Étiquette : Max Holste

Max Holste MH-52 F-BEEM

Max Holste MH-52 F-BEEM ©Jacques Hémet
Juste après la seconde guerre mondiale, Max Holste  ancien ingénieur de la société Amiot décida de participer au programme d’état pour définir un avion de tourisme, ce programme initié par le régime de Vichy avait survécu à la libération
Max Holste conçut le MH-52 et construit le prototype avec l’aide de quelques amis en 200 jours. Il s’agissait d’un avion bi-triplace aux lignes modernes monoplan à ailes basses, à cabine fermée accessible par des portes, train tricycle et empennage bi-dérive, équipé d’un moteur Renault 4Pei de 140 ch. le premier vol eu lieu à Laval le 23 juillet 1945.
En février 1946 le MH-52 immatriculé F-BBBH participa, à Marignane au concours d’avion de tourisme qu’il perdit sur le fil face au Nord 1200 “Norécrin”
Les établissement Borel (Laval) lancèrent  ce qu’il espérait être une première série de 12 exemplaires, mais elle s’arrêta. Par superstition le n°13 fut remplacé par le MH-53.01à train classique (F-BEEU) à moteur “Gipsy” livré en juillet 1948 et détruit dans un accident en 1976.
Sur ces 12 MH-52 je m’intéresserai en particulier au F-BEEM qu’on voit ici sur la photo prise en 1954 par Jacques Hémet sur le terrain de Toulouse Lasbordes. Grâce à Jacques Carlier qui a travaillé sur la serie à l’époque, nous apprenons que cet avion fut enregistré sur le registre de la DGAC pour la première fois le 22 juin 1948 par les établissements Borel. Il vola tout d’abord avec un moteur” Gipsy Major” de 120ch et reçut ensuite pour essai un moteur en étoile Mathis 7 Gr de 170 ch entrainant un hélice tripale. Ce groupe moteur se révélant inutilisable notamment à cause de ses caprices de démarrage, le F-BEEM retrouva son moteur initial mais il fut détruit le 30 novembre 1963 et radié du registre de la DGAC le 28 octobre 1966.
le 26 juin 1948 il est acheté par la société Laroques frères à Montauban. On le retrouve donc à ToulouseLasbordes, propriété de l’aéroclub de Languedoc du 29 avril 1953 au 23 mai 1954 date à laquelle l’aéroclub Clement Ader de Muret en fait l’acquisition. Pour finir l’Aéroclub air france basé à Toussusle-Noble sera son dernier propriétaire à partir du 8 mars 1960.
Au début des années 2000, deux MH-52 auraient survécu dont le n°4 F-BEAC devenu F-AZCR, restauré en  2002 par l’association Méca Passion à Laval et propriété de Jean-Pierre Sauval, premier président de la Fédération Française des Avions de Collection.
Caractéristiques du Max Holste MH-52
Envergure 9,95 m
Longueur 7,35 m
Poids à vide 470 KG
Poids en charge 750 kg
Moteur Renault 4 Pei ou de Havilland “Gipsy Major de 140 ch
Vitesse maximale 215 km/h
Vitesse de croisière 190 km/h
Distance franchissable 1000 km  


Sources des information :
Jacques Hemet
Jacques Carlier
Fana de l’aviation n°428 de juillet 2005

Dernier quizz : c’est un Broussard

(photo collection privée Xavier Cotton)

Bravo à ceux qui ont trouvé la réponse du quizz précédent, c’est bien le tableau de bord du Max-Holste MH-1521 Broussard exposé en ligne de vol au Musée régional de l’Air d’Angers. Celui est ouvert à la visite, et un escalier disposé à ses cotés permet à tout un chacun de venir s’installer à son bord et rêver un instant qu’il est en train de le piloter. Immatriculé FM-MJC (n°38), cet avion à longtemps servi dans l’armée de terre (ALAT), un atterrissage qui s’est terminé en “cheval de bois” explique les pales tordues de l’hélice. Le Broussard est un monoplan à aile haute haubanée entièrement métallique, Équipé de l’ancien moteur Pratt & Whitney R-985 “Wasp Junior” de 9 cylindres en étoile délivrant 450 Cv à 2300 tr/mn qui lui permettait d’emmener ses 1795 Kg jusqu’à son plafond maximum de 5500m à 228km/h.


MH-1521 Broussard

(photo collection privée xavier cotton)

Ce MH-1521 Broussard (F-GJBF c/n 13) est basé à Reims-Prunay et toujours en état de vol.
Max Holste extrapola cet appareil du M.H 152 pour en faire un avion de liaison et d’observation. le Broussard est un monoplan à aile haute haubanée entièrement métallique qui connut un vif succès tant auprès des civils que des militaires. Équipé de l’ancien moteur Pratt & Whitney R. 985 (dont la conception remonte aux années trente) que la firme américaine remit spécialement en fabrication, actionnant une hélice Hamilton Standard à vitesse constante, le prototype vola pour la première fois aux mains du pilote Pierre HENRY le 17 novembre 1952.
Pour plus d’informations sur le Broussard, je vous recommande ce site : Max Holste MH-1521 Broussard


Moteur Pratt & Whitney 9 cylindres en étoile

(photo collection privée Xavier Cotton)

Ce moteur exposé sur l’un des murs du CRNA-EST est un moteur Pratt et Whitney R-985 Wasp Junior de 9 cylindres en étoile (puissance maximum 455 CV), il équipait entre autre l’avion Max Holste MH 1521 Broussard fabriqué dans l’usine de Reims, devenue Reims-Aviation en février 1960.


This site is protected by wp-copyrightpro.com