Catégorie : Aviation d’aéroclub

L’Elixir est certifié EASA CS-23.

©Elixir Aircraft

Il y a quasiment un an je vous avais présenté l’Elixir premier avion léger de 4eme génération celui-ci déjà commandé à plus de 100 exemplaires, n’attendait que sa certification européenne EASA CS-23 pour être mis en production.

Le 20 mars 2020, l’Elixir dans sa version 100hp VFR a reçu son certificat de type dans la catégorie reine : CS-23, et selon le dernier amendement (5), reflétant le plus haut niveau de sécurité atteignable aujourd’hui.

Les travaux de la future usine d’Elixir Aircraft sur l’aéroport de la Rochelle ont débuté en décembre 2019. La livraison de ces 2 300m² dédiés à la production et à l’assemblage des Elixir était initialement prévue fin mai 2020.

©Elixir Aircraft

Elxir Aircraft entre maintenant dans une nouvelle phase : la production et la livraison. La production des 4 premiers appareils a débuté récemment

Les réservataires seront invités un par un à passer une journée chez Elixir Aircraft avec le programme suivant :

  • Une demie journée consacrée à la présentation en détail de l’Elixir, manuel de vol, performances, tableau de bord, innovations, maintenance, suivi de navigabilité, etc…
  • Une demie journée consacrée à des vols sur l’Elixir permettant de découvrir en détails ses atouts : maniabilité, sécurité exceptionnelle du décrochage, performances, etc…

contact :

Elixir Aircraft
6 rue Aristide Bergès
17180 PERIGNY
Tel: +336 87 38 40 40
www.elixir-aircraft.com
contact@elixir-aircraft.com

©Elixir Aircraft
©Elixir Aircraft
©Elixir Aircraft

Histoire au sujet de l’Abbé Marguery…par Michel Léveillard

Michel Léveillard devant le MS 315 F-BCNL à Tarbes le 2 octobre 1950 (collection privée Michel Léveillard)

En 1950 l’Abbé m’avait invité d‘aller avec lui pour le pèlerinage des Aviateurs à Lourdes…

Humm… je ne fus jamais trop friand des grosses foules MAIS près de Lourdes il y a l’usine et l’école de pilotage Morane Saulnier à Tarbes –Ossun et je savais qu’il y avait un avion que j’avais toujours rêvé de piloter… Le Morane-Saulnier 315…

Donc pas besoin de me faire inviter deux fois…

Nous voilà à Lourdes et on prend un taxi pour aller à Tarbes-Ossun…

Un petit check out sur ce bel avion et j’emmène mon curé… un bon vieux Normand qui ne passait jamais une occasion de voler ni une p’tite goutte de Calva…

Nous avions déjà décidé d’aller survoler Lourdes et de faire notre p’tit Pèlerinage d’un peu plus haut… et miracle (bien sûr puisque nous sommes à Lourdes) voilà la grotte et la Basilique entre les nuages… alors mission accomplit…

Au retour l’Abbé veux prendre des photos pour marquer l’événement alors il détache les sangles et ceintures de sécurités et il se met à genoux (certainement pour prier) à l’envers pour prendre ma photo oubliant que je n’ai qu’à peine une heure de vol sur le Morane-315 alors je lui fais signe de se rassoir mais voilà … il a quand même pris ma bobine en plein vol…..

Il se raccroche et au retour vers Tarbes-Ossun je le laisse tâter les commandes…

Il pilote toujours bien mais non d’un chien revoilà qu’il tire la manette des gaz pour augmenter le régime moteur au lieu de la pousser…

Mais je n’ai rien à critiquer car au retour on se paye un petit tonneau de père de famille et je me retrouve à 90 degrés de l’axe…

Bon ben nous sommes de retour à Lourdes à temps pour les photos de groupe…

L’Abbé retrouve tous ses copains qui viennent des 4 coins du Monde et moi je prends le temps de faire une p’tite prière au Grand Chef Pilote pour le remercier de m’avoir permis de voler sur ce bel avion…

Regardez comme il était beau le Morane-Saulnier 315…

Des belles roues à rayons… pas de frein… pas de roulette de queue…et Dieu qu’il était chouette à écouter le moteur Salmson…

Pas besoin de vous dire que j’étais retourné A Tarbes-Ossun…

Pour un autre Pèlerinage … bien sûr…


Page de mon carnet de vol avec seulement 22 minutes de double commande …… et 29 minutes de solo avant d’emmener mon Curé faire le Pèlerinage « en hauteur »

