40 min.

Les deux photo de cet article sont extraites de l’album de famille du Lieutenant Gustave Giraudeau alors en poste au 41 ème régiment de tirailleurs malgache. Elles témoignent du passage de l’équipage à Tamatave à 240 km de Tananarive sur la côte est de l’île d’où il décollera pour atteindre la Réunion pour la première fois avec un avion.
Pour ce vol au-dessus de l’Océan, Maurice Goulette veut porter le rayon d’action du Farman à 1700 km, de façon à pouvoir faire demi-tour si l’atterrissage s’avérait impossible. Pour ce faire, entre le 18 et le 24 novembre, un réservoir supplémentaire de 200 litres est réalisé sur place avec l’aide du service des Travaux Publics de Tananarive et monté dans la cabine. Le 24 novembre un « cheval de bois » nécessite que le mécanicien Jean-Michel bourgeois redresse l’hélice à froid contrairement aux consignes du constructeur, un vol d’essai permet de valider la réparation.
Le 26 novembre, l’équipage parcourt pour la première fois en 5h30 de vol  les 800 km qui séparent Madagascar de La Réunion. « l’Explorateur Grandidier » un paquebot des Messageries Maritimes s’est positionné sur sa route pour lui permettre de corriger sa dérive. A 8h25, alors que Marcel Goulette est sur le point d’ordonner le retour vers Tamatave, René Marchesseau aperçoit la vapeur du paquebot. l’équipage atterrit à 11h20 à La Réunion, au lieu-dit « Gillot » (Aéroport Roland Garros).
 René Marchesseau er Marcel Goulette (en partant de la droite) devant Le Farman 192 F-AJJB avant leur départ de Tamatave (Madagascar) pour la Réunion ©Gustave Giraudeau
Le 8 décembre, le F-AJJB et son équipage tentent de rejoindre Paris depuis Madagascar. De nombreux avatars que vous pouvez lire sur l’excellent site de Michel Barrière (http://www.crezan.net/pag_f190/192_03.html) retarde leur remontée vers la France. Le 22 avril alors que l’avion se dirige vers El Quit, où Goulette a prévu un ravitaillement le moteur s’arrête brutalement, Marchesseau tente un atterrissage d’urgence, mais une jambe de train se brise et l’avion se couche arrachant l’aile gauche et déchirant le flanc de la cabine, l’avion est abandonné là en plein désert. l’équipage est secouru le 28 avril par le groupe nomade de Timetrin qui les rapatrie sur Gao. Le 5 mai, Goulette, Marchesseau et Bourgeois rejoindront enfin Le Bourget

En novembre 2009 la compagnie Air-Austral a fêté les 80 ans de la ligne Paris-La Réunion en repeignant le Farman 192 n° 4 du Musée de L’Air et de l’Espace aux couleurs du n° 3 F-AJJB.


Sources d’informations :