Tag : rallye

Rallye, le dernier des Morane

Couv-RallyebleuBD

 Rallye, le dernier des Morane
Roger Gaborieau
Éditions Bleu Ciel Diffusion

Ce livre de Roger Gaborieau qui vient de sortir est le seul actuellement qui raconte l’histoire du Rallye, le célèbre et dernier avion Morane-Saulnier.

A l’origine prévu pour 130 pages, le livre vient de dépasser les 200 pages grâce à la richesse de la documentation et des illustrations que l’auteur a pu retrouver.
A noter que Jean Bardaud (http://jeanbarbaud.blogspot.fr), dessinateur et auteur de BD bien connu (Les dézingueurs, Gueules de zings, Pur Zing, Lieutenant McFly…) s’est emparé du livre en illustrant avec l’humour qu’on lui connait  des hors-textes anecdotiques d’aventures vécues par des pilotes de RallyeLe Rallye, une légende de l’aviation légère, voila ce qu’en dit Roger Gaboriau :
“Peu d’avions dans l’histoire de l’aviation légère auront alimentés autant de conversations au” bar de l’escadrille” que le Rallye de Morane-Saulnier. Né en 1959 pour renouveler la flotte des aéro-clubs, Il a connu immédiatement un grand succès en France, mais aussi à l’international et sa carrière se poursuit aujourd’hui encore alors que sa production a été arr^tée apres trente ans de présence au catalogue de ses constructeurs.
Sa nouveauté, ses qualités et ses défauts lui ont valu des passions et des inimitiés mais son bilan parle pour lui : des milliers de pilotes formés en sécurité et dans la sérénité- autant des élèves pilotes que leur instructeurs-, une présence quasi-incontournable dans les aéro-club et prés de 3400 exemplaires construits, ce qui représente un record dans l’histoire de l’aéronautique française de loisirs.
Le Rallye est bien une légende de l’aviation dont jusqu’à présent l’histoire navait pas été racontée avec précision et documentation. Voici enfin la véritable du Rallye, dernier avion à porter le sigle Morane-Saulnier sur sa dérive…”
L’auteur:
Roger  Gaborieau,  journaliste et éditeur est lui-même pilote de Rallye. C’est au  cours  de  sa formation qu’il  a  eu  pour la première fois  l’occasion de  voler sur cet avion légendaire , puis comme pilote remorqueur de planeur. Roger Gaborieau est membre  du  Musée  Régional  de  l’Air, Espace  air  Passion d’Angers-Marcé. Passionné du patrimoine de l’aéronautique et pilote d’avions anciens, Roger Gaborieau a  également signé «L’aviation légère en France, 1920-1942» chez Bleu Ciel Diffusion.

Le livre :
• Format 21 x 29,7 cm (A4), 226 pages*, plus de 300 illustrations* (photos, profils et infographies
originaux,)
• Broché avec rabats, cahiers cousus collés.
• Impression quadrichromie de qualité sur papier couché satiné 135 g/m2

BLEU CIEL Diffusion

Roger Gaborieau
28, boulevard Henri-Paul Schneider
71200 Le Creusot
Téléphone : 03 85 57 54 85 /06 07 54 35 81
Courriel : bleucielmagazine@orange.fr
Site internet : www.aviation-legere.fr


Drôle de pêche pour un chalutier !

(photo collection privée Armand Baverel)
Le samedi 22 juillet 1989 vers 19 heures, un avion a  amerri dans l’estuaire de la Charente (entre la pointe de la Fumée à Fouras et le fort Enet) suite à une baisse de régime moteur . Grâce à la maitrise du pilote Jack Augras, ancien mécanicien-navigant du GLAM (Groupe de Liaisons Aériennes Ministériel), les trois passagers et lui même sont sortis indemnes de ce Rallye MS893, appartenant à l’Aéroclub de Rochefort-Saint-Agnant.
En cette fin d’après-midi chaude (30°) et ensoleillé, Jack Augras et ses passagers avaient l’intention de survoler la côte et en particulier l’île d’Oléron . L’appareil a décollé normalement après que le pilote, ait fait sa visite prévol d’usage . A l’altitude de 1000 pieds environ au dessus du Fort Boyard, le moteur a alors subi une perte progressive de régime.