Entre Tarbes-Ossun et Lourdes… l’Abbé s’est raccroché … ouf

De même mais un peu plus loin…

Patience Mon Curé on va trouver la grotte et le Basilique…

Voilà … la grotte et la Basilique…

Petite montée au-dessus des nuages… pour prendre des photos…

Et pour faire un p’tit tonneau au retour… mais là ce n’était pas le Stampe…

Arrêt du tonneau à 90 degrés de l’axe…

Heureux comme tout mon curé mais c’est sa soutane qui m’a faite gâcher mon tonneau…

Bon ben faut quand même pas se gonfler les chevilles

MS317 F-BCNL de l’AJBS piloté ParJack Krine au Meeting de La Ferté Alais de 2010 ©Xavier Cotton

Plus tard dans la vie le F-BCNL deviendra un Morane-Saulnier 317….

Les belles roues à rayon remplacés avec des moches … des freins qui servent à rien…

… et une roulette de queue…

Avec en plus un moteur Américain qui tourne dans le mauvais sens…

Il ne faut pas oublier le Pèlerinage…

Nous étions rentrés à Lourdes à temps …

… pour les photos de groupe…

L’histoire de ce vol de Michel Léveillard avec l’abbé Marguery a été publié pour la première fois dans le livre de Michel Léveillard et Jean-Noël Violette “Cap’tain Mike ou les tribulations d’un pilote français mélomane en Amérique”


La Patrouille des Papys de l’Aeroclub Alpin par Denis Turina

Papy leader, Vincent Scotto di Vettimo les mains derrière le dos, est secondé par Alain Bondon, les bras croisés. Papy 2, Robert Huet cravaté, est secondé par Béatrix Escallier. Papy 3, votre serviteur sous la casquette rouge, est seul dans son avion.

Formée au début des années 2000, La Patrouille des Papys était tombée en sommeil après avoir animé le ciel de Tallard à l’occasion de fêtes aériennes.

Remise en état de vol, et améliorée parce que ses pilotes qualifiés arrivaient en bout de potentiel, elle a pu honorer la cérémonie de remise de la médaille de l’Aéronautique à Serge Boichot, le chef pilote de l’aéroclub. Regardons-la de plus près pour ce vol du 16 mai 2015.

Le leader officiel est Alain Bondon, le Président de l’Aéroclub Alpin. A ses cotés pour le conseiller, à la voix puisque le CMAC (Conseil Médical de l’Aviation Civile)  lui a interdit de piloter : Vincent Scotto di Vettimo. Formé au Canada dans les années 50, moniteur sur T6 à Marrakech, pilote de reconnaissance sur Mirage III R puis instructeur à Dijon sur Mirage III B, il a longtemps été chef pilote de l’aéroclub et vient de fêter ses 80 ans. Alain pilote l’Ecoflyer F-HCPL.

Le N°2 est Robert Huet. Instructeur montagne de l’aéroclub, c’est un ancien de la Royale. Lâché sur Hellcat à Kouribga dans les années 50, il a continué sur Vampire, Aquilon, Etendard et Crusader, avant de pouvoir, enfin et tout en gardant son uniforme à deux rangées de boutons, quitter le porte-avions et piloter des avions de l’Armée de l’Air. Il a formé plusieurs lots de pilotes, à Tours sur T 33 et sur Mystère IV, puis à Salon sur Fouga. A ses cotés, depuis que le CMAC lui a interdit de voler seul : Béatrix Escllier. Robert pilote le DR 400 120cv F-BTZP

Le N° 3 est Denis Turina (ndlr : http://sjlardy.free.fr/Galerie3/turina.htm) , votre serviteur. Gamin qui peut revoler en solo depuis que le CMAC lui en a redonné l’autorisation. Lâché sur Mirage III en 1968 par Vincent, il flirte avec les 75 ans. Il pilote le DR 400 160cv « armé » d’une go pro F-GEIU.

Décollage du DR400-120 F-BTZP, de l’ Ecoflyer F-HCPL et du DR400-140B F-GEIU

Caractéristiques cumulées :

  •  420 CV, dont 135 « à mazout » sur l’Ecoflyer, pour la puissance des avions.
  • plus de 2 siècles en âge et moins de 3 quintaux en masse, pour les trois pilotes qualifiés patrouille.

Le programme :

  • Décollage en patrouille serrée à trois,
  • virage de présentation et passage en flèche,
  • virage en vent arrière, formation en colonne et nouveau passage,
  • dégagement vers le nord, mise en échelon refusé à droite,
  • présentation au « peel-off » 100 pieds 200 km/h,
  • peel-off à trois secondes, atterrissage du leader et remise de gaz en très courte finale pour 2 et 3,
  • patrouille serrée à droite, tour de piste et atterrissage en patrouille serrée pour 2 et 3,
  • retour au parking des trois avions, en colonne. Arrêt des moteurs au top du leader.

Si les circonstances s’y prêtent et le permettent, cette patrouille sera peut-être encore réactivée. Son indicatif pourrait être alors : « Les Criqués » ?

Merci à Denis Turina qui m’a envoyé cette présentation de la patrouille des Papys qui démontre que la passion de voler habite toujours ces “jeunes hommes” . Ils totalisent  plusieurs milliers d’heures de vol chacun sur des machines pointues et ont conservé le plaisir de voler sur DR400 ou Ecoflyer.

Madame, Messieurs ; Félicitations !


FUJI FA-200-180 Aero Subaru PH-GIN

FA-200-180 Aero Subaru PH-GIN ©François Pages

Voici un avion rare en France, le FUJI FA-200-180 Aero Subaru, le PH-GIN bien qu’immatriculé aux Pays-Bas est basé sur le terrain de Bordeaux Léognan-Saucats  (LFCS). Sorti d’usine en 1974, Il porte le numéro de série 255 sur les 299 appareils produits. Un seul exemplaire est inscrit au registre des avions immatriculés en France le F-GXDE.
Premier avion de tourisme japonais, le Fuji FA-200 Aero Subaru fait son premier vol en 1965. Certifie trois puis quatre places mais aussi biplace voltige en 1967, l’Aero Subaru existe avec deux motorisations Lycomimg 160 et 180 hp La production démarrera en 1968.
Cet avion quadnplace monomoteur aile basse, train tricycle fixe a les ailes assez droites et rectangulaires avec un dièdre important, celles-ci contiennent chacune un réservoir de 120l de carburant. Toute la cellule et les ailes sont en alu riveté.  De larges ailerons Frize courent en bout d’aile. Les volets Fowler ont trois positions ( 15°, 25° et 35°) et sont actionnés manuellement.

FA-200-180 Aero Subaru PH-GIN ©François Pages

Le FUJI FA-200-180 Aero Subaru existe avec le moteur Lycoming 160 ou 180 Cv, ce ne lui permet pourtant qu’une assez faible vitesse de croisière autour de 100 kt, que grande autonomie compense un peu.

 

Tableau de bord du FA200-180 Aero Subaru PH-GIN ©François Pages

Caractéristiques :

FUJI FA-200-180 Aero Subaru : quadnplace de voyage Biplace de voltige
Premier vol  : 12 aout 1965
Nombre d exemplaires construits :  299 dont près de la moitié fut exportée
Constructeur FUJI Heavy Industries (Japon)
Dimensions :
Longueur : 7,96 rn
Hauteur : 2,59 m
Envergure :9,42rn
Moteur : Lycoming 180 hp (ou 160 hp)
Hélice :
Mc Cauley Bipale fixe (sur le ph-GIN présence d’une hélice tripale)
Masses et capacités :
Masse à vide : 650 kg
Masse max : Utilitaire (1150 kg) Voltige (940 kg)
Charge utile pleins complets : Utilitaire (328 kg ) Voltige (118 kg)
Réservoirs : 2x120L (172 kg)
Performances :
Vitesse de croisière a 75% : I00 kt
Consommation : 36 l/h
Vitesse max : 128kt
Voltige : +6 -3g
Range (avec 45 min réserve] : 70% 920 km 60% 1060km
Décrochage :
Lisse : 58 kt
15°    : 55 kt
25°    : 48 kt
35°    : 45kt
Prix : Les occasions se situent autour de 55 000€ selon état et potentiel
 
Contacts utiles
FUJI Club Allemagne : www.fujiflyer.de
Subaru France: www.subaru.fr
Source d’infos :

Flying 80

L’aéroclub d’Albert-Meaulte organise le 28 mai 2017 une rencontre des avions de construction amateur dessiné par Claude PIEL