(photo collection privée Armand Baverel)

Dès lors le pilote a eu pour objectif de se rapprocher de la terre, s’il a d’abord pensé à un atterrissage de fortune sur l’île Madame ou sur la plage de l’île d’Aix, il a du y renoncer car ces deux lieux étaient en cette période de vacances encombrés de vacanciers, véliplanchistes et autres dériveurs en tous genres, ce qui lui fit prendre la décision d’amerrir : ” j’ai essayé de me rapprocher le plus possible de la passe qui joint la pointe de la fumée à Fort Enet. Mais impossible d’aller au delà du Fort (à un peu plus de 2km de la côte) et l’avion a touché la mer à environ 400 mètres de la passe et 200 mètres au sud du Fort. j’ai alors présenté mon avion de manière que la queue touche d’abord, ce qui provoque un choc sérieux mais si les roues non escamotables touchent d’abord, l’avion pique du nez” .
Les quatre passagers indemnes ont pu sortir immédiatement de l’appareil et ont étés très rapidement secourus, par les nombreux bateaux naviguant aux environs et surtout par les propriétaires du fort qui mirent immédiatement leur embarcation à la mer, recueillant les naufragés en quelques minutes juste avant que l’avion ne sombre Les rescapés furent ramenés à terre par les pompiers de Fouras.
M. Armand Baverel qui fut président de l’Aéro-club de Rochefort-Saint-Agnant nous indique la cause la plus probable de cette baisse de régime moteur  : ” c’est probablement une question de Vapor-Lock lié à la température qu’il faisait ce jour là 29 à 30°, mais les passagers sont sortis sans panique et sans l’expérience et l’habileté de Jack Augras, cet accident aurait probablement eu des conséquences plus fâcheuses …..

(photo collection privée Armand Baverel)

Le Vapor-Lock :
Il s’agit d’un dérèglement du système de carburation assez insidieux pour ne pas être détecté lors des contrôles avant le décollage : Certains des hydrocarbures qui composent l’essence ne sont pas également volatils et se vaporisent à une température relativement basse, de l’ordre de 60°C créant un “tampon de vapeur qui interrompt l’arrivée du carburant dans le carburateur.

Maintenant se posait la question pour l’Aéro-club de Rochefort-Saint-Agnant, comment récupérer l’épave qui se trouvait en eau peu profonde ? En effet à marée basse, le gouvernail restait apparent et un plongeur  pouvait se tenir debout sur les ailes. Par contre le train d’atterrissage était profondément envasé et a cet endroit les courants sont assez violents. Le lundi 24 juillet, après avoir obtenu une autorisation spéciale, les membres de l’aéroclub dont Armand Baverel et Jack Augras aidés par un chalutier “repêchèrent” l’avion . Un bout fut amarré à l’anneau  de dépose du moteur, le chalutier a tiré, les plongeurs faisant contre-poids sur le plan fixe à l’arrière de l’avion, le Rallye  s’est arraché de son lit de vase. Il ne restait plus au chalutier le “Port-des-Barquais” que de remorquer  lentement et avec précaution  l’avion blessé pesant environ 900kg jusqu’à Fort Lupin. Ce fut une pêche peu banale pour Robert Grasset, le patron du “Port-des-Barquais”, et les marins-pêcheurs qui l’accompagnaient. 
Pour la petite histoire, seul le moteur de l’avion put être récupéré, remis en état et revendu à l’Aéro-club de Niort  où il reprit du service quelques mois plus tard.

(photo collection privée Armand Baverel)
Sources des informations :
Armand Baverel et Jack Augras
SUD OUEST Charente-Maritime  24 et 25 juillet 1989

Sur un arbre perché

Le MS-880 F-BRLT de l’Aéro-Club de Normandie bien haut perché ce 17 décembre 1977 © Xavier Cotton

Ce samedi 17 décembre 1977 par un temps dégagé mais froid, un pilote membre de l’aéroclub de Normandie décide d’aller faire un vol local avec un Morane-Saulnier MS-880 (F-BRLT).   Au retour, au moment de réduire les gaz en vent arrière, le moteur a calé (probablement un givrage carburateur). Présent à la tour de contrôle (vigie-pirate, n’était pas encore passé par là), nous avons vu l’avion disparaître derrière une lignée d’arbre, puis un grand silence, et enfin le pilote annonce à la radio « je suis posé dans un arbre , mais je n’ai rien »   Soulagés, un ami et moi sommes allé sur le lieu de l’accident pour voir l’avion posé dans un Chêne à une quinzaine de mètres de haut comme un simple oiseau l’aurait fait. Il a fallut attendre les pompiers qui sont venus avec un échelle, pour dégager le malheureux pilote de son perchoir . Finalement ce pilote a eu beaucoup de chance (juste une écorchure sur le nez), par contre l’avion fut irrécupérable.


Déjà 30 ans


(photo collection privée Xavier Cotton)
Oui, cela fait aujourd’hui 30 ans, que je m’envolais seul à bord d’un rallye MS-880B (F-BRRM) pour la 1ère fois. Merci à Philippe GREARD (chef instructeur à l’aeroclub de Rouen-Normandie) de m’avoir fait confiance ce jour là. Le F-BRRM construit en 1969 vole toujours sous de nouvelles couleurs pour l’aéroclub de Dinan. Malheureusement, en mars 2011 un pilote a posé l’avion sur la roulette de nez qui n’a pas supporté le choc, pas plus que l’hélice. L’avion gît maintenant mortellement blessé au fond du hangar de l’aéroclub de Dinan. Il aura quand même fait la joie des pilotes durant plus de 40 ans.

(photo collection privée Benoît Sanguin)


This site is protected by wp-copyrightpro.